Écoles en santé

Filles et activité physique: la vidéo qui lève tous les tabous

Le 16 février 2021

Dans une vidéo à l’humour décapant et délicieux, trois jeunes actrices passent en revue tout ce qui fait que bien des filles vont au « cours d’édu » à reculons, puis abandonnent l’activité physique. Des garçons « gossants », aux hormones qui arrivent sans trop prévenir, en passant par le dégoulinage de front et d’aisselles, il y a matière à rire, mais aussi à réfléchir !

À l’adolescence, c’est l’hécatombe : la moitié des filles abandonnent l’activité physique. Fillactive, une organisation bien rodée, a pour objectif de renverser la vapeur en leur offrant l’occasion d’y trouver un réel plaisir.

Chloée Deblois

L’humour pour aborder les tabous

« Tout juste avant la pandémie, nous avons commencé à travailler sur le concept d’une vidéo accrocheuse, dans laquelle les ados se reconnaîtraient, raconte Geneviève Leduc, conseillère principale aux programmes chez Fillactive. Nous avons choisi d’y aller à fond avec un langage, des codes et des expressions qui allaient résonner chez elles. Nous sommes persuadées d’avoir un contenu pertinent à partager, mais nous sommes conscientes qu’un message pédagogique a ses limites. »

Diffusée en exclusivité au sein du réseau des écoles partenaires jusqu’à la fin janvier, la vidéo de 15 minutes est maintenant accessible au grand public et vaut le détour.

activité physique filles

Jade Charbonneau

En rire, c’est thérapeutique

« Nous avons fait appel à trois autrices de la relève en humour pour créer un contenu et un ton qui sortent des sentiers pédagogiques, tout en étant basés sur des données solides, explique Geneviève Leduc. Les trois actrices ont plongé à pieds joints dans ces textes, qui ont quelque chose de thérapeutique et qui montrent que ces expériences sont universelles. »

activité physique filles

Zeneb Blanchet

Sont où les compétitions sportives féminines à la TV ?

Jade Charbonneau, Chloée Deblois et Zeneb Blanchet ont aussi puisé dans leur vécu pour illustrer la réalité que vivent les jeunes filles. Les mots sont bien sentis et irrésistiblement drôles. Des exemples ?

  • « L’âge d’or de ma vie d’athlète ? Définitivement au primaire ! »
  • « Dans les films d’ados, il y a de super belles douches à l’école. Ça a l’air malade de se laver à l’école (…) Mais dans mon école, c’était pas comme ça… On suait, pis on changeait de linge après. »
  • « Les messieurs ont droit à leurs compétitions de poker et de fléchettes, mais, à part les Jeux olympiques, il n’y a pas de sport féminin à la télé… come on ! »
  • « Faire des jumpings jacks, avec deux boulets prêts à exploser à tous moments… Au secours ! »

Le regard critique et décalé posé sur les publicités de tampons qui montrent des femmes hyper souriantes et bien dans leur corps vaut aussi son pesant d’or.

Déboulonner les mythes

Si les hormones, l’aspect compétitif de l’activité physique et le fameux manque de temps font partie des barrières et des raisons qui font décrocher les filles de l’activité physique, il y a moyen de les franchir et de les déboulonner. Tout au long de cette vidéo, Jade, Chloée et Zeneb partagent des informations qui mettent à mal certains mythes et forcent la réflexion, toujours avec une délicieuse dérision.

Pour profiter de l’expertise et de certaines des ressources de Fillactive, les écoles sont invitées à s’inscrire à l’espace-écoles, une offre connectée gratuite.

Paroles de filles – Émission spéciale