Jeux libres dans les parcs

Coffres à jeux dans les parcs: 4 pistes d’action

Le 25 mai 2017

Les coffres à jeux communautaires fleurissent dans plusieurs régions du Québec depuis environ 4 ans. Voici 4 pistes d’action pour mettre sur pied un projet peu coûteux et favorable au jeu libre et actif.

Appelés Amuse-boîtes, Boîtes spontanées ou encore Boîtes-O-Sports, ces coffres contiennent des accessoires de jeu pour inciter les jeunes à se dépenser physiquement : ballons, balles, raquettes, frisbees, cordes à sauter, mitaines de baseball, etc. Ils complètent bien les modules de jeu des parcs. Beaux, bons pour les jeunes et pas chers, ces coffres sont appréciés par les familles et les éducatrices en garderie qui fréquentent les parcs.

L’accès au matériel diffère selon les endroits : accès libre en tout temps, emprunt de clé, cadenas avec code, coffre cadenassé la nuit, coffre placé dans un local verrouillé la nuit, coffre accessible seulement l’été, etc.

1- L’engagement de la municipalité

La première étape, pour la mise en place d’un projet de coffre à jouer, repose sur un engagement au niveau municipal ou régional (MRC), ne serait-ce que pour donner l’autorisation de l’installer dans un ou plusieurs des parcs du territoire. Mais souvent, la municipalité joue un rôle plus actif, par exemple, en nommant un porteur de dossier :

  • Un ou une élue
  • Le ou la responsable de la politique familiale
  • Un membre du personnel du service des loisirs
  • Toutes ces personnes !

Sorel-Tracy

2- La concertation de plusieurs acteurs du milieu

Une fois la municipalité engagée, plusieurs organismes peuvent collaborer pour concevoir et mettre en place le projet, par exemple :

  • Organisme communautaire
  • Table intersectorielle régionale sur les saines habitudes de vie (TIR – SHV)
  • Regroupement local en saines habitudes de vie
  • Centre intégré de santé et service sociaux
  • Maison des jeunes
  • École primaire
  • Écoquartier

3- Du financement

Un coffre et son matériel de jeu peuvent coûter aussi peu que 500 $. C’est le budget consacré par la municipalité de Saint-Basile-Le-Grand en 2016. Autre exemple, en 2016, les 13 coffres placés dans 12 parcs de la MRC de Pierre-de-Saurel, ainsi que le matériel de jeu, ont coûté 22 000 $, montant auquel il faut ajouter l’équivalent de 8 000 $ en dons. Quant aux 7 coffres installés en 2016 dans la MRC de Memphrémagog, ils ont coûté 7 800 $ en tout.


Beauport

Les coffres. Si le matériel de jeu est souvent le même, les coffres sont, quant à eux, très différents. Ainsi plusieurs porteurs de projets ont choisi de faire appel à des entreprises de réinsertion sociale pour leur fabrication et à un artiste local pour leur décoration. Les ateliers municipaux peuvent aussi être mis à contribution. Certains sont en bois, d’autres en métal, ou encore en plastique recyclé. Quelques exemples de prix :

  • Au Bas-Saint-Laurent, certains coffres ont coûté aussi peu que 300 $.
  • Du côté de Mercier-Ouest, les coffres en bois achetés en 2013 ont coûté 700 $ chacun.
  • Loisirs et sports Montérégie a négocié un prix de gros avec un fabricant québécois, soit 1 500 $ pour un coffre en plastique recyclé durable.

Petite-Rivière-Saint-François

Il est important d’investir dans des coffres durables et de solidement les installer.

Le contenu des coffres. Les coffres à jouer abritent ballons, raquettes de badminton, cerceaux, cordes à danser, frisbee, jeu géant de serpent et échelle, etc. Ils doivent être remplacés ou réparés au fur et à mesure, ce qui demande idéalement un budget municipal récurrent. Le coût de ces articles (à partir de 200 $ par coffre) peut également être défrayé par :

  • Un partenaire privé (La Fondation Bon départ de Canadian Tire, par exemple)
  • Un commanditaire
  • L’Unité régionale de loisir et de sport
  • Les fonds du programme Kino Québec
  • La corporation locale de développement

Mercier-Ouest

Les « bazars » d’équipements d’occasion et les dons citoyens constituent une autre source de matériel à petit prix.

4- Un suivi régulier

Parc du ruisseau, Saint-Basile-le-Grand

Pour assurer le succès à long terme d’un projet de coffre à jouer, il est nécessaire qu’une personne vérifie son état et celui du matériel. Cette surveillance peut être confiée à un bénévole ou un membre du personnel municipal, par exemple.

Parmi les points à surveiller :

  • Enlever les déchets qui pourraient se retrouver dans les coffres
  • Retirer les jouets brisés
  • Regonfler les ballons
  • Faire repeindre le coffre pour qu’il reste attrayant
  • S’assurer que les instructions d’utilisation sont lisibles
  • Réapprovisionner le coffre, au besoin

Un bon moyen de réapprovisionner le coffre est de passer par l’école en remettant un avis aux parents deux fois par année pour leur rappeler qu’ils peuvent donner du matériel en bon état dont ils n’ont plus besoin. On peut également relancer les partenaires du projet et vérifier si l’Unité régionale de loisir et de sport peut à nouveau fournir des fonds pour l’achat de matériel neuf.

Un coffre à jouer communautaire est un projet rassembleur qui favorise le bien-être et la santé des petits et grands citoyens.

*** Merci à Mélanie Tremblay, agente régionale d’accompagnement Démarche COSMOSS BSL et à Renaud Payant-Hébert Coordonnateur de la démarche SAVA de Mercier Ouest Quartier en Santé (MOQS) d’avoir partagé leur expérience avec nous.