Parc-Extension

Transport actif vers l’école: quand un Trottibus contribue à souder les liens de toute une communauté

Le 18 décembre 2017

[dkpdf-button]

Cinq matins par semaine, beau temps mauvais temps, les élèves de l’école Barthélémy-Vimont et de l’école Barclay, se rendent à destination à pied, grâce à leur Trottibus. Inauguré en 2013, l’autobus pédestre de Parc-Extension est assurément l’un des plus durables, mais aussi l’un des plus mobilisateurs du Québec.

En plus d’inculquer de saines habitudes de vie aux enfants, ce Trottibus joue en effet un rôle actif dans le développement du sentiment d’appartenance de toute une communauté, en facilitant l’intégration des nouveaux arrivants. Lors d’une rencontre à l’école Barthélémy-Vimont, les parents et les intervenants des premières heures du Trottibus de Parc-Extension se sont réunis pour raconter comment ce projet a pu les mener aussi loin.

Malika El Allioui : « Je marche tous les jours. Cette année, c’est ma quatrième année. J’aime être en contact avec les enfants, mais aussi avec les grands. On rencontre des gens qu’on ne connaît pas. C’est le Trottibus qui nous rassemble! »

Un démarrage vers l’inconnu

En 2012, lorsque Noémie Ashby, ex-coordonnatrice au sein de l’organisme Vrac Environnement, et Ghislaine Paiement, intervenante communautaire scolaire, se voient confier le mandat de créer un Trottibus à Parc-Extension, le défi semblait immense. « Au départ, l’objectif était de réduire la circulation autour de l’école Barthélémy-Vimont et de permettre aux enfants qui n’avaient pas accès à l’autobus scolaire de se rendre à l’école, rappelle Noémie Ashby. Mais le Trottibus, c’était un concept nouveau dont on n’avait jamais entendu parler. »

Le recrutement de dix parents bénévoles pour le Trottibus incombe alors à Ghislaine Paiement qui perçoit tout de suite l’ampleur de la tâche. « Parc-Extension est un quartier défavorisé avec une population majoritairement composée de nouveaux arrivants, explique-t-elle. Plusieurs parents sont allophones : on a donc entrepris de personnaliser les outils offerts par la Société canadienne du cancer pour le démarrage du Trottibus dans le quartier. »

Les parents embarquent

La bonne surprise, c’est l’enthousiasme et l’implication des parents qui ont appuyé le projet dès sa présentation au conseil d’établissement de l’école Barthélémy-Vimont. « J’avais personnellement besoin de quelqu’un pour amener mes enfants en sécurité à l’école le matin, confie Nassima Bessaha. Un autre parent et moi, on a tout de suite dit oui. » Nassima s’implique comme coordonnatrice et met de l’avant la création d’un réseau d’entraide et de partage pour convaincre d’autres parents d’embarquer.

« Un parent qui a de plus jeunes enfants peut ainsi marcher un matin et rester à la maison les autres jours en sachant que son enfant est reconduit de façon sécuritaire à l’école », explique-t-elle. Quelques mois plus tard, en mars 2013, le Trottibus de l’école Barthélémy-Vimont fonctionne 5 matins par semaine. Dès l’année suivante, l’école Barclay soutenue par l’intervenante communautaire scolaire et Vrac environnement crée à son tour son propre Trottibus.

Nusrat Chanda : « Au début, je marchais avec ma fille. Aujourd’hui, elle est grande, mais je continue à être bénévole pour aider les parents qui ont de jeunes enfants. »

Un Trottibus pour s’intégrer et réseauter

Misant sur la solidarité et le réseautage entre parents, les Trottibus de Parc-Extension mobilisent plusieurs nouveaux arrivants qui y voient l’opportunité de faciliter leur intégration. « C’est une occasion de pratiquer le français, d’apprendre comment affronter l’hiver et de mieux connaître l’école, déclare Nassima avec ardeur. Les parents ont compris que plus ils s’impliquent à l’école, plus c’est positif pour leur enfant. » L’école fournit même des certificats de reconnaissance aux parents bénévoles qui peuvent faire valoir cette expérience auprès d’un éventuel employeur.

Mieux encore : tout au cours de l’année, les membres du Trottibus organisent des rencontres entre bénévoles pour faire des activités avec les enfants ou célébrer des évènements. Une autre façon de mieux se connaître et de partager leurs préoccupations. C’est ainsi que non seulement le Trottibus a permis de réduire le nombre de voitures, mais les parents du Trottibus ont réussi à faire entendre leur voix à la municipalité pour modifier les règlements de circulation autour de l’école.

Ghislaine Paiement : « C’est le Trottibus des parents, pas celui de l’école. Le réseautage qui s’est créé entre parents, c’est une des retombées les plus appréciables du projet. »

La clé d’un parcours réussi

Au cours de l’année scolaire 2016-2017, les Trottibus de Parc-Extension ont réuni 83 enfants marcheurs, 24 parents-bénévoles, 9 citoyens-bénévoles, 18 assistants-trotteurs et un comité de plusieurs parents responsables de l’organisation. « Au début, on s’en est mis beaucoup sur les épaules, précise Ghislaine Paiement. Mais ça s’est mis à marcher quand on a suivi les idées des parents et qu’on a adapté la structure à leur réalité. Si le Trottibus est un succès à Parc-Extension, c’est parce que les parents ne sont pas au service du projet, mais bien partie prenante. »



[dkpdf-button]

Pour en savoir plus sur le projet Trottibus

En 2010, afin d’encourager les jeunes à intégrer la marche dans leur mode de vie, la Société canadienne du cancer a déployé le projet Trottibus. Elle en soutient le développement à travers tout le Québec et dans d’autres régions du Canada. La SCC est heureuse de constater qu’en plus des effets positifs sur la santé, le Trottibus offre des retombées incroyables au niveau de la cohésion sociale, de l’intégration des nouveaux arrivants et favorise la mobilisation des parents au sein de l’école.

Pour en savoir plus sur ce projet spécifique, visionnez les capsules vidéos réalisées par la Société canadienne du cancer:

Pour toute demande d’information supplémentaire, consultez le site Trottibus.ca ou contactez Virginie Delannoy, agente de développement en transport actif à la Société Canadienne du cancer.