Municipal

Soutien financier aux infrastructures sportives et récréatives de petite envergure

Soutien financier aux infrastructures sportives et récréatives de petite envergure
François Grenier

François Grenier

JOURNALISTE | 100º

Les collectivités du Québec de moins de 10 000 habitants sont invitées à soumettre leurs projets de construction et de rénovation d’installations sportives et récréatives afin d’offrir à leur population des lieux sécuritaires et modernes pour pratiquer leurs sports et leurs loisirs favoris.

Le tout nouveau Programme de soutien aux infrastructures sportives et récréatives de petite envergure (PSISRPE), du ministère de l’Éducation, lance donc son premier appel de projets à l’intention des municipalités, des municipalités régionales de comté (MRC), des organismes à but non lucratif (OBNL) et des coopératives et qui desservent une population de moins de 10 000 habitants.

Ce programme, qui s’inscrit dans le cadre du Fonds pour le développement du sport et de l’activité physique, est doté d’une enveloppe de 10 millions de dollars pour l’appel de projets en cours. Une somme qui permettra aux organismes, dont la demande est acceptée, d’obtenir une aide financière correspondant à 67 % du coût maximal admissible, jusqu’à concurrence de 100 000 $.

Au Québec, on bouge!

Le PSISRPE a pour but d’accroître l’accès de la population à des infrastructures sportives et récréatives comme des modules de jeux, des modules d’entraînement extérieurs, des jeux d’eau et des patinoires extérieures, qu’il s’agisse de la mise à niveau d’installations déjà existantes ou de la construction de nouvelles. Et ce, en vertu de la Politique de l’activité physique, du sport et du loisir Au Québec, on bouge!

Les organisations qui souhaitent présenter une demande ont jusqu’au 20 août 2021 à 16 h 30 pour l’acheminer en remplissant au préalable l’indispensable formulaire en ligne. De plus, on trouve sur le site du ministère les règles et les normes auxquelles il faut satisfaire pour assurer l’admissibilité d’une soumission.

Source : Ministère de l’Éducation