Santé et services sociaux

Prescri-nature: les espaces verts à la rescousse de notre santé mentale

Prescri-nature: les espaces verts à la rescousse de notre santé mentale

Ressource

Qui n’a pas déjà ressenti des sentiments de stress, d’anxiété ou de dépression ? La vie nous réserve parfois des moments difficiles comme la perte d’un emploi, la maladie d’un enfant, une surcharge de travail ou l’échec d’un projet qui nous était cher. Lorsque nous vivons ce genre de situation, des moyens reconnus peuvent nous aider comme des exercices de relaxation, des séances de méditation, de la médication ou des rencontres avec un psychologue. Toutefois, un autre outil fort simple et efficace basé sur des données probantes et encore méconnu des professionnels de la santé s’offre à nous : le contact avec la nature.

Les bienfaits psychologiques de la nature

Êtes-vous comme beaucoup de Québécois qui rêvent d’un chalet à la campagne, de s’évader sur le bord d’un lac ou de ramener la nature en ville ? Par ces désirs, vous reconnaissez probablement inconsciemment les bienfaits que la nature peut apporter à l’être humain. Les Japonais, eux, le savent depuis longtemps. Ils ont conçu dans les années 1980 le shinrin-yoku ou, littéralement, bains de forêt. La pratique vise à améliorer le bien-être, la santé et la joie, et elle est largement utilisée à des fins de soins préventifs en médecine japonaise.

Il a fallu attendre une accumulation de données scientifiques pour que le concept de bienfaits de la nature sur la santé fasse son chemin en Amérique du Nord. « Les bénéfices de l’exposition à la nature pour la santé sont tellement nombreux ! Par exemple, en quelques minutes, le taux sanguin de cortisol, l’hormone du stress, diminue, tout comme la fréquence cardiaque et la pression artérielle. De plus, l’exposition à la nature améliore également les symptômes de dépression et favorise une restauration cognitive », partage Dre Isabelle Bradette, professeure adjointe à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke et membre du Collectif Prescri-nature.

enfant marche sur un tronc

Prescri-Nature: un nouvel outil dans l’arsenal de soins

L’accumulation de ces données probantes sur les bienfaits de la nature sur la santé a incité un collectif de professionnels de la santé, dont je fais partie, à lancer Prescri-Nature. Prescri-Nature découle de l’initiative nationale PaRx, déployée en novembre 2020 par la BC Parks Foundation, d’abord en Colombie-Britannique, puis en Ontario en février 2021 et dans plusieurs autres provinces depuis. Elle reconnaît que les médecins et autres professionnels de la santé ont un rôle actif à jouer dans la promotion des saines habitudes de vie, incluant un contact régulier avec la nature.

Comme le souligne Dre Caroline Laberge, médecin de famille, présidente du Collège québécois des médecins de famille (CQMF) et membre du collectif Prescri-Nature : « Prescri-Nature est un outil, oui pour les professionnels de la santé, mais aussi les patients qui souhaitent en savoir plus sur les nombreux bénéfices pour la santé de l’exposition à la nature. C’est une plateforme riche en informations avec un objectif rassembleur plutôt simple, applicable à tous : 2 heures par semaine, au moins 20 minutes à la fois.  »

parc urbain

La nécessité de la nature de proximité

Encore faut-il avoir accès à la nature pour profiter de ses bienfaits. S’il faut prendre son auto pour faire une demi-heure de route, on risque peu d’être en mesure d’avoir notre dose quotidienne. Les études médicales sont catégoriques, les gens demeurant à proximité d’espaces verts sont en meilleure santé. Ainsi, les résidents d’un quartier vert ont un niveau de stress de 39 % moindre que ceux résidant dans un quartier très minéralisé.

C’est pourquoi, pour Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, médecin de famille, présidente de l’Association québécoise des médecins pour l’environnement et membre du collectif Prescri-Nature, « Il est essentiel que tous et toutes, incluant ceux et celles vivant dans les villes et encore plus particulièrement dans les quartiers socioéconomiquement défavorisés, puissent avoir accès, à proximité de leur domicile, à des espaces naturels de qualité et riches en biodiversité. Pouvoir profiter des bienfaits de l’exposition à la nature, ça doit être à portée de tout le monde, des plus petits aux plus sages ! »

banc de parc

Même assis, la nature est bénéfique

L’une des premières études médicales démontrant les bénéfices d’une exposition à la nature a été faite chez des patients hospitalisés. Ceux ayant une fenêtre avec vue sur la nature ont démontré une guérison beaucoup plus rapide que ceux ayant une vue sur un mur de briques1. D’autres études par la suite ont rapporté qu’une fenêtre avec vue sur la nature améliore la concentration chez les travailleurs2 et la restauration de l’attention chez les étudiants3.

« ll y a maintenant évidence que les effets bénéfiques de la nature sur la santé physique et psychologique proviennent des multiples stimulations sensorielles qui découlent de l’interaction avec les environnements naturels », partage Emmett Phil Coriat, pharmacien spécialisé en innovation technologique en santé, guide-praticien en sylvothérapie et membre du collectif Prescri-Nature.

Pour que tous les humains puissent bénéficier d’un contact avec la nature, l’Organisation mondiale de la santé recommande que chaque citoyen demeure à au plus 300 m d’un espace vert1 alors que le Nature Based Solutions Institute ajoute que chaque citoyen vive dans une ville avec une canopée* d’au moins 30 % et ait au moins 3 arbres à portée de vue7.

Si vous désirez en connaître davantage sur les liens entre la santé mentale et la nature, je vous invite à écouter une excellente entrevue avec Dre Karine Paquet, psychiatre, réalisée dans le cadre de la série télévisée Ça marche Doc!. Je vous invite aussi à assister à un webinaire avec des membres du collectif Prescri-Nature qui aura lieu le 9 juin 2022 (pour en savoir plus et vous inscrire). D’ici là, prenez soin de vous et allez profiter des bienfaits de la nature près de chez vous!

Enfants dans un parc

Références

1Dan Crouse, Lauren Pinault, et al., Urban greenness and mortality in Canada’s largest cities: a national cohort study, The Lancet Planetary Health, Volume 1, Issue 7, October 2017, Pages e289-e297
2 Verdir les villes pour la santé de la population, Beaudoin et Levasseur, INSPQ 2017, 103 pages. Référence citée : Townsend, Ilvento et Barton, 2016.
3Ulrich, R. S. (1984). View through a window may influence recovery from surgery. Science, 224(4647), 420-421. https://doi.org/10.1126/science.6143402
4Catherine O. Ryan, William D. Browning et al., BIOPHILIC DESIGN PATTERNS Emerging Nature-Based Parameters for Health and Well-Being in the Built Environment, International Journal of Architectural Research, 2014, Volume 