Pédagogie en contexte de plein air

Apprendre à ciel ouvert: une formation sur l’éducation en plein air qui prend de l’ampleur

Le 25 février 2020

Le 7 février 2020, alors que la plus grosse tempête de l’hiver battait son plein sur le Québec, plus de 300 personnes se rassemblaient à Lac-Delage pour le lancement de la 7e édition du Colloque plein air – Apprendre à ciel ouvert, un évènement de deux jours portant sur l’intervention en contexte de plein air, organisé par la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ) et la Fondation Monique-Fitz-Back. Retour sur un événement à l’image d’un mouvement qui gagne en force au Québec : l’éducation à ciel ouvert.

Le déroulement de la journée du 7 février était planifié en collaboration avec l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). Crédit photo: Roxanne Vallée.

Retour sur deux journées d’effervescence et de partage

Le colloque s’est ouvert avec une conférence inspirante de deux enseignantes du Nouveau-Brunswick, Michelle Thibault et Kathleen Rice, venues nous parler de leur rêve d’ouvrir une école publique en nature. Leur présentation aura permis de faire un survol des bénéfices de ce contexte éducatif et de rêver collectivement aux possibilités de créer un réseau d’écoles publiques en nature.

La suite de la journée offrait aux participants de vivre différents ateliers, intérieurs ou extérieurs. Le volet Petite enfance, élaboré en collaboration avec l’Association québécoise des centres de la petite enfance, permettait de vivre collectivement des ateliers, des groupes de discussions et des conférences spécifiques à ce domaine d’intervention. Pour le volet scolaire, de nombreux thèmes étaient proposés afin que tous y trouvent leur compte, allant des opportunités d’enseignement en nature à la gestion des risques en plein air.

Des foyers extérieurs offraient une ambiance chaleureuse. Crédit photo: Roxanne Vallée

La deuxième journée du colloque s’est entamée sous un froid ensoleillé ressenti de -26°. Deux conférenciers du Nouveau-Brunswick, Roland Chiasson et Ian Smith, ont fait vivre l’expérience Les grands penseurs se rencontrent dehors (randonnée et discussions animées) à une douzaine de participants sur les sentiers d’Empire 47.

Après le dîner, les participants se sont réunis pour écouter un conférencier international, Christian Bisson. Professeur à la Plymouth State University au New Hampshire, ce spécialiste de l’éducation en nature et de l’éducation par l’aventure a fait réfléchir les participants sur une question importante « L’enseignement en plein air, un lieu ou une pédagogie ? »  À la suite de cette conférence, un dernier bloc d’ateliers concluait la journée et l’événement.

Malgré les conditions routières qui ont empêché plusieurs participants de venir, la salle de bal semblait pleine lors du lancement du colloque. Crédit photo: Roxanne Vallée.

Moments forts du colloque

  • La conférence d’ouverture de Michelle Thibault et Kathleen Rice, deux enseignantes du Nouveau-Brunswick passionnées ;
  • La course d’orientation organisée le vendredi soir par la Fédération québécoise de course d’orientation ;
  • Les dîners, occasions de rencontres et de partage entre les participants provenant de tous milieux et de toutes régions ;
  • La conférence de Christian Bisson de la Plymouth State University sur les stratégies d’enseignement en plein air et la philosophie du Nuannaarpoqi ;
  • Les sourires et remerciements que les participants nous ont exprimés tout au long de l’évènement, même à leur arrivée après avoir bravé la tempête !

3 constats du colloque, pour poursuivre la réflexion :

  1. La formation, le réseautage et l’accompagnement sont les clés pour soutenir efficacement le mouvement d’éducation en plein air au Québec.
  2. Avec la formation, les bons outils et les bonnes stratégies, l’éducation en plein air peut s’implanter dans tous les milieux éducatifs : urbains, ruraux, favorisés comme défavorisés.
  3. Il faut multiplier la recherche sur les impacts de l’éducation en plein air au Québec et favoriser davantage les rencontres entre les chercheurs et les éducatrices/éducateurs, enseignants et enseignantes.

Des participants se préparent à partir en randonnée de raquettes pour l’atelier Les grands penseurs se rencontrent dehors. Crédit photo: Roxanne Vallée.

Et ensuite ?

Évènement en pleine croissance, le colloque plein air Apprendre à ciel ouvert contribue avec succès à l’effervescence et à la montée en popularité de l’éducation en plein air au Québec. Une chose est certaine, les organisateurs ont la volonté de poursuivre la vision d’offrir un colloque de formation continue et de réseautage s’adressant une clientèle francophone variée, mais unie autour d’une même vision : amener les jeunes à être actifs, apprendre, socialiser et se dépasser à l’extérieur, en favorisant un plus grand contact avec la nature.

Si cette vision de l’éducation vous interpelle, rejoignez-nous pour le colloque plein air Apprendre à ciel ouvert 2021 ! Détails à venir sur le site de la FEEPEQ et sur la page Facebook du colloque plein air – Apprendre à ciel ouvert.

** Cet article a été rédigé en collaboration avec Patrick Daigle, chargé de projet plein air à la FÉÉPEQ et Véronique Marchand, directrice de la FÉÉPEQ.

Atelier sur la cuisine en plein air avec un groupe de jeunes. Crédit photo: Roxanne Vallée.

 

Ce sujet vous intéresse ?

Visionnez la conférence de Julie Moffet: La classe extérieure : le potentiel pédagogique des cours d’école

Consultez également les articles suivants :