Transport actif

Des trajets à vélo sans mettre le pied à terre, bientôt une réalité?

Le 25 avril 2017

Grâce à des bornes interactives, les cyclistes néerlandais pourront bientôt filer sur de longs trajets en ne rencontrant que des feux verts.

Télécharger le PDF

Les cyclistes le savent d’instinct. Chaque fois qu’ils doivent s’arrêter à un feu rouge, ils perdent leur rythme et doivent dépenser encore plus d’énergie pour se remettre en selle. Mais grâce à la borne Flo, les cyclistes peuvent désormais ajuster leur vitesse afin de parvenir à la prochaine intersection au moment exact où le feu passe au vert. La borne Flo est un projet pilote présentement évaluée à Utrecht, aux Pays-Bas, et le sera aussi, très bientôt, dans les villes d’Eindhoven et d’Antwerp.

La narration est en néerlandais, mais les images parlent d’elles même.

Le lièvre et la tortue

La borne Flo est munie de capteurs qui lui permettent d’établir la vitesse de croisière du cycliste qui s’approche d’elle. Si ce dernier pédale trop vite, la borne va alors afficher l’image d’une tortue pour lui indiquer de ralentir. En diminuant sa vitesse, le cycliste va parvenir à la hauteur du feu de circulation au moment où il passe au vert. Sinon, il serait obligé de freiner et de mettre pied à terre tandis que le feu est encore au rouge.

Si, au contraire, le cycliste risque de rater le feu vert parce qu’il ne roule pas assez rapidement, l’image d’un lièvre va alors s’afficher pour qu’il s’active les mollets. Et si par chance, sa vitesse est synchronisée avec la séquence du feu de circulation, alors l’image d’un pouce l’encourage à maintenir la cadence. Grâce à ce système interactif, les cyclistes pourront désormais circuler de manière beaucoup plus fluide.

Bien sûr, la possibilité existe qu’un cycliste soit vraiment malchanceux et que, peu importe la stratégie, il soit assuré de tomber sur le feu rouge. Quand cette situation se présente, la borne Flo fait apparaître l’image d’une vache. Pourquoi une vache ? Les concepteurs du système expliquent ce choix par le fait que les Néerlandais qui visitent la France, et ils sont nombreux, ont tous déjà dû stopper leur voiture en plein milieu d’une route pour laisser le passage à un troupeau de vaches.

À quand une telle innovation en sol québécois ?

Source : CityLab



Télécharger le PDF