Nouvelle étude

Moins de temps-écran et plus de sommeil: meilleures capacités cognitives chez les enfants

Le 1 octobre 2018

Selon une étude publiée dans le Lancet Child and Adolescent Health, de saines habitudes en matière de sommeil et de temps-écran sont associées à de meilleures compétences cognitives.

Menée par une équipe de chercheurs canadiens, cette étude a porté sur 4524 participants de 8 à 11 ans recrutés dans le cadre d’une vaste enquête menée aux États-Unis (ABCDE pour Adolescent Brain Cognitive Development1).

Temps-écran

Les chercheurs ont analysé les habitudes de vie des participants en fonction des seuils fixés par les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants de 5 à 13 ans, soit :

  • de 9 à 11 heures de sommeil
  • 2 heures ou moins de temps-écran
  • au moins 60 minutes d’activité physique modérée à vigoureuse.

Les auteurs de l’étude ont aussi scruté les résultats obtenus par les enfants à différents tests cognitifs et ont constaté que ceux qui répondaient aux trois critères ci-dessus, étaient ceux qui avaient le mieux performé sur le plan cognitif.

Temps-écran

Sommeil et temps-écran à surveiller !

C’est la combinaison temps-écran et temps de sommeil qui a la plus grande influence sur les capacités cognitives des participants. Toutefois, comme cette étude est observationnelle et transversale, elle ne permet pas d’établir un lien de cause à effet.

Des habitudes de vie très inquiétantes

Au-delà de l’association constatée par les chercheurs, cette enquête menée aux États-Unis révèle que :

  • 29 % des jeunes américains de 8 à 11 ans ne suivent aucune des 3 recommandations mentionnées plus haut ;
  • 5 % respectent les 3 recommandations ;
  • 49 % ne dorment pas suffisamment ;
  • 63 % passent plus de 2 heures par jour devant un écran ;
  • plus de 80 % n’atteignent pas la cible en matière d’activité physique.

Qu’en est-il des jeunes canadiens ?

Bien que les jeunes Canadiens n’atteignent pas non plus les seuils mentionnés plus haut, leurs résultats sont « moins mauvais » que ceux des jeunes Américains, selon les données de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) des jeunes de 5 à 17 ans, qui se déclinent ainsi :

  • 10,7 % des enfants et des jeunes au Canada ne suivent aucune des 3 recommandations canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures ;
  • 17,5 % suivent les trois recommandations ;
  • 25 % ne dorment pas suffisamment ;
  • 50 % passent plus de 2 heures par jour devant un écran ;
  • 64 % d’entre eux n’atteignent pas la cible en matière d’activité physique.

Selon Jeremy Walsh, l’auteur principal de cette étude, on ne peut se consoler de cette comparaison : « Au regard de toutes ces données, il est évident que, dans les deux pays, nous avons beaucoup de travail à faire pour que les jeunes adoptent des habitudes de vie plus saines », nous a-t-il dit.

Autre fait inquiétant : un rapport, également publié en octobre 2017, indique que les jeunes Canadiens n’étaient pas plus actifs en 2015 qu’en 2007…

J Walsh et coll. Associations between 24 hour movement behaviours and global cognition in US children: a cross-sectional observational studyLancet Child & Adolescent Health. Published online September 26, 2018.

Sources :

1. Cette étude longitudinale est en cours aux États-Unis depuis 2016 et durera 10 ans. Les chercheurs s’intéressent aux effets des habitudes de vie des jeunes de 8 à 11 ans sur le développement de leur cerveau. Plus de 10 000 participants ont été recrutés dans 21 sites de recherche.