Classes en plein air

Cours d’école: les intervenants scolaires aimeraient davantage les utiliser pour des activités pédagogiques

Le 17 mai 2018

Le sondage Enseigner dehors, mené par la Fondation Monique-Fitz-Back pour l’éducation au développement durable, révèle que le personnel et les directions des écoles primaires et secondaires souhaitent réaliser davantage d’activités pédagogiques à l’extérieur, même en hiver.

Financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, ce sondage montre, entre autres, que 82 % des intervenants en milieu scolaire considèrent que le potentiel pédagogique de leur cour d’école demeure en grande partie inexploité, une proportion qui passe à 97 % pour le personnel de direction des écoles.

Parmi les avantages perçus à enseigner dehors, les répondants en ont souligné plus particulièrement 3 : la possibilité de varier les méthodes d’enseignement, de rendre les apprentissages plus concrets et d’améliorer le bien-être des jeunes. Cela dit, les intervenants ainsi que le personnel de direction se disent conscients des défis que ce type d’enseignement représente en matière de gestion de la classe. En outre, le manque de temps pour la préparation et les aléas de la météo constituent à leurs yeux des obstacles.

Des classes en plein air

Les répondants considèrent que certaines matières se prêtent tout naturellement à des activités pédagogiques à l’extérieur : la science et technologie, l’éducation physique et à la santé, les arts plastiques et le français. À ce chapitre, 15 % des intervenants qui réalisent de telles activités ou projets le font déjà dans une classe extérieure aménagée à même la cour de l’école. Et fait à noter : 70 % des répondants qui organisent ces périodes d’activités extérieures déclarent le faire même en période hivernale !

La pédagogie en contexte de plein air est de plus en plus perçue comme une des composantes du programme éducatif. Le sondage révèle d’ailleurs que les attentes exprimées par les intervenants et le personnel de direction sont bien ciblées : aménager une classe extérieure, recevoir une formation sur la pédagogie en contexte de plein air, aménager un potager ou jardin pédagogique et mettre sur pied un club plein air.



Boîte à outils

Grâce au projet Enseigner dehors, la Fondation souhaite offrir des outils pédagogiques en français, adaptés au Programme de formation de l’école québécoise ainsi qu’à la réalité de notre climat nordique. Les données des 340 répondants du milieu scolaire, recueillies et analysées par la firme de sondages Léger, vont ainsi permettre de guider la Fondation dans l’élaboration d’outils pédagogiques visant à faciliter le travail des intervenants souhaitant faire la classe dehors. Ces outils proposeront des solutions, astuces et exemples pour surmonter les obstacles identifiés par le personnel et les directions d’écoles. En outre, la Fondation complètera sa cueillette de données et son portrait des meilleures pratiques par des visites dans plusieurs écoles primaires et secondaires au cours de la prochaine année.