Petite enfance / Milieu de garde

Famille sans fumée: Pour des p’tits poumons roses et en santé

Famille sans fumée: Pour des p’tits poumons roses et en santé

Ressource

Capsana annonce le retour de sa campagne Famille sans fumée qui se déroulera du 10 octobre au 16 novembre. De nouveau, cette année, son slogan est : Pour des p’tits poumons roses et en santé afin de bien rappeler l’importance de ne pas exposer les enfants à la fumée secondaire.

François Grenier

François Grenier

JOURNALISTE | 100º

Tout le monde s’entend pour dire que les enfants naissent avec des poumons roses. Or, le goudron de la fumée de tabac, qui noircit les poumons des fumeurs, s’accumule aussi dans ceux des enfants exposés à la fumée secondaire. D’où l’importance, pour les parents, de poser des gestes concrets afin de protéger la santé des enfants en faisant de la maison et de la voiture des zones sans fumée en tout temps. Pour des p’tits poumons roses et en santé…

 

Cette année, Capsana souhaite justement déboulonner certains mythes entourant les gestes que posent des parents fumeurs bien intentionnés et qui veulent protéger leurs enfants. En effet, selon un sondage Léger de 2021, parmi les parents qui fument dans la maison, 61 % d’entre eux le font sous la hotte. Mais c’est loin d’être suffisant, car pour éliminer l’ensemble des éléments toxiques contenus dans la fumée, il faudrait plus de 10 000 changements d’air par heure, ou pas moins d’une tornade !

Ouvrir la fenêtre d’une pièce ou baisser la vitre de la voiture n’est pas plus efficace et peut même avoir l’effet contraire en produisant un courant d’air qui fait revenir la fumée à l’intérieur.

S’isoler dans une pièce fermée n’empêche pas la fumée secondaire de se propager aux autres pièces, car elle va facilement s’infiltrer par le bas des portes, les ouvertures prévues pour la plomberie et le câblage électrique ainsi que par les conduits pour le chauffage et la climatisation.

L’assainisseur d’air ne représente pas non plus une option adéquate. Cet appareil peut certes masquer les odeurs et intercepter une certaine quantité de particules fines, mais il est incapable d’éliminer les gaz contenant des agents cancérigènes.

Enfin, fumer dans la maison ou dans la voiture en l’absence des enfants n’est pas non plus une solution, car la fumée secondaire subsiste longtemps dans l’air après qu’une cigarette a été éteinte. Et il y a la fumée tertiaire, puisque les particules toxiques de la fumée se déposent partout, comme les tapis, les meubles, les murs, les sièges de voiture, etc. Une contamination à laquelle sont tout particulièrement exposés les bébés quand ils commencent à ramper et à tout porter à leur bouche.

C’est malheureux, mais bien que tous ces gestes procèdent d’une louable intention, ils ne règlent pas le problème. Il faut donc que les adultes s’abstiennent de fumer dans les lieux clos que fréquentent les enfants et, à l’extérieur, de fumer le plus loin possible des enfants et des femmes enceintes.

Les fumeurs involontaires

Aucun parent ne souhaite que son enfant devienne un fumeur. Or, fumer près d’un enfant, c’est un peu comme si lui aussi fumait. Capsana souligne à cet égard que la fumée secondaire contient plus de 7 000 substances chimiques dont au moins 69 d’entre elles sont connues pour leurs effets cancérogènes. En outre, les enfants exposés à la fumée secondaire sont plus à risque de développer des problèmes de santé tels que l’asthme, la pneumonie, les rhumes et les otites.

Notons enfin que, de tous les fumeurs involontaires, les enfants sont les plus vulnérables. En effet, leur métabolisme étant plus élevé, ils respirent plus rapidement que les adultes. Par ailleurs, leurs poumons ne sont pas encore arrivés à maturité et leur système immunitaire n’a pas, lui non plus, atteint son plein potentiel. Autrement dit, la fumée secondaire entraîne des dommages collatéraux beaucoup plus importants chez les enfants.

 

Entre dépendance et instinct de protection

La campagne Famille sans fumée ne vise surtout pas à stigmatiser les parents fumeurs ni à les culpabiliser. Son but ultime est la protection des enfants. Et conscient que le tabagisme est une dépendance dont il est difficile de se défaire, Capsana offre justement des ressources pour aider les parents qui souhaitent cesser de fumer. C’est d’ailleurs la meilleure manière de protéger les enfants contre la fumée secondaire, tout en se faisant cadeau d’une vie sans tabac ! D’ailleurs, selon un sondage Léger (2020), Famille sans fumée motive 42 % des parents fumeurs à diminuer leur consommation de cigarettes et 26 %, à cesser le tabagisme.

Le saviez-vous ?

  • Bien que plus de 90 % des parents fumeurs considèrent qu’il est dangereux pour la santé des enfants de fumer en leur présence, c’est 65 % qui ne considèrent pas que l’exposition régulière à la fumée secondaire augmente le risque de développer les cinq problèmes de santé suivants chez les enfants : asthme, pneumonie, mort subite du nourrisson, rhumes, otites. (Sondage Léger 2018)
  • Près de 85 % de la fumée secondaire est invisible, ce qui n’enlève rien à sa toxicité.
  • Les concentrations de fumée secondaire dans une voiture peuvent être jusqu’à 27 fois plus élevées que dans une maison de fumeur.
  • La loi concernant la lutte contre le tabagisme interdit, depuis 2016, de fumer ou de vapoter dans une voiture en présence d’enfants de moins de 16 ans.
  • Exposer une femme enceinte à de la fumée risque de nuire à la croissance de son bébé et de compromettre le développement de son cœur, de ses poumons et de ses systèmes nerveux et digestif.

 

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN