En rafale

Survol de l’actualité: 11 septembre 2017

Le 11 septembre 2017

Au menu cette semaine, des innovations pour mieux protéger les cyclistes, en plus de quelques escales à Paris, New York, Amsterdam, Londres et même Ville-Émard–Côte-Saint-Paul…

Transport actif

Gracieuseté : Équipements Halt halt-inc.com 

Une première au Canada : Bromont expérimente un nouveau type de séparateur de piste cyclable

De plus en plus d’études le montrent : le marquage au sol qui délimite une piste cyclable ne suffit pas à garantir la sécurité de ses usagers. Une solution est d’installer des bollards ou des délinéateurs. La ville de Bromont, dans le cadre d’un projet pilote, a pour sa part décidé d’innover en misant sur un nouveau type de dispositif : les séparateurs Zebra. De forme arrondie, ces séparateurs minimisent les chocs en cas d’impact et leurs bandes réfléchissantes les rendent visibles tant pour les automobilistes que les cyclistes. Faits de matériaux entièrement recyclés, leur système d’ancrage permet de les retirer aisément au début de l’hiver pour ne pas nuire au travail des déneigeuses. Une expérience à suivre…

Source : Ville de Bromont

Quand les piétons sont libres de traverser la rue, où et au moment de leur choix

En Amérique du Nord, les piétons sont généralement tenus de traverser les rues aux intersections, et seulement si ce n’est pas interdit par un feu rouge. Une tradition si bien ancrée que son non-respect est appelé « Jaywalking » par les Américains. Ce que le Larousse définit de la manière suivante : « délit mineur qui consiste à traverser une rue en dehors des clous ou au feu vert ». Mais, autres pays autres mœurs, les Néerlandais, eux, ne s’embarrassent jamais d’une telle contrainte. Ils traversent allègrement la chaussée quand bon leur semble. D’ailleurs, le touriste remarquera que, aux Pays-Bas, les traverses piétonnes en bonne et due forme sont plutôt rares.

Source : Bicycle Dutch

Le 1er octobre, tout Paris sera sans voiture ou presque…

L’an dernier, près de la moitié de la capitale française était fermée aux automobiles dans le cadre de la journée sans voiture. Pour la 3e édition de l’événement, c’est tout Paris qui sera interdit aux voitures, motos et scooters. Bien sûr, certaines dérogations seront accordées, notamment aux véhicules d’urgence et de dépannage, les véhicules de transports en commun, les autobus de touristes et les taxis. Et tous ces véhicules devront respecter une vitesse maximum de 30 km/h. Le 1er octobre, les piétons et les cyclistes auront tout loisir de circuler en sécurité dans Paris et de prendre un grand bol d’air frais.

Source : Le Monde

Une idée brillante pour accroître la sécurité des cyclistes

Les cyclistes courent environ 4 fois plus de chance de se faire happer mortellement alors qu’il fait noir qu’en plein jour. Un dispositif d’éclairage permet certes de réduire ces risques, mais il n’est pas garant des mauvaises surprises, surtout aux intersections, lorsque les voitures surgissent d’une voie perpendiculaire. Une jeune entrepreneure londonienne a décidé de remédier à la situation en ajoutant, à un phare conventionnel, un laser qui projette sur la chaussée l’icône d’une bicyclette, 6 mètres devant le vélo. Ainsi, chaque cycliste est précédé d’un symbole de piste cyclable mobile qui le devance, aux intersections, afin de signaler son arrivée aux automobilistes. Fiat lux, comme on dit.

Source : The Guardian

Urbanisme tactique : une chaîne humaine pour sécuriser une piste cyclable

Les adeptes de l’urbanisme tactique parviennent, avec peu de moyens, mais beaucoup d’astuces, à redéfinir certains aménagements urbains jugés dangereux pour les usagers les plus vulnérables de la route. Il existe même des guides pratiques qui dressent la liste du matériel de base de l’urbaniste tactique. À ce chapitre, leur imagination n’a pas de limite comme en témoigne l’utilisation de débouchoir à ventouse pour baliser une piste cyclable. Cette fois, ce sont des bollards humains qui ont servi à délimiter une voie cyclable non protégée. Un coup d’éclat qui s’est déroulé dans la bonne humeur et à la grande joie des cyclistes.

