Centre-du-Québec

La Carotte joyeuse: lutter contre le gaspillage alimentaire tout en créant des emplois

Le 29 janvier 2018

[dkpdf-button]

Il était une fois un producteur de carottes dont les récoltes avaient été abondantes cette année-là. L’agriculteur se trouva dépourvu devant ses légumes dont même les épiceries ne voulaient plus. C’est alors qu’il décida de contacter des organismes en aide alimentaire locaux pour savoir s’ils étaient intéressés à recevoir ses surplus. La réponse fut rapide et enthousiaste : oui ! Mais si les dons étaient bienvenus, une question demeurait : comment gérer cette nourriture de bonne qualité pour la redistribuer aux gens dans le besoin ?

Cette histoire qu’on dirait empruntée à une fable de La Fontaine, c’est l’élément déclencheur de la Carotte joyeuse. En trois ans, le projet est passé de la redistribution de quelques sacs de carottes invendues à celle de plus de 24 tonnes de nourriture. Voici le récit d’un groupe de personnes qui changent le monde dans lequel ils vivent, jour après jour.

déshydratation des aliments

Atelier de déshydratation des aliments

Une double mission

Gérée par la Corporation de développement communautaire (CDC) de Nicolet-Yamaska, la Carotte joyeuse poursuit une double mission : contrer le gaspillage alimentaire en redistribuant la nourriture, et améliorer l’employabilité dans la région.

Le plus beau dans tout ça ? Les deux missions se complètent et forment un tout : en créant des plateaux de travail pour l’insertion sociale à l’emploi, on a accès à une main-d’œuvre, qui peut travailler à récupérer les denrées gaspillées. Ainsi, plus de gens travaillent et plus de gens mangent. Et si plus de personnes travaillent, moins de personnes vivent dans des situations de précarité économique et à risque de souffrir d’insécurité alimentaire. Logique, vous dites ? Sur papier, oui, mais en réalité, il faut un travail acharné sur le terrain pour faire fonctionner la roue !

surplus alimentaires

Atelier de mise en conserve de betteraves marinées

Une chargée de projet dynamique

Ça tombe bien, puisque faire d’une pierre deux coups, c’est la spécialité de la chargée de projet Marie-Hélène Laliberté-Rock. Le rôle de cette diplômée en nutrition et en administration des affaires est de coordonner le projet de la Carotte joyeuse et surtout, la joyeuse bande de l’équipe : un cuisinier qui s’occupe des activités de transformation alimentaire, une intervenante qui travaille auprès de la clientèle adulte et des enseignants qui encadrent la clientèle étudiante.

Pour cette jeune femme dynamique et enjouée, jongler avec les deux missions de la Carotte joyeuse semble aller de soi : « D’une part, on sensibilise les producteurs, ce qui nous permet d’accéder à des aliments qui seraient gaspillés si nous ne les récupérions pas. D’autre part, on va chercher des gens en insertion sociale ou des jeunes en difficulté pour les intéresser à l’alimentation. »

Pour les jeunes, un projet a été développé en partenariat avec l’école secondaire La découverte de Saint-Léonard-d’Aston. 72 élèves du groupe de cheminement particulier ont ainsi pu, depuis 2014, suivre une formation de 39 semaines en préparation au travail. Ils ont appris les rouages de l’alimentation, de l’hygiène et de la salubrité alimentaires, ainsi que des notions sur le travail d’équipe et le respect des consignes.

recycler surplus alimentaires

Préparation de pouding au pain

Changer des vies

Chez les adultes, des plateaux de travail ont été mis en place par la Carotte joyeuse en 2014. Au total, ce sont 64 personnes qui ont pu bénéficier des formations en alimentation offertes par le projet. De ce nombre, environ 50 % ont accédé au marché du travail grâce à leur expérience acquise à la Carotte joyeuse.

« On a des participants de tous les genres  certains très proches du milieu du travail ; d’autres qui en sont plus éloignés », souligne Marie-Hélène Laliberté-Rock. Deux seuls critères sont nécessaires à leur intégration dans le projet : que ces personnes ne soient ni à l’emploi ni à l’école et qu’elles soient motivées à se mettre en action pour gagner des compétences en alimentation.

Emmanuelle Dufour a participé aux plateaux de travail en 2015-2016. Une expérience, dit-elle, qui a changé sa vie : « J’étais en plein divorce et j’avais besoin d’un travail. Comme je n’avais pas terminé mon secondaire, l’expérience de la Carotte joyeuse m’a permis d’étayer mon CV. » Depuis, Emmanuelle Dufour a terminé son secondaire, poursuivi sa formation et est en voie d’obtenir son diplôme d’études professionnelles (DEP) en cuisine.

recycler surplus alimentaires

Emmanuelle Dufour

À elle seule, la jeune femme illustre bien la double mission de la Carotte joyeuse : celle de contrer l’insécurité alimentaire et celle d’augmenter l’employabilité des participants. « Pendant que je faisais les plateaux de travail, souvent, je revenais à la maison avec mon souper. Ça, ça n’a pas de prix, quand tu as des enfants ! »

Dans son cas, c’est assurément mission accomplie pour la Carotte joyeuse. Emmanuelle Dufour occupe aujourd’hui un emploi stable comme cuisinière dans une résidence pour personnes âgées. Mais la jeune femme croit avoir gagné quelque chose d’encore plus grand en participant au projet : l’estime de soi. « Je me sentais pauvre, démunie. En ayant la chance de cuisiner pour donner à d’autres, je me suis sentie valorisée. J’ai pris confiance en moi, et ça, ça va me servir toute ma vie ! »



[dkpdf-button]