Montréal

Bien dans mes baskets: un tremplin de l’école Jeanne-Mance aux Jeux du Commonwealth

Le 10 septembre 2018

Membre de l’équipe canadienne médaillée d’argent aux Jeux du Commonwealth et joueur des Dinos de Calgary, le basketteur Mambi Diawara est aujourd’hui un athlète accompli. De passage à Montréal cet été, l’ancien élève de l’école Jeanne-Mance nous a raconté comment le programme « Bien dans mes baskets » a représenté une chance extraordinaire dans sa vie. Une opportunité qu’il a saisie au bond et qui l’a propulsé dans l’élite du basketball international.

Le moment est touchant. Dès le début de la rencontre, en compagnie de Martin Dusseault, travailleur social et instigateur du programme « Bien dans mes baskets », Mambi Diawara avoue qu’il n’aurait jamais cru possible de se rendre aussi loin. « Je ne pensais même pas sortir de Montréal quand j’étais jeune », insiste-t-il, en décrivant avec enthousiasme sa participation aux Jeux du Commonwealth, en Australie.

Bien dans mes baskets

Visiblement ému, Martin tient à préciser à quel point le parcours de Mambi est exceptionnel. « Se retrouver sur l’Équipe Canada, ajoute-t-il, il n’y a pas beaucoup de Québécois qui ont réussi à faire ça ! »

Des débuts incertains

Né de parents maliens, Mambi a grandi aux Habitations Jeanne-Mance, au centre-ville de Montréal. Quand on lui demande comment ça se passait pour lui au secondaire, Mambi se met à rire. « Honnêtement, ça n’a jamais été facile, raconte-t-il. J’ai eu des moments vraiment lourds. Même au basket, je n’étais pas le meilleur. Je jouais simplement pour être avec mes amis après l’école. » Mais en secondaire 4, le déclic se fait. Lorsque Mambi comprend qu’il a du talent en basket et qu’une carrière sportive est accessible, son comportement change radicalement. « Fin du secondaire, poursuit-il, j’ai vu que quelque chose était possible pour moi. J’ai commencé à y croire. » « À ce moment-là, renchérit Martin, Mambi a fait le choix de devenir un athlète. C’est l’engagement qui fait toute la différence. »

« C’était un moment très délicat pour moi, parce que ça aurait pu déraper à l’extrême. J’étais à un âge où j’aurais pu prendre un autre chemin. Mais le programme  » Bien dans mes baskets  » m’a bien encadré et fait voir des choses que je ne voyais pas. » – Mambi Diawara

bien dans mes basket

La prise en main

Au Canada, le parcours d’un athlète passe nécessairement par les études. Bien décidé à réussir, Mambi partage son temps entre ses cours et le gymnase, et s’organise pour compléter son parcours académique. « Cette année-là, poursuit-il, j’ai dû faire des sacrifices, changer mes relations. Ce n’était pas facile, mais j’étais à l’aise d’aller parler avec Martin. On a eu de bonnes conversations. » En plus de s’imposer rapidement comme un des piliers de l’équipe de basketball, Mambi termine son secondaire en étant nommé athlète masculin ayant montré une persévérance scolaire et sportive, par le Réseau du sport étudiant du Québec.

Bien dans mes baskets

Dix ans après ses premiers succès dans l’équipe des Dragons de l’école Jeanne-Mance, Mambi profite par ailleurs de cette rencontre pour témoigner toute sa reconnaissance envers son ancien entraîneur. « Martin a joué un rôle important dans mon parcours, confie-t-il sans fausse pudeur. Il a été là pour moi, sur le terrain et hors du terrain. Il m’a guidé et mis dans le droit chemin. »

« Il y a la partie où on est dans le gymnase et la partie qui se joue à l’extérieur du gymnase. Dans l’école, je suis travailleur social, donc le rôle de l’entraîneur et celui du travailleur social se croisent régulièrement. Ça permet d’établir une relation avec le jeune et de voir ensemble ce qu’on va faire pour que tout se passe bien et que ses aspirations puissent se concrétiser. » – Martin Dusseault

Bien dans mes baskets

Des Dragons aux Dinos : un parcours exemplaire

À la fin de son secondaire, Mambi poursuit ses études au niveau collégial à Alma, puis il est recruté par le Lamar State College, à Dallas. De retour au Canada, il étudie actuellement en communications à l’Université de Calgary et joue au sein de l’équipe des Dinos qui a remporté, cette année, son tout premier Championnat national de basketball masculin. Mambi ne cache pas sa fierté d’avoir compté le but gagnant à 2 secondes de la fin du match. Une fierté visiblement partagée par Martin qui ne peut résister à décrire la beauté du panier de Mambi.

Bien dans mas baskets

Alors que Mambi aspire à devenir bientôt joueur professionnel en Europe, difficile de savoir comment les choses auraient pu tourner pour lui sans le programme « Bien dans mes baskets ». Mais une chose est certaine: le basket lui a donné un but dans la vie et assez de confiance en ses capacités pour croire que même l’inimaginable était possible.

« Mambi a trouvé sa voie au travers du basket. D’autres, c’est par la musique ou le théâtre. Les écoles doivent trouver les moyens de créer un milieu pour que chaque jeune puisse y trouver du sens. Tant qu’on ne fera pas ça, on va perdre des jeunes. » – Martin Dusseault

Fondé en 2005 par le travailleur social Martin Dusseault, le programme « Bien dans mes baskets » du CIUSSS Centre-Sud de l’ïle de Montréal utilise le basketball parascolaire comme outil d’intervention et de prévention auprès des jeunes à risque de décrochage, d’exclusion et de délinquance à l’école secondaire Jeanne-Mance, à Montréal.