Source : Planetizen

Alimentation

Des mini-marchés pour contrer les déserts alimentaires dans l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal

Dans le quartier Ville-Émard–Côte-Saint-Paul, la Direction de santé publique a identifié 3 zones de désert alimentaire. C’est dire que les résidents de ces secteurs ne peuvent s’approvisionner en produits frais à moins de 500 mètres de leur domicile. Pour remédier à la situation, la Maison d’Entraide Saint-Paul & Émard prévoit installer un total de 4 mini-marchés dans certaines zones stratégiques. Le premier de ces mini-marchés a ouvert ses étals le 7 septembre et un second doit être inauguré le 21. Désormais, les résidents du quartier pourront, 2 fois par mois, acheter des produits frais à des prix raisonnables, et ce, à longueur d’année.

Source : Journal Métro

Le Marché fermier de l’UQAM s’installe à deux pas de la Place des Festivals

Les travaux autour du clocher de l’UQAM ont obligé le Marché fermier à délaisser la place Pasteur pour plutôt s’installer dans la cour intérieure du Complexe des sciences Pierre-Dansereau. Tous les mercredis, de 12 h à 16 h, jusqu’au 1er novembre, la communauté étudiante et les employés de l’UQAM, comme les passants, pourront s’approvisionner en produits locaux, frais et diversifiés. Fidèle à sa vocation de transmission du savoir, le Marché tiendra des journées thématiques portant, entre autres, sur le zéro gaspillage, l’alimentation végétarienne, la lactofermentation, etc.

Source : UQAM

Saines habitudes de vie

bouger dans la cours d'école

L’Ontario s’engage à améliorer le bien-être de tous les élèves de la province  

Dans le but de favoriser le développement du bien-être cognitif, physique, social et émotionnel des élèves, le gouvernement ontarien investit dans des programmes, nouveaux ou élargis, en faveur, par exemple, du transport actif (pedibus et cyclobus), ou encore les petits déjeuners à l’école. De plus, la province souhaite créer des programmes pour améliorer le bien-être des éducatrices et éducateurs et des membres du personnel. Ces investissements font partie d’un Plan destiné à créer des emplois, à stimuler l’économie et à améliorer la vie quotidienne de la population ontarienne.

Source : Gouvernement de l’Ontario

Agroalimentaire

Dans le métro d’Amsterdam, les pubs de malbouffe ciblant les enfants seront bannies

À compter du 1er janvier 2018, on ne verra plus, dans les 58 stations de métro d’Amsterdam, de publicité qui vante aux moins de 18 ans des aliments malsains. Selon le conseiller municipal responsable de la santé et des sports : « les enfants ont le droit de grandir dans des environnements sains ». Du même souffle, il ajoute : « auparavant, on avait l’habitude de voir des pubs de cigarettes partout. Maintenant, on trouve normal que nos enfants ne soient pas exposés à ça. On doit faire la même chose avec les aliments malsains ».

Source : NLTimes

Image corporelle

Les mannequins trop maigres et trop jeunes : passés de mode ?

Dans une entente sans précédent, deux géants du luxe français s’engagent conjointement, par le biais d’une charte commune, à respecter de nouvelles règles d’embauches et de conditions de travail des mannequins. Désormais, les deux consortiums ne travailleront qu’avec des mannequins de plus de 16 ans (accompagnés d’un chaperon quand ils sont mineurs) et dont le certificat médical – datant de moins de six mois – atteste de leur bonne santé. Cette charte est conforme à la loi française contre la maigreur excessive des mannequins. Mais les deux géants de la mode entendent désormais l’appliquer partout où ils sont présents dans le monde.

Source : Le Figaro