Communautaire / OBNL

Santé des collectivités: 10 femmes d'exception

Santé des collectivités: 10 femmes d'exception

Ressource

Pionnières, vaillantes, engagées, déterminées, ingénieuses: les femmes sont aujourd’hui très présentes dans d’innombrables projets visant à favoriser la santé des collectivités. Pour souligner la Journée internationale des droits des femmes, 100° lève aujourd’hui son chapeau à 10 femmes exceptionnelles qui, chacune à leur manière, auront contribué à faire avancer des causes ou des initiatives bénéfiques à la santé publique, ainsi qu’à celle de la planète.

Marianne Boire

Marianne Boire

RÉDACTRICE EN CHEF | 100º

Source: Wikipedia

Rachel Carson

Aujourd’hui peu connue du grand public, cette biologiste américaine a pourtant été l’une des premières voix à attirer l’attention du monde entier, dans les années 1950 et 1960, sur les dangers de la pollution environnementale. Publié en 1962, son livre « Silent Spring » a notamment levé le voile sur les effets nocifs des pesticides. Ne reculant devant rien, ni même les menaces de l’industrie pétrochimique qui auraient tant voulu la faire taire, Rachel Carson aura été l’une des figures marquantes qui ont contribué à l’essor du mouvement environnementaliste.

Source: Jane Goodall Institute (Facebook)

Jane Goodall

Rendue célèbre par ses études de terrain en Tanzanie, immortalisées dans des films du National Geographic, cette anthropologue et éthologue britannique a profondément révolutionné notre compréhension de l’intelligence et des mœurs sociales des primates, en documentant notamment l’utilisation d’outils par les chimpanzés. En sus de ses découvertes scientifiques, Jane Goodall deviendra également une voix forte et respectée internationalement. À 88 ans, elle milite encore activement pour la protection de la biodiversité, notamment par son implication dans les activités du Jane Goodall Institute, aujourd’hui présent dans 25 pays.

Source; Nations-Unies

Gro Harlem Brundtland

Diplômée en médecine et en santé publique, Gro Harlem Bruntdland a été la première femme à diriger la Norvège, dans les années 1980, avant de devenir directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé entre 1998 et 2003. Elle aura marqué l’histoire par sa contribution à la définition du concept de développement durable. En effet, c’est dans le rapport Notre avenir à tous, publié en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU, dont elle assumait alors la présidence, que l’expression « développement durable » est utilisée pour la première fois. Cinq ans plus tard, le « rapport Brundtland » sera utilisé comme base de négociations internationales au premier Sommet de la terre.

Source: Library of Congress

Jane Jacobs

Journaliste, auteure et activiste canado-américaine, Jane Jacobs n’avait peut-être pas de formation universitaire en urbanisme ou en architecture, mais elle aura malgré tout réussi à faire rayonner sa vision humaniste des villes nord-américaines et à influencer le développement de certaines d’entre elles, comme New York et Toronto. Viscéralement opposée aux grandes autoroutes urbaines qui défigurent les villes, militante pour la marche et la préservation des quartiers, elle est l’auteure de cinq essais, notamment son best-seller Life and Death of Great American Cities publié en 1961. Depuis 2007, des « promenades de Jane » ont lieu dans plus de 200 villes du monde, pour encourager la découverte des quartiers tout en célébrant son héritage.

Vandana Shiva

Physicienne, docteure en philosophie des sciences et auteure, l’environnementaliste et écoféministe indienne Vandana Shiva a débuté son engagement dans les années 1970 en s’impliquant dans le mouvement Chipko dont les membres (surtout des femmes) s’enlaçaient aux arbres pour les défendre comme l’exploitation forestière commerciale, dans la région de l’Himalaya. Au cours des décennies suivantes, et encore aujourd’hui, Vandana Shiva milite activement pour de nombreuses causes, comme la défense de l’agriculture paysanne et la lutte au brevetage du vivant. Figure populaire et rassembleuse du mouvement altermondialiste, elle a notamment fondé la Research Foundation for Science, Technology and Ecology en 1982, ainsi que l’association Navdanya qui vise à protéger la biodiversité agricole indienne.

Crédit photo: François Grenier (100°)

Janette Sadik-Khan

Commissaire aux transports de la Ville de New York, de 2007 à 2013, Janette Sadik-Khan est une véritable icône de la mobilité durable. En quelques années à peine, elle a réussi à métamorphoser la trame urbaine de la Grosse Pomme, en favorisant systématiquement les piétons, les vélos et les transports collectifs au détriment de la voiture. Adepte de l’urbanisme tactique et fervente défenseure de la Vision Zéro, elle aura notamment réussi à piétonniser Time Squares en une nuit à peine. Auteure du livre Street Fight, elle est aujourd’hui consultante pour le cabinet philanthropique Bloomberg Associates.

Source: Food Tank

Marion Nestle

Professeure émérite au département « Nutrition, études alimentaires et santé publique », à l’université de New York, titulaire d’un doctorat en biologie moléculaire et d’un diplôme en nutrition et santé publique, Marion Nestle est une plume incontournable dans le domaine de la nutrition. Redoutable critique de l’industrie agroalimentaire, elle s’intéresse depuis des années aux facteurs qui influencent les choix alimentaires, et tout spécialement au marketing alimentaire. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, notamment : « Food Politics: How the Food Industry Influences Nutrition and Health », « Eat, Drink, Vote: An Illustrated Guide to Food Politics » et « Soda Politics: Taking on Big Soda (and Winning) ».

Crédit photo: Julie Durocher

Laure Waridel

Figure enthousiaste et bienveillante du mouvement environnemental québécois depuis les années 1990, Laure Waridel est l’une des co-fondatrices de l’organisme Équiterre. Titulaire d’un doctorat en écosociologie, professeure associée à l’Université du Québec à Montréal et auteure de plusieurs livres, Laure est l’une des pionnières québécoises en matière de commerce équitable et de consommation responsable. Au cours des dernières années, elle s’est notamment impliquée dans le Pacte pour la transition, avec Dominique Champagne, et elle a cofondé l’organisme Mères au front, avec Anaïs Barbeau-Lavalette.

Wanjira Mathai

Fière descendante de la militante et prix Nobel de la Paix Wangari Maathai (surnommée « la femme qui plantait des arbres »), Wanjira Mathai poursuit non seulement la colossale œuvre de reboisement de sa mère dans le Mouvement de la ceinture verte, mais s’implique également dans de nombreuses initiatives dans les domaines des énergies renouvelables et du développement durable. Titulaire d’une titulaire d’une maîtrise en santé publique et en administration des affaires, elle occupe présentement le poste de vice-présidente et directrice régionale pour l’Afrique. En 2018, elle figurait au palmarès des 100 personnalités africaines les plus influentes, publié par New African Magazine.

Crédit photo: Lëa-Kim Châteauneuf

Greta Thunberg

Devenue en quelques années à peine l’icône de toute une génération de jeunes environnementalistes, Greta Thunberg se passe aujourd’hui de présentation. C’est en 2018, alors qu’elle n’avait que 15 ans, que la jeune militante écologiste suédoise a commencé à se faire connaître, en lançant la Grève scolaire pour le climat, afin de dénoncer l’inaction collective face aux changements climatiques. Par sa détermination et sa pugnacité, Greta Thunberg a réussi à faire porter sa voix jusqu’aux cercles les plus prestigieux, notamment à la conférence de Katowice de 2018 sur les changements climatiques, ainsi qu’aux Nations Unies. Elle est aujourd’hui considérée par le magazine Forbes comme l’une des 100 femmes les plus influentes au monde.

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN