Rues partagées

Guide d’urbanisme tactique pour l’aménagement éclair de rues plus conviviales

Le 13 avril 2016

Un nouveau guide décrivant les meilleures pratiques de «quick-build projects» pour l’amélioration des rues, publié par l’organisme PeopleForBikes, est maintenant à la disposition des décideurs.

La méthode du quick-build project, que l’on peut traduire librement par « aménagement éclair », fait partie des moyens utilisés par la nouvelle approche dite de «l’urbanisme tactique». Cette stratégie d’action permet aux villes de mieux répondre à l’évolution des mœurs et des besoins de leurs citoyens au chapitre de la sécurité, de la mobilité, de la qualité de vie et du dynamisme économique.

À titre d’exemple, on peut citer la ville de Calgary qui, en l’espace de deux mois, a implanté un tout nouveau réseau cyclable dans son centre-ville. C’est un exploit d’autant plus remarquable que, à peine trois mois plus tard, le nombre de déplacements à vélo avait presque doublé. De plus, 2 Calgariens sondés sur 3 approuvent déjà le projet.

Caractéristiques d’un aménagement éclair de rue

Les projets d’aménagements éclair de rues exigent de repenser les processus bureaucratiques qui ont cours depuis des décennies afin de les rendre plus souples et plus réactifs. On peut identifier 4 caractéristiques communes aux projets d’aménagements éclair :

  • Ils doivent être dirigés par l’administration municipale, ou une de ses agences.
  • Leur implantation doit être rapide, préférablement dans l’année qui suit le début des travaux de planification
  • Leur conception doit prendre en considération qu’ils sont susceptibles d’être modifiés après l’implantation.
  • Les matériaux utilisés pour de telles interventions doivent justement permettre des modifications réalisées après coup.
urbanisme tactique

Penser grand à coup de petits projets

Les auteurs du guide vont valoir que les modèles d’infrastructures dont nous avons hérité, tout comme les modes d’organisation bureaucratiques qui en découlent, sont vieux d’une soixantaine d’années. C’était l’époque des immenses autoroutes avec échangeurs surélevés qui consacrait le règne presque sans partage de la voiture automobile.

Les villes d’aujourd’hui doivent répondre à de nouveaux impératifs. Bien sûr, on ne peut pas modifier aisément le parcours d’une autoroute coulée dans le béton. Par contre, à l’aide de moyens simples et peu coûteux, comme de la peinture, du mobilier urbain, de la signalisation, il est assez facile de redéfinir l’utilisation des rues dans une ville et d’en réallouer les espaces pour multiplier ses usages.

Source : PeopleForBikes



Ce guide s’appuie sur les expériences réalisées dans les villes américaines d’Austin, Chicago, Denver, Memphis, New York, Pittsburgh, San Francisco et Seattle. Il est conçu pour offrir un coffre à outils aux planificateurs désireux de promouvoir le transport actif, de créer de nouveaux espaces publics et de contribuer à une meilleure qualité de vie pour l’ensemble de leurs citoyens.