Étiquetage nutritionnel

Et si les reçus de caisse affichaient les valeurs nutritives du panier d’épicerie?

Le 12 juillet 2017

En Angleterre, où les valeurs nutritives des aliments sont déjà résumées par un code 3 couleurs, des spécialistes proposent maintenant de l’utiliser pour noter l’ensemble du panier d’épicerie sur le reçu de caisse.

Depuis 2013, la grande majorité des emballages de produits alimentaires transformés affichent un code 3 couleurs, familièrement nommé Traffic Lights. Ce système permet, en un coup d’œil, de savoir si un aliment contient les quantités recommandées en matière de calories, sucres, gras, gras trans et sel. Les 3 couleurs utilisées – le vert, l’orange et le rouge – évoquent bien sûr les mêmes consignes que les feux de circulation.

L’idée de noter le reçu de caisse du consommateur à l’aide du code 3 couleurs vient du designer britannique Hayden Peek. Il s’est associé à un chercheur de l’Université de Birmingham, Matthew Cole, qui mène présentement une enquête auprès des consommateurs. Selon les résultats préliminaires de ce projet de recherche, 83 % des personnes interrogées affirment se servir du code 3 couleurs et plus de la moitié considèrent que ce nouveau système les aiderait à faire des choix encore plus éclairés.

Photo : Hayden Peek

Une idée qui en inspire d’autres

Dans les pages du quotidien The Guardian, Ed Morrow, directeur de campagne pour la Royal Society for Public Health, juge l’idée prometteuse. Celui-ci fait remarquer que bien qu’il soit utile, le code 3 couleurs actuel a ses limites. En effet, il est facile pour le consommateur d’ignorer ce genre d’avertissement. Mais son rappel, sur le reçu de caisse, pourrait encourager davantage les changements de comportements. Il songe par exemple à « ludifier » ce système pour stimuler l’esprit de compétition des consommateurs à l’aide de campagnes les mettant au défi d’obtenir un meilleur « bulletin » que la fois précédente.

Pour sa part, la nouvelle directrice générale du Food Foundation, Anna Taylor, se montre un peu plus sceptique. Elle considère que l’étiquetage n’est pas la solution à la crise de l’obésité. Selon elle, le rôle le plus important que joue le code 3 couleurs est de pousser l’industrie à reformuler ses produits pour éviter qu’ils accumulent les lumières rouges sur leur emballage. Elle ajoute que beaucoup de travail reste à faire pour que les choix les plus évidents deviennent les choix les plus sains. Mais, du même souffle, elle s’enthousiasme à l’idée d’associer, grâce à un algorithme, le reçu de caisse à une carte de fidélité : s’il compte trop de lumières rouges, le détaillant pourrait offrir aux consommateurs des coupons rabais pour l’achat de plus de légumes.

Une histoire à suivre…

Source : The Guardian