MRC de Portneuf

Patrick Bouillé : un conseiller municipal qui carbure à la famille

Le 15 août 2017

Un mini-gym pour les tout-petits, un parc 0-5 ans qui favorise le jeu libre, un camp de jour où la saine alimentation est valorisée, un sentier actif qui relie le cœur du village au fleuve : voilà les réalisations récemment primées dont Deschambault-Grondines peut s’enorgueillir. Pas mal pour un village de 2 300 habitants, niché au bord du fleuve dans la MRC de Portneuf! Entrevue avec Patrick Bouillé, conseiller municipal.

Patrick Bouillé est conseiller depuis 2009. Le maire de Deschambault-Grondines, Gaston Arcand, lui a proposé de s’engager en politique municipale notamment pour travailler sur le projet de politique famille et aînés qui s’amorçait en 2009. Et on comprend pourquoi : titulaire d’un baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire, Patrick Bouillé est père de 6 enfants.  « Ça teinte mon engagement et mon action dans la communauté et la région », reconnaît-il. Patrick Bouillé coordonne également le projet d’enrichissement des outils d’aménagement de parcs et d’espaces de jeux du Projet Espaces destinés aux gestionnaires et élus municipaux.

100°. À quand remonte l’intérêt de la municipalité Deschambault-Grondines pour les saines habitudes de vie?

Patrick Bouillé. En 2011, le conseil municipal a adopté une politique de la famille et des aînés, qui contenait déjà quelques points liés aux saines habitudes de vie : sécuriser les déplacements actifs, aménager un parc pour les tout-petits et favoriser le vieillissement actif. Notre vision des environnements favorables aux saines habitudes de vie s’est progressivement étoffée, puis est devenue plus évidente fin 2013, lorsque notre projet d’aménagement d’un parc 0-5 ans a été retenu par l’Alliance québécoise du loisir public, dans le cadre du Projet Espaces. Nous avons donc bénéficié d’une précieuse expertise de pointe pour mener ce projet à bien.

« La nouvelle version de notre politique de la famille et des aînés intégrera de façon explicite l’aménagement d’environnements favorables aux saines habitudes de vie. Nous bénéficions notamment de l’expertise du CIUSS de la Capitale-Nationale pour faire cette mise à jour. »

Ce parc a été inauguré à l’automne 2016. Quelles sont ses caractéristiques?

Ce parc est axé sur le jeu libre. Sa conception permet aux enfants de se développer de façon optimale dans un cadre sécuritaire. Il comprend différentes zones qui favorisent, par exemple, le jeu calme ou le jeu physique, ou encore la découverte de milieux naturels. Nous avons aussi aménagé un jardin communautaire juste à côté, grâce à l’implication du comité d’embellissement. Le parc est adjacent aux jeux d’eau, au terrain de tennis et à la patinoire asphaltée où les jeunes peuvent faire du roller-hockey ou jouer au basket. Même s’il est dédié aux tout-petits, un parc doit être localisé de façon stratégique afin d’être bien intégré à la vie du village. Nous sommes très fiers d’avoir reçu le prix 2017 du Carrefour action municipale et famille (CAMF) pour les municipalités de moins de 10 000 habitants.

« Les services de garde en milieu familial profitent aussi des avantages du parc 0-5ans : c’est un aménagement qui a beaucoup de retombées positives. »

Combien ce parc a-t-il coûté?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette réalisation n’a coûté que 75 000 $. La municipalité a contribué à raison de 50 000 $ et nous avons reçu 25 000 $ de la MRC dans le cadre du Pacte rural. Les tout-petits n’ont pas besoin de grandes structures coûteuses pour jouer librement. De plus, en raison de leur âge et de leur taille, la norme d’amortissement est moins élevée que pour les enfants plus grands. Nous avons donc pu simplement conserver le gazon présent sur le site, plutôt que de le remplacer. Le fait que le parc ait été réalisé en régie a aussi contribué aux coûts très raisonnables du projet, même s’il s’agit d’une réalisation à la fine pointe en matière de développement psychomoteur des tout-petits.

« Le rôle d’un élu, c’est d’être à l’écoute des citoyens et de bâtir une vision qui va guider l’action municipale. Ce sont les familles qui ont demandé des aménagements pour les tout-petits. »

La municipalité a également été primée par le CAMF pour un autre aménagement dédié aux tout-petits…

Oui, et c’est aussi une grande source de fierté, car le mini-gym, comme nous l’appelons, est le résultat d’une belle synergie au sein de la municipalité. Un des objectifs de notre politique de la famille et des aînés était de pallier le manque d’aménagement pour les tout-petits. Plutôt que d’attendre la réalisation du parc extérieur, la directrice des loisirs nous a suggéré d’aménager un espace intérieur vacant situé juste au-dessus du centre d’entraînement municipal. En quelques semaines, cet espace était prêt, notamment grâce à une contribution du comité des loisirs qui a acheté des équipements.

La vocation du mini-gym est de favoriser le jeu libre, tout en stimulant la motricité des jeunes enfants. Les parents installent les petits modules à leur guise, puis les rangent et font le ménage du local. La directrice des loisirs inspecte régulièrement les équipements pour s’assurer de leur bon état et de leur sécurité. Le mini-gym est un bon exemple d’aménagement simple et très peu coûteux qui a des retombées très positives sur le milieu. Cet endroit est devenu un lieu de socialisation très prisé des jeunes familles.

« Il n’y a rien de mieux que d’être un citoyen pour être un bon élu. C’est important de participer aux activités récréatives et sportives et de fréquenter les parcs pour être en lien direct avec les gens. »

La municipalité agit-elle aussi en matière de saine alimentation?

Oui, particulièrement dans le camp de jour, qui fait partie du réseau Tremplin santé. Nos moniteurs suivent une formation et se sont révélés très dynamiques en créant « Les sœurs agrumes » et « Saute jusqu’à mon jardin », des activités qui ont été respectivement primées en 2014 et 2016 dans la catégorie saine alimentation du réseau Tremplin santé. Le jardin communautaire a servi de terrain pour l’activité « Saute jusqu’à mon jardin » des enfants de 4 à 6 ans : plantations, visites, fabrication d’une trousse d’affichettes santé, ainsi qu’un tapis de jeu basé sur les groupes alimentaires, etc. Là encore, le coût est minime, mais l’initiative est très porteuse au chapitre de la sensibilisation à la saine alimentation.

Quels sont les « secrets » de Deschambault-Grondines pour générer autant de bonnes idées?

Il n’y a rien de secret dans nos bons coups. Nous sommes à l’écoute des besoins de nos citoyens et des tendances porteuses. Le soutien des professionnels et des employés de la municipalité est un ingrédient essentiel : ils sont allumés, ils savent ce qui se passe ailleurs. Il y avait un besoin des citoyens, une vision au sein du conseil, mais c’est parce que nos employés sont à l’affût des formations et des leviers financiers que nous avons pu passer à l’action. Par exemple, Céline Castonguay, la directrice des loisirs, a repéré l’appel de projets d’Espaces. Elle a également suivi la formation en saines habitudes de vie donnée par Québec en forme et elle participe à la table de concertation en loisirs de la MRC de Portneuf. Nos bénévoles impliqués dans les différents comités sont très proactifs : sans le comité d’embellissement, le jardin communautaire n’existerait pas.

Pour favoriser le développement optimal des tout-petits, il faut aussi savoir profiter de l’expertise d’autres acteurs comme le Projet Espaces, le CIUSS et la Table de concertation 0-5 ans de Portneuf. Et nous sommes loin d’être les seuls à réaliser des projets inspirants : le colloque annuel du CAMF est une occasion en or de suivre les réalisations des autres municipalités du Québec.

« Il faut porter le message des saines habitudes de vie au sein du conseil municipal. Il existe des outils pour y arriver. Par exemple, le Projet Espaces fournit des fiches qui permettent de monter un argumentaire solide pour convaincre des collègues du bien-fondé de concevoir un parc pour les tout-petits. »

Quels sont les projets à suivre au chapitre des saines habitudes de vie à Deschambault-Grondines?

Nous travaillons actuellement sur la mise en œuvre de notre Plan directeur des parcs et espaces verts. Nous souhaitons que les concepts et les valeurs qui ont présidé à la réalisation du parc 0-5 ans soient appliqués dans l’ensemble des parcs de la municipalité. Et Deschambault-Grondines a de nouveau été retenue pour la réalisation d’un projet pilote de parc-école. C’est un projet très stimulant qui allie l’expertise d’Espaces et les stratégies d’aménagement du guide « Ma cour un monde de plaisir », conçu par Kino-Québec. Si tout se passe comme prévu, l’école primaire le Phare disposera en 2018 d’une cour d’école aménagée de façon optimale et qui sera ouverte à la communauté.

D’autres bons coups

La municipalité de Deschambault-Grondines se distingue par son attention aux besoins des jeunes enfants, mais elle compte d’autres réalisations à son actif.

  • Implication intermunicipale. Le 23 septembre 2016, Deschambault-Grondines a été l’hôte d’une journée de partage intermunicipal sur les Politiques familiales « En Forme ». Plus de 100 personnes ont assisté à cet événement organisé par le Carrefour action municipale et famille.
  • Persévérance. Il a fallu 5 ans de démarches auprès du ministère des Transports, de la Mobilité Durable et de l’Électrification des Transports (MTMDET), pour obtenir la permission d’aménager un passage piéton sécuritaire sur la route 138, qui sépare le village en deux.
  • Saine alimentation. La municipalité est un partenaire majeur du marché estival hebdomadaire. En plus de fournir des biens et des services liés à l’aménagement physique, elle verse également une subvention annuelle qui permet d’embaucher une coordonnatrice et de faire la promotion du marché.
  • Patrimoine et activité physique. Le sentier de la Fabrique est un autre aménagement primé auquel la municipalité a contribué. Ce projet de valorisation du patrimoine et de préservation du milieu naturel crée un lien entre le littoral et le noyau villageois. De plus, il comporte des affichettes qui proposent trois niveaux de parcours actif. Ce sentier a mérité le Prix inspiration 2015, de la Fédération des villages-relais du Québec.