Santé et services sociaux

Bouger en temps de pandémie : Bulletin 2021 de l’activité physique chez les adultes de ParticipACTION

Bouger en temps de pandémie : Bulletin 2021 de l’activité physique chez les adultes de ParticipACTION

Ressource

Ce deuxième portrait de l’activité physique chez les adultes, que brosse ParticipACTION, est à la fois accablant et en partie excusable. Certes, les Canadiens ne sont pas assez actifs physiquement et beaucoup trop sédentaires, mais c’est en partie attribuable à la pandémie. Et, bonne nouvelle, près de quatre adultes sur cinq souhaitent pratiquer plus d’activité physique. Une note d’espoir que traduit le titre du Bulletin 2021 : Mieux rebondir dans une nouvelle réalité.

François Grenier

François Grenier

JOURNALISTE | 100º

Pour établir ce bilan, le comité de recherche de ce Bulletin de l’activité physique s’est penché sur 18 indicateurs, regroupés en quatre catégories : Comportements quotidiens; Caractéristiques individuelles; Espaces, endroits et normes culturelles; Stratégies et investissements. En ce qui concerne les huit indicateurs notés (le neuvième ne pouvant être évalué faute de données) et qui portent sur des comportements précis en matière de mouvement, les adultes canadiens âgés de 18 à 79 ans décrochent la note globale de D+.

Pour établir ce bilan, le comité de recherche de ce Bulletin de l’activité physique s’est penché sur 18 indicateurs, regroupés en quatre catégories : Comportements quotidiens; Caractéristiques individuelles; Espaces, endroits et normes culturelles; Stratégies et investissements. En ce qui concerne les huit indicateurs notés (le neuvième ne pouvant être évalué faute de données) et qui portent sur des comportements précis en matière de mouvement, les adultes canadiens âgés de 18 à 79 ans décrochent la note globale de D+.

Bien entendu, cette note globale masque certaines disparités entre les groupes d'âge, car, en vieillissant, les gens ont tendance à devenir moins actifs. D'autre part, on constate que les femmes sont généralement moins actives physiquement que les hommes. Ainsi, seulement 46 % d'entre elles font 7 500 pas par jour, contre 53 % des hommes. En matière d'activité physique d'intensité légère, 53 % des femmes en font au moins trois heures par jour contre 58 % pour les hommes. Et la pandémie a malheureusement aggravé ces différences puisque, avec les fermetures d'écoles et de garderie, un nombre disproportionné de femmes ont dû choisir entre travailler ou s’occuper des enfants.

Les effets de la pandémie

Les Canadiens n’ont jamais été de grands adeptes du transport actif, alors que seulement 7 % d’entre eux avaient opté pour ce type de mobilité avant 2020. Une proportion qui est demeurée relativement stable avec 6 % durant la pandémie. En revanche, les usagers du transport collectif sont passés de 13 % en 2015 à 3 % en 2020. D’où la note F (pour Fail, en anglais, ce qui correspond à notre E pour échec).
 
D’autre part, seulement 12 % des adultes âgés de 18 à 79 ans respectent les directives en matière de comportement sédentaire, soit moins de huit heures par jour. Et fait à noter, 61 % des adultes ont indiqué avoir passé « un peu plus » ou « beaucoup plus » de temps devant les écrans durant la pandémie. Encore là, ils reçoivent la note F.

Sédentarité

Activités physiques au quotidien

Selon l’Organisation mondiale de la santé, afin de maintenir un mode de vie physiquement actif, il faut effectuer au moins 7 500 pas par jour. Et 49 % des adultes âgés de 18 à 79 répondent à cette exigence. Ce qui donne la note C.
 
Même résultat en ce qui concerne les 150 minutes d’activité physique d’intensité moyenne à élevée, norme à laquelle répondent 49 % des adultes, et qui mérite encore la note C. À noter que, en 2019, les Canadiens avaient obtenu, pour cet indicateur, la note F. Voilà donc un des rares effets positifs de la pandémie, laquelle a conduit un plus grand nombre d’adultes à se remettre à l’entraînement.
 
Enfin, pour terminer cette ronde sur une meilleure note, 56 % des adultes âgés de 18 à 79 ans s’adonnent à des activités physiques d’intensité légère pendant au moins trois heures par jour, ce qui vaut un C+ !

D comme déception

Le portrait devient moins réjouissant lorsque l’on constate que seulement 25 % des adultes âgés de 18 ans et plus participent à des activités qui renforcent les muscles au moins deux fois par semaine. Or, l’entraînement musculaire permet, notamment, de contrebalancer de nombreux processus liés au vieillissement comme la perte de la masse musculaire, la faiblesse musculaire, la perte de mobilité, les maladies chroniques, l’incapacité et même le risque de décès prématuré. Alors que notre population est vieillissante, voilà un indicateur dont il faudrait renverser la tendance. Note D-.
 
Dans un même ordre d’idée, seulement 23 % des adultes âgés de 65 ans et plus ont déclaré avoir participé à des activités qui favorisent l’équilibre au cours de la dernière semaine. Pourtant, ces exercices réduisent le risque de chute chez les aînés, ce qui les aide à conserver leur autonomie et leur indépendance. Encore là, la note D- et une tendance à renverser.
 
Légère amélioration, toutefois, en matière de participation sportive, alors que 27 % des adultes âgés de 18 ans et plus pratiquent un moins un sport. Seul bémol, cette participation diminue considérablement avec l’âge, passant de 44 % chez les adultes âgés de 18 à 24 ans à 16 % chez les adultes âgés de 65 ans et plus. Note D.

Parcours d'entraînement

B comme bonnes nouvelles

Le dernier indicateur noté, en matière de comportements quotidiens, porte sur la durée du sommeil, pour lequel 73 % des adultes âgés de 18 à 79 ans respectent les recommandations selon leur groupe d’âge. À noter que ces bonnes habitudes se perdent avec le temps, puisque les 18 à 64 ans dorment mieux (77 %) que les 65 à 79 ans (55 %). Néanmoins, au chapitre du sommeil, nous obtenons la respectable note B.
 
Autres bonnes nouvelles, cette fois dans la catégorie des caractéristiques individuelles, le Bulletin révèle que les Canadiens sont justement prêts à rebondir. En effet, 66 % des adultes (note B) sont d’accord pour dire qu’ils détiennent la capacité d’être actifs. Qui plus est, ils sont à 58 % d’accord avec le fait de dire qu’ils ont l’occasion d’être actifs (note B), ce qui correspond assez bien à la réalité puisque, en matière d’installations et d’infrastructures, le Bulletin accorde la note B et, pour l’offre de service, la note B-.
 
Enfin, cerise sur le gâteau, les Canadiens semblent très motivés à cet égard, puisque 79 % d’entre eux disent avoir l’intention de pratiquer des activités physique ou sportive au cours des 12 prochains mois, ce qui leur vaut l’excellente note de B+ !

Parcours d'entraînement

Mieux rebondir dans une nouvelle réalité

Le Bulletin 2021 de ParticipACTION offre bien plus qu’un portrait de l’activité physique chez les adultes. C’est aussi un vibrant plaidoyer à l’adresse des dirigeants, des décideurs et des citoyens canadiens « pour qu’ils adoptent des idées novatrices et durables qui feront en sorte que l’activité physique soit amusante, accessible et valorisée par tous ». D’autre part, pour chacun des indicateurs, le Bulletin offre une série de recommandations en matière de politiques, de pratiques et de recherches.
 
Les solutions sont donc là. Il est temps de rebondir, car, comme on peut le lire dans ce Bulletin : « Maintenant plus que jamais, nous savons à quelle vitesse nos vies peuvent changer, et combien la résilience sur les plans personnel et systémique est essentielle pour surmonter de telles épreuves. »
 
À nous tous de bouger !
 
Consultez le Bulletin 2021 de l’activité physique chez les adultes de ParticipACTION

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN