Régimes amaigrissants

Weight Watchers cible désormais les adolescents pour doubler ses revenus

Le 12 mars 2018

Connue pour ses programmes d’aide à la perte de poids, l’entreprise Weight Watchers a récemment annoncé qu’elle offrirait des adhésions gratuites aux adolescents de 13 à 17 ans. Que penser de cette offensive de marketing ? 100 degrés a invité Yves G. Jalbert, spécialiste de contenu à l’Association pour la santé publique du Québec à prendre la plume pour présenter la position de son organisation.

L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) désapprouve le plan d’affaires de Weight Watchers dont le but ultime est de doubler ses revenus d’ici 2020 afin de satisfaire ses actionnaires. La volonté de cibler les adolescents âgés de 13 à 17 ans ayant un problème de poids paraît irresponsable d’un point de vue de santé publique.

En effet, ces derniers sont en pleine puberté, une période de la vie qui entraîne naturellement une prise de poids et une augmentation de la taille, ce qui nécessite des apports énergétiques importants. Vouloir mettre l’accent sur une alimentation restrictive ou contrôlée dès l’adolescence peut entraîner des effets néfastes sur la santé physique et mentale, d’autant plus que les troubles alimentaires se développent à l’adolescence ou lorsque le corps se transforme. L’ASPQ déboulonne donc quatre mythes entourant Weight Watchers.

1er mythe : Weight Watchers contribue positivement à la lutte contre l’obésité

Faux – Le programme WW StyleLibre est basé sur un système attribuant un budget personnalisé de PointsFutés dans lequel les aliments reçoivent une note de zéro à plusieurs points en fonction des calories, des gras saturés, du sucre et des protéines. Ce système PointsFutés et les aliments zéro Points devraient, en principe, inculquer de saines habitudes alimentaires. Or, dans la réalité, avec ce mode pointage, les clients comptabilisent tout ce qu’ils mangent et deviennent rapidement obsédés par la nourriture. C’est tout le contraire du principe prôné par la santé publique dans la lutte contre l’obésité qui consiste à se nourrir d’aliments sains, variés et équilibrés.

2e mythe : Il est possible de perdre du poids facilement, rapidement et sans risque avec Weight Watchers

Faux – Le système basé sur le calcul de PointsFutés est un régime restrictif hypocalorique qui conduit l’individu à continuellement surveiller et contrôler son alimentation. Un régime restrictif peut engendrer une perte de poids rapide et impressionnante, mais souvent cette phase d’euphorie prend fin abruptement. Résultat : l’utilisateur aura tendance à entretenir un rapport malsain avec l’alimentation. Pourtant, il faut savoir que l’environnement et la génétique sont des facteurs puissants qui conditionnent les comportements et déterminent en partie le poids d’une personne. Et la littérature scientifique révèle que près de 95 % des individus qui tentent de perdre de poids l’auront complètement repris ou même plus dans les cinq années suivantes, et ce, quelle que soit la méthode utilisée. Bref, l’échec devient la règle; le succès demeure l’exception.

3e mythe : Si la méthode Weight Watchers ne fonctionne pas, c’est de votre faute, vous n’avez pas suivi correctement votre budget personnalisé PointsFutés

Faux – Weight Watchers excelle à leurrer ses clients : quand ils perdent du poids, c’est grâce au système PointsFutés ; mais quand ils en reprennent, c’est leur faute ! Soit ils n’ont pas fait attention, soit ils ont mal suivi les consignes, soit ils manquent de volonté. Culpabilisés, les clients s’inscrivent de nouveau au programme pour reperdre du poids : c’est le fameux « effet yo-yo » des régimes. Weight Watchers fonde donc son plan d’affaire sur l’échec et la fidélisation occasionnés par l’effet yo-yo. En effet, l’échec semble stimuler une certaine forme de persévérance chez les clients. Leur reprise de poids les incite à entreprendre un nouveau régime, enclenchant ainsi des cycles successifs de perte et de reprise de poids. C’est la recette Weight Watchers. Car, dans les faits, il est difficile, voire impossible pour la majorité des clients, de maintenir à long terme un régime restrictif hypocalorique. L’échec est presque garanti !

4e mythe: La perte de poids grâce au programme Weight Watchers garantit une meilleure santé

Faux – Le système PointsFutés ne permet pas l’adoption de saines habitudes de vie. Ces dernières sont beaucoup plus gagnantes pour la santé et le maintien d’un poids naturel. Les véritables gains de santé sont associés à une démarche de changements de comportements durables : s’alimenter sainement, faire de l’activité physique régulière, gérer son stress, dormir d’un sommeil profond, boire de l’eau, éviter l’alcool, etc. Le poids n’est qu’un indicateur parmi tant d’autres de l’état de santé d’une personne. Cette insistance à vouloir perdre du poids est non seulement inefficace pour aspirer à une meilleure santé, mais pourrait se révéler dommageable (préoccupation alimentaire, préoccupation excessive à l’égard du poids, cycle répété de perte et de regain de poids, moins bonne estime de soi, troubles alimentaires, stigmatisation et discrimination sociale).

À la lumière de ces constatations, l’ASPQ s’inquiète vivement de l’implantation du plan d’affaire de Weight Watchers au Québec. Certes, une épidémie d’obésité infantile touche nos jeunes, mais c’est le symptôme d’un problème plus profond qui ne se résout pas avec un simple système de PointsFutés. Il faut plutôt soutenir le changement de comportements et l’adoption de saines habitudes de vie chez les jeunes.

Collaboration spéciale : Yves G. Jalbert, Ph.D., spécialiste de contenu, Association pour la santé publique du Québec