Mobilité durable

Oslo souhaite bannir les automobiles privées de son centre-ville dès 2019

Le 21 octobre 2015

Afin de lutter contre la pollution et de favoriser les déplacements à pied et à vélo, la capitale norvégienne s’apprête à bannir de manière permanente les automobiles privées de son centre-ville.

L’engagement pris par le conseil municipal d’Oslo en ferait, dès 2019, la première capitale européenne à complètement interdire aux véhicules automobiles privés l’accès à une partie de son territoire. Et bien que tous les détails de cette ambitieuse mesure ne soient pas encore dévoilés, la Ville a déjà annoncé des investissements massifs pour accroître l’offre de transports publics et déployer de nouvelles infrastructures cyclables.

Une décision qui ne fait pas l’affaire de tous?

La volonté d’Oslo de littéralement créer un paradis pour les piétons et les cyclistes ne signifie pas que tous les véhicules seront interdits dans le périmètre de son centre-ville. Les véhicules d’urgence, de livraison et de transport adapté pour les personnes à mobilité réduite seront toujours les bienvenus.

Bien sûr, un changement aussi radical entraîne nécessairement son lot d’inquiétudes, rapporte le portail CITYLAB. C’est notamment le cas de nombreux commerçants qui expriment la crainte de voir leurs profits diminuer. Pourtant, de nombreuses études fondées sur des expériences bien documentées ont montré que ce n’est pas le cas. Le plus souvent, on constate même un plus grand achalandage.

Un mouvement qui prend de l’ampleur

Cette volonté de s’affranchir du « tout à l’auto » n’est pas le propre de la ville d’Oslo. D’autres grandes villes européennes ont commencé à mettre en place différentes mesures afin de limiter l’accès de leur centre-ville aux automobiles privées. Ainsi, la ville de Milan annonçait, en juillet dernier, vouloir entièrement piétonniser son centre historique. Presque au même moment, Dublin dévoilait un projet similaire avec pour objectif de limiter à 20 % la proportion des déplacements en voiture vers son centre-ville.

On pourrait aussi citer, à ce chapitre, les efforts plus ou moins arrêtés de Paris, Madrid ou Bruxelles. Bien sûr, nuance CITYLAB, le succès de telles mesures n’est pas toujours au rendez-vous. Toutefois la tendance qui se dessine à l’échelle des grands centres urbains semble irréversible : moins de places aux voitures et plus d’espaces pour les piétons et les cyclistes.

Sources : Yahoo NewsCITYLAB