Mouvement #MeToo

Sport’Aide: une ressource pour accompagner, écouter, orienter les jeunes sportifs victimes de violence

Le 16 juin 2018

Télécharger le PDF

Inutile de répéter que la pratique de sports, libres ou organisés, est profitable pour la santé et le développement des jeunes. Malheureusement, certaines situations peuvent en partie compromettre ces bienfaits. Voilà pourquoi Sport’Aide œuvre à créer des environnements sportifs sains, sécuritaires et harmonieux pour les jeunes du Québec.

Depuis 2013, l’OBNL Sport’Aide s’est donné pour mission d’éliminer les violences de toutes sortes (sexuelles, physiques, psychologiques, etc.) qui contaminent les milieux liés à la pratique de sports. Ces situations déplorables ne sont pas nécessairement l’apanage du sport, bien qu’elles puissent parfois découler de certains aspects de la culture sportive ou encore de certaines structures propres à un sport. En outre, ces violences peuvent aussi émaner des relations entre les individus ou encore des comportements de l’athlète lui-même.

Les causes sont donc nombreuses, complexes et parfois même insidieuses. « Ces différentes formes de violence, lit-on sur le site de Sport’Aide, semblent donc être intimement reliées et s’influencent les unes les autres. La violence peut donc être directe ou indirecte, peut évoluer dans le temps, n’inclut pas nécessairement une personne qui agit et ne suppose pas toujours une intention de nuire ou de faire du mal. »

jeunes sportifs

À situation complexe, réponse complète

En plus d’exercer un leadership en matière d’initiatives favorisant un environnement sportif sain, sécuritaire et harmonieux, tant au niveau élite que récréatif, Sport’Aide offre des services d’accompagnement, d’écoute et d’orientation non seulement aux jeunes sportifs, mais également aux divers acteurs du monde sportif (parents, entraîneurs, organisations sportives, officiels et bénévoles) qui seraient témoins de violence à l’égard des jeunes. Il s’agit tout simplement de contacter l’organisme soit par téléphone, par courriel ou Facebook directement en ligne ou encore par clavardage.

Le portail de Sport’Aide recense aussi dans ses pages plusieurs ressources dont la mission est d’aider les jeunes ainsi que des documents de références utiles aux parents ou aux différents acteurs du milieu sportif. En résumé, Sport’Aide est un carrefour tant pour le milieu sportif que scolaire, municipal et communautaire, pour les aider à résoudre les problèmes de violence vécue par les jeunes dans le contexte sportif aussi bien au niveau amateur qu’au niveau élite, et ce, dans toutes les disciplines sportives.



Télécharger le PDF

Un enjeu réel

On ne doit bien sûr pas être alarmiste, et penser que tous les sports dans tous les milieux sont susceptibles d’engendrer une forme ou une autre de violence. Mais il faut être réaliste. À cet effet, Sport’Aide cite certaines statistiques selon lesquelles ont constate, entre autres, que :

  • 23 % des athlètes ont rapporté, selon une étude menée au Royaume-Uni, avoir vécu de la maltraitance émotionnelle de la part de l’entraîneur durant la pratique de leur sport avant l’âge de 16 ans.
  • 25 % jeunes athlètes québécois (âgés de 10 à 20 ans) ayant répondu à une enquête, ont reconnu avoir fait usage, dans les douze derniers mois, d’un ou de plusieurs produits interdits ou soumis à des restrictions par l’American Medical Association.
  • 38 % des répondants d’une étude menée en Belgique et aux Pays-Bas ont rapporté avoir vécu de la violence psychologique, 11 % de la violence physique et 14 % de la violence sexuelle avant l’âge de 18 ans dans le contexte de leur pratique sportive.
  • 12,9 % des répondants d’une étude menée au Royaume-Uni ont affirmé avoir été forcé à s’entraîner ou à prendre part à une compétition malgré la présence d’une blessure ou d’un état de fatigue.