Activité physique et sédentarité

Bulletin de l’activité physique des jeunes: ParticipACTION lance un appel aux familles

Le 17 juin 2020

Les enfants et les jeunes sont trop peu actifs physiquement, et bien trop sédentaires, révèle le plus récent bulletin de ParticipACTION. C’est donc le moment ou jamais de renverser ces tendances, souligne l’organisme. Et, à ce chapitre, les familles peuvent justement jouer un rôle prépondérant.

Examinons d’abord les notes que décrochent les jeunes canadiens âgés de 5 à 17 ans, en ordre décroissant. Ils obtiennent un B pour leur participation aux sports organisés ainsi que pour la qualité de leur sommeil. Voilà pour les bonnes nouvelles. En ce qui concerne les comportements sédentaires et la participation aux cours d’éducation physique, ils reçoivent un D+. Pour le transport actif, c’est un D-. Et, en matière de jeu actif, ainsi que de mouvements en 24 heures, ils sont sanctionnés par la note F.

Bref, pour l’ensemble de l’activité physique, les jeunes canadiens obtiennent un D+. Une note qui correspond par ailleurs à leur littératie physique, un concept désignant à la fois les compétences physiques, la motivation, la confiance et les connaissances. Si bien que, globalement, la condition physique de nos jeunes correspond à la note D.

L’influence de la famille

Bien que ce portrait soit peu reluisant, on ne doit surtout pas le considérer comme une fatalité. Il est possible de renverser la vapeur. Et c’est déjà au sein de la famille qu’il est possible d’intervenir et d’avoir un impact majeur sur les niveaux d’activité physique des enfants et des adolescents. C’est dans cette optique que ParticipACTION accompagne son bulletin d’une Déclaration de consensus : Le rôle de la famille dans l’activité physique, les comportements sédentaires et le sommeil des enfants et des jeunes.

Partant du principe que le milieu familial exerce une influence majeure dans tous les domaines de la vie des enfants, il est évident qu’être actif en famille aura aussi un impact direct sur eux. À cet égard, les différents membres de la famille peuvent jouer un rôle de modèle en matière des comportements sains. Par exemple, une période supplémentaire de 20 minutes d’activité physique, d’intensité moyenne à élevée, pratiquée par les parents est associée à 5 minutes supplémentaires pour leur enfant.

Donner l’exemple

La sédentarité, et notamment le temps passé devant les écrans, représente un autre défi de taille à gérer en famille. Surtout qu’au cours des dernières années, les écrans se sont multipliés dans nos environnements au point de devenir la norme. Déjà, à l’âge de 11 ans, 53 % des enfants possèdent leur propre téléphone intelligent, une proportion qui passe à 69 % à l’âge de 12 ans.

Or si le temps-écran des familles est à la hausse, davantage de personnes prennent conscience du problème. En 2016, 29 % des parents déclaraient passer trop de temps sur leurs appareils mobiles, un pourcentage qui, trois ans plus tard, s’élevait à 52 %. D’un autre côté, la proportion des enfants qui trouvaient que leurs parents étaient trop dépendants de leurs écrans portatifs est passé de 28 % en 2016 à 39 % en 2019.

ParticipACTION suggère donc l’adoption d’un plan média familial qui vise à :

  • Établir des limites de temps-écrans
  • Prioriser le temps en famille sans écran
  • Utiliser des paniers pour y déposer les appareils mobiles
  • Retirer les écrans des chambres des enfants
  • Prendre des repas en famille sans écran

Soutenir les familles

ParticipACTION prend acte du fait que, de nos jours, les familles sont très diversifiées et structurées de multiples façons, tout en baignant dans des réalités socioculturelles très variées. Cela étant, la cellule familiale n’en demeure pas moins l’une des sources d’influence les plus susceptibles de modeler les comportements des enfants et des jeunes. En outre, faire de l’activité physique en famille favorise aussi le soutien social, la connectivité et l’attachement : autant de facteurs qui contribuent au maintien d’une bonne santé mentale.

Or, on ne peut faire reposer sur les familles l’entière responsabilité de veiller sur les niveaux d’activité physique et de sédentarité des enfants. C’est pourquoi la Déclaration de consensus contient de nombreuses recommandations qui s’adressent spécifiquement : aux enseignants et aux gestionnaires du milieu de l’éducation; aux milieux universitaires et de recherche; aux professionnels de la santé; aux professionnels de première ligne, responsables et intervenants de programmes communautaires; aux employeurs; aux gouvernements.

Autrement dit : tous pour les familles, et toutes les familles pour les enfants !



Méthodologie

L’équipe interdisciplinaire de recherche de ParticipACTION détermine les notes attribuées selon les meilleures données disponibles et en fonction de 14 indicateurs reproduits dans plus de 50 pays. Ces notes ont les significations suivantes :
A = Nous avons du succès avec la vaste majorité des enfants et des jeunes.
B = Nous avons du succès avec beaucoup plus de la moitié des enfants et des jeunes.
C = Nous avons du succès avec environ la moitié des enfants et des jeunes.
D = Nous avons du succès avec moins de la moitié des enfants et des jeunes, mais avec quelques-uns.
F = Nous avons du succès avec très peu d’enfants et de jeunes.