S'approvisionner autrement

Services alimentaires: quelques étapes pour amorcer un virage local et bio!

Le 22 décembre 2017

Depuis plusieurs années déjà, les produits du Québec gagnent en popularité auprès des consommateurs. Bénéfique pour l’environnement, mais aussi pour la vitalité économique de nos communautés, l’approvisionnement local commence maintenant à percer le secteur de la restauration et des institutions publiques.

Le gouvernement du Québec déploie d’ailleurs depuis 4 ans sa Stratégie de positionnement des aliments du Québec sur le marché institutionnel dans laquelle s’inscrivent des actions concrètes pour permettre aux aliments québécois d’occuper une place plus importante dans l’approvisionnement des organismes publics et privés financés par l’État québécois. Il est plus que jamais temps de faire une place de choix pour les aliments produits chez nous.

Vous êtes directeur(trice) d’un établissement ou responsable d’un service alimentaire et vous souhaitez modifier votre mode d’approvisionnement ? Excellente décision : vous contribuerez ainsi à la transformation du système alimentaire pour le rendre plus sain et plus durable Voici une démarche simple, complète et efficace pour le réaliser 

produits locaux

1- Découvrez les avantages de s’approvisionner localement

Avant de mettre en place un projet d’approvisionnement en fruits et légumes locaux, il est important de bien connaître les bénéfices d’un tel changement pour un établissement. En effet, privilégier des aliments locaux présente de nombreux avantages pour votre clientèle, pour l’établissement, pour votre équipe, pour la communauté et bien entendu pour les producteurs de la région.

produits locaux

2- Trouvez de bons fournisseurs et demandez-leur d’identifier la provenance des aliments

Dans vos démarches auprès de nouveaux fournisseurs, prenez le temps de discuter avec eux et d’énoncer clairement vos objectifs et besoins. Commencez petit pour augmenter graduellement votre volume d’achat d’aliments locaux, un légume à la fois !

Il est possible aussi d’exiger de vos fournisseurs que les aliments du Québec soient clairement indiqués dans les listes de prix. Certains fournisseurs indiquent les produits locaux en gras, mettent une fleur de lys ou les classent en haut de leur liste de commande.

Différentes possibilités s’offrent à vous : distributeurs, regroupements de producteurs, paniers bio, jardins in situ… À vous de découvrir celles qui vous conviennent le mieux ! Découvrez les nombreux répertoires existant pour l’ensemble du Québec, de même que les possibilités qui s’offrent à vous dans votre région !

produits locaux

3- Planifiez vos menus en fonction des saisons

  • Inspirez-vous du calendrier des récoltesau Québec.
  • Découvrez des recettes pour les établissements incluant des fruits et légumes du Québec (ex. : Nos petits mangeurs, Bonduelle).
  • Remplacez certains aliments par des alternatives locales ou de saison.

4- Surmontez les obstacles

Plusieurs obstacles peuvent vous bloquer la route, mais rassurez-vous, voici quelques façons de les contourner. Pour en apprendre plus sur ces solutions, consultez l’étude Perspectives sur l’approvisionnement en fruits et légumes locaux.

  • L’enjeu économique : il arrive que les prix des aliments locaux soient plus élevés, en particulier lors de commandes de petits volumes qui empêchent d’accéder à des économies d’échelle.

Nos recommandations : négocier de gré-à-gré les prix au volume, choisir des produits de grade B, répartir annuellement les coûts, recourir à des subventions.

  • L’enjeu juridique : Les règles sur les appels d’offre interdisant de discriminer l’approvisionnement selon la provenance peuvent constituer un frein pour les établissements publics. Toutefois, les règles varient selon la valeur du contrat.

Nos recommandations : contrats de gré à gré, appels d’offres avec des composantes régionales, marge préférentielle liée au développement durable.

  • L’enjeu logistique : D’autres obstacles comme la saisonnalité des produits, les volumes insuffisants ou la préparation des aliments peuvent aussi se produire.

Nos recommandations : adapter les menus à la saison et prévoir un accord pour des compléments en cas d’insuffisance de produits, regrouper les commandes avec d’autres établissements pour augmenter les volumes et négocier une réduction des coûts, commander des produits transformés localement ou des surgelés du Québec.

5- Sensibilisez votre milieu et mettez en valeur vos initiatives

Il est primordial de communiquer votre démarche au sein de votre milieu de travail, afin de sensibiliser votre clientèle. Vous donnerez ainsi une image positive de votre établissement, qui s’engage pour des valeurs actuelles et essentielles.

Pour mettre en valeur votre initiative, vous pouvez :

  • Adhérer au programme de reconnaissance Aliments du Québec au menu — volet institutionnel !
  • Installez des affiches à l’entrée de votre établissement ou de votre service alimentaire. Inspirez-vous de notre modèleou imprimez-le !
  • Mettez certains fruits et légumes locaux et de saison en vedette (ex. : semaine de la tomate, la pomme dans tous ses états).
  • Organisez des activités de sensibilisation sur la saine alimentation (ex. : dégustation de produits locaux, démonstration de recettes originales, happening alimentaire, etc.)
  • Intégrez des activités ludiques et éducatives, pour les enfants, avec la trousse pédagogique sur l’alimentation.
  • Communiquez aux parents ou à votre clientèle les efforts que vous déployez. Ils seront heureux de connaitre vos efforts pour la saine alimentation !
  • Planifiez une visite à la ferme. C’est une occasion idéale pour mieux comprendre la réalité des producteurs et développer un lien privilégié avec votre fournisseur.

Et finalement, n’oubliez pas de tirer des leçons de votre expérience et de partager votre histoire ! Vos démarches peuvent inspirer plusieurs personnes et autres établissements autour de vous !

Pour mettre en pratique cette démarche complète et en apprendre davantage : consultez le guide complet sur le site d’Équiterre.