Aliments transformés

R.I.P. gras trans industriels. Nous n’oublierons pas!

Le 13 septembre 2018

[dkpdf-button]

Au Canada, à partir du 15 septembre, il sera interdit de vendre un produit alimentaire contenant de l’huile partiellement hydrogénée, la principale source de gras trans industriels. Nocive pour la santé même à faible dose, la disparition de cette huile de nos aliments était réclamée avec (im)patience depuis plusieurs années. C’est maintenant chose faite! On ne retrouvera plus cet ingrédient, du moins légalement, dans les aliments fabriqués ici ou importés. Nous pouvons presque oublier qu’ils ont existé ! Ou pas…


NDLR – Coup de théâtre: alors que Santé Canada annonce l’entrée en vigueur tant attendue du règlement qui interdit la vente des produits contenant des HPH, nous apprenions quelques jours après la parution de notre article que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) accorde un délai de deux ans aux détaillants pour leur permettre d’écouler les stocks de l’industrie ! Plus de détails ici dans notre second article.


Se rappeler… en mémoire d’une trop longue bataille

Le chemin ayant mené à l’ajout de l’huile partiellement hydrogénée à la Liste des contaminants et des autres substances adultérantes dans les aliments ne fut pas simple. Il s’est échelonné sur plusieurs années consacrées à de multiples travaux, revendications et consultations.

En novembre 2004, une motion est adoptée à la Chambre des communes pour que soit mis en place un Groupe d’étude sur les graisses trans dont le mandat est d’« offrir au ministre de la Santé des recommandations et des stratégies concrètes et efficaces visant à éliminer ou à réduire autant que possible la teneur en graisses trans des aliments au Canada ». En juin 2006, ce groupe remet à l’Honorable Tony Clement, alors ministre de la Santé, sonrapport intitulé TRANSformer l’approvisionnement alimentaire. Un an plus tard, le 20 juin 2007, ce dernier annonce que Santé Canada adopte les normes suggérées sur une base volontaire. Du coup, l’industrie alimentaire est incitée à les appliquer dans un délai de deux ans; à défaut de quoi, le gouvernement canadien l’imposera par une réglementation.

Des progrès notables sont alors observés, mais la démonstration des limites de l’autoréglementation sera vite réalisée. Sans surprise, les cibles ne sont pas complètement atteintes, tandis que l’encadrement promis se fait attendre… Huit ans plus tard, après un changement de gouvernement, deux consultations publiques ainsi que de nombreuses revendications de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, de la Coalition Poids et d’autres organismes, un règlement est enfin adopté !

Et maintenant ?

À compter du 15 septembre 2018, donc, les Canadiens pourront ENFIN profiter de produits alimentaires exempts de gras trans industriels, le pire des gras pour la santé cardiovasculaire. Le cœur des Danois, lui, en profite depuis 2003…

Le succès que nous célébrons aujourd’hui doit nous rappeler que nous méritons une offre alimentaire de meilleure qualité, et ce, dès maintenant. Plus que jamais, il faut intensifier les efforts afin que l’offre de produits alimentaires au quotidien soit plus saine, moins sucrée et moins salée. Nous avons droit à des produits frais accessibles et abordables. Nous exigeons des collations, des céréales à déjeuner et des yogourts savoureux, mais peu sucrés et bons pour la santé de nos enfants. Nous réclamons aussi des pains moins sucrés et moins salés. Bref, nous méritons mieux… et, tôt ou tard, nous l’obtiendrons !



[dkpdf-button]