Côte-de-Beaupré

Inineige: le plaisir de s’initier aux sport d’hiver sur les heures de classe

Le 18 mars 2019

Chaque année, sur la Côte-de-Beaupré, des centaines d’élèves du primaire découvrent les sports d’hiver avec le programme Inineige. Initié il y a 25 ans par deux enseignantes visionnaires, ce programme a depuis fait bouger toute une génération d’enfants de la région.

Tout a commencé lors d’une rencontre avec les parents d’élèves à l’école des Beaux-Prés au pied des pistes de ski du Mont-Sainte-Anne. Michel Simard, papa d’une petite fille de la classe de Mme Céline, était alors propriétaire de la boutique Ski Michel et a offert de prêter des équipements de ski alpin pour tous les élèves de la classe. « C’est l’étincelle qui a fait démarrer le tout », se souvient l’enseignante Céline Dupont. Sa collègue Josée Blanchard s’est jointe au projet et toutes deux ont emmené leurs élèves faire leurs premières descentes avec les moniteurs de l’École de glisse du Mont-Saint-Anne.

Du ski alpin et plus encore

Encouragées par le succès de cette initiative auprès des élèves et leurs familles, les deux enseignantes ont contacté, au cours des années suivantes, le programme Iniski et Inisurf de l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) qui prête des skis alpins, des planches à neige et des skis de fond pour une initiation dans les cours d’école. Les deux enseignantes ont utilisé ces équipements, mais ont continué d’emmener leurs élèves à l’École de glisse du Mont-Saint-Anne et à l’École de ski de fond du chalet Saint-Julien.

« Ça donne de meilleurs résultats à la montagne que dans la cour d’école, évidemment, parce qu’ils sont capables de descendre une vraie pente et de faire des virages », estime Céline Dupont. L’ASSQ a par la suite supprimé le volet ski de fond, mais l’école a pu acheter des équipements grâce à une subvention du Parc éolien de la Seigneurie de Beaupré. De plus, comme l’ASSQ n’offrait rien pour les élèves de 4eannée, l’école a profité d’une subvention de la Fondation du Grand défi Pierre Lavoie pour acheter des raquettes et compléter l’offre d’activités.

Désormais équipés de la maternelle à la 6eannée, les élèves sont initiés successivement au ski alpin, au ski de fond, à la raquette et à la planche à neige, dans un programme qui a pris le nom d’Inineige.

La neige, une matière à travailler en classe

Plus qu’une simple initiation aux sports d’hiver, Inineige offre aux enfants une immersion dans la nature. « Les enfants me disent qu’ils ont vu des pistes d’orignaux et sont tout énervés de cette découverte », raconte Pascale Nicole, enseignante en 2année. De retour en classe, elle leur fait rédiger des textes sur leur sortie ou sur les thèmes de la nature.

Aujourd’hui retraitée, Céline Dupont avait aussi l’habitude de relier les lectures et les écritures aux sorties Inineige. « Les enfants dessinaient et décrivaient leur dessin avec une phrase et on imprimait un livre », raconte-t-elle. La neige devenait aussi un objet d’étude scientifique avec des expériences pour vérifier si la neige fond plus vite dans un récipient en plastique ou en métal ou découvrir si la neige renferme des insectes microscopiques. « On leur faisait faire des activités d’arts plastiques, illustre encore Céline Dupont, avec de la mousse à raser pour représenter la neige. »

Inineige déteint sur la famille

Avec le programme Inineige, les enfants apprennent ainsi à descendre la pente-école et à cheminer sur une piste de ski de fond de niveau débutant. Pour les parents, c’est la porte ouverte aux activités de plein air en famille. « Partir avec des enfants qui n’ont jamais skié, c’est une grosse montagne, mais comme ils ont déjà skié avec le programme, c’est plus facile », commente Céline Dupont. Parfois, ce sont même les enfants qui entraînent leurs parents ! « Mon garçon avait tellement aimé le ski de fond qu’il a fallu aller en faire avec lui », témoigne Pascale Nicole, qui est aussi maman d’élève.

Au-delà du primaire

À l’issue du primaire, les enfants ont goûté à une panoplie de sports d’hiver. Aussi, quand les parents veulent les inscrire à une activité sportive, ils savent laquelle choisir. Certains suivront des cours à l’École de glisse, d’autres intégreront le Club Nordique Mont Saint-Anne ou s’inscriront au programme Ski-études à l’école secondaire du Mont-Saint-Anne. Quelques-uns deviendront même moniteurs pour encadrer les plus jeunes.

Inineige a fait boule de neige, car au fil des ans, huit écoles de la Côte-de-Beaupré ont rejoint le programme. En fait, selon Jules Rancourt qui était moniteur de l’École de ski de fond, « la plupart des jeunes de la région y sont passés ».



Iniski et la Ski-Mobile

Partout au Québec, les enseignants du primaire qui veulent initier leurs élèves au ski de fond peuvent profiter des services de Ski de fond Québec. À la demande des écoles, les moniteurs de la Ski-Mobile se déplacent avec des skis de fond ou des skis à roulettes pour enseigner le ski dans la cour d’école.

Pour les enseignants qui souhaitent initier eux-mêmes le ski de fond à leurs élèves, Ski de fond Québec propose la formation Iniski ainsi qu’un guide et un cahier d’activités. Les enseignants seront ainsi outillés pour explorer avec leurs élèves les rudiments du ski de fond.