Filles et activité physique

4 règles à changer pour encourager les filles à bouger davantage

Le 19 février 2018

Télécharger le PDF

À l’approche de la puberté s’amorce un désengagement des jeunes filles envers la pratique d’activité physique qui se poursuit et s’accélère tout au long de l’adolescence. L’environnement social dans lequel nos filles évoluent peut jouer un rôle dans cette situation. Et si on changeait quelques règles pour aider les filles à bouger davantage et avec plus de plaisir ?

1- Donner plus de temps

Tout comme les adultes, les jeunes filles identifient le manque de temps comme la principale raison qui les empêche de faire de l’activité physique. À l’adolescence, les activités entre amis, le travail à temps partiel et les loisirs sédentaires (notamment l’utilisation des médias sociaux) font partie des activités concurrentes aux activités physiques et sportives avec lesquelles elles doivent apprendre à composer.

Mais au-delà du manque de temps pour la période d’activité, le manque de temps pour se changer ou se laver après l’activité représente aussi un autre frein à la participation des adolescentes. À un âge où une grande importance est accordée à son image et au regard des autres posé sur soi, certaines filles tiennent à passer sous la douche après avoir eu chaud lors d’une activité. Pour respecter ce besoin, les milieux scolaires pourraient se pencher sur les enjeux suivants :

  • Le temps alloué pour se changer après le cours d’éducation physique et à la santé est-il suffisant ?
  • Les participantes aux activités du midi ont-elles la permission de manger pendant le premier cours de l’après-midi si le temps utilisé pour se laver ne leur a pas permis de le faire ?
  • L’école offre-t-elle des activités en fin de journée pour leur permettre de se laver à la maison, si c’est leur préférence ?
jouer dehors

2- Laisser les petites filles salir leurs vêtements

Danser sous la pluie, creuser la terre, lancer des boules de neige, ramper sous un tronc d’arbre ou y grimper, tant d’exemples de jeux qui permettent aux enfants d’expérimenter différentes façons de se mouvoir. À travers ces activités, les enfants développent leur tonus musculaire et différentes habiletés motrices tout en apprivoisant les éléments naturels de leur environnement. Mais pour prendre part avec plaisir à ces activités, ils doivent pouvoir compter sur des adultes qui accepteront les marques de gazon aux genoux des pantalons, ainsi que les éraflures sur la peau, ce qui n’est pas toujours vu d’un bon œil par les parents des petites filles.

Suggérons aux filles de porter des vêtements dans lesquels elles se sentiront confortables et libres de bouger sans peur de se salir, mais aussi sans se sentir restreintes dans leurs gestes par gêne de se dénuder et d’en subir des moqueries (porter des leggings sous la robe, par exemple). Auprès des plus grandes, répétons l’importance de traîner dans le sac à dos des vêtements de rechange, dont les indispensables souliers de course et soutien-gorge de sport. Elles pourraient aussi y laisser les accessoires qui leur permettront de se rafraîchir après l’activité si elles le désirent.

activite physique pour les filles

3- Valoriser les aptitudes physiques

  • Wow, tu es forte !
  • Comme tu cours vite !
  • Tu lances très loin !

Ces phrases ne sont pas anodines. Elles pourraient prendre une importance capitale dans l’intention d’une fille de poursuivre sa découverte en matière d’activité physique de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte. La recherche a montré que les filles sont plus aptes à maintenir leur pratique d’activité physique si elles possèdent un fort sentiment d’efficacité personnelle, c’est-à-dire si elles ont confiance en leur capacité à surmonter les défis physiques qui se présentent à elles. L’appui et les encouragements fournis par les parents et autres adultes significatifs auront un impact considérable sur leur enthousiasme à continuer à bouger.

  • Tu lances comme une fille !
  • Arrête de t’entraîner, tu vas avoir des gros muscles !

Même lancées sous le couvert de l’humour, ces phrases renforcent les stéréotypes qui mettent de l’avant les aptitudes physiques des garçons au détriment de celles des filles. Laissons nos filles nous montrer à quel point elles courent vite et félicitons-les pour leurs efforts physiques !

cours de danse pour enfants

4- Modifier l’offre sportive traditionnelle

Bon nombre de filles sont moins friandes des activités sportives traditionnelles en gymnase telles que le hockey cosom, le handball ou le basketball. Par ailleurs, elles apprécient les activités qui comprennent une composante artistique, qui peuvent se pratiquer avec leurs amies sans se jouer nécessairement en équipe, et pour lesquelles le score final ou le tableau de classement ont moins d’importance. De plus, les jeunes filles aiment que leurs activités physiques soient variées et suivent les tendances. En somme, changer les règles dans l’offre d’activités proposées pour qu’elles s’y engagent signifie aussi leur demander quelles seraient leurs préférences, tout simplement !

Ce qui donne le goût aux filles de bouger, c’est le souvenir de chaque expérience positive vécue lors d’une activité physique qui leur a permis d’entrer en relation avec leurs amies, dans un contexte où le plaisir et le respect sont mis de l’avant. Travaillons ensemble à changer les règles qui régissent le contexte de pratique des activités physiques et sportives de nos filles !



Télécharger le PDF

Changer les règles, oui mais… attention  !

Toutes les règles ne sont pas pour autant bonnes à changer! Accorder 2 points pour un but compté par une fille ou exécuter des « push up de filles » pourrait contribuer au problème plutôt qu’à la solution. Présentons plutôt un défi à la hauteur des habiletés des filles et des garçons en parlant préférablement d’intensité variable. Faire un push up sur les genoux, c’est un exercice qui présente un niveau de difficulté approprié pour le jeune qui est rendu là, fille ou garçon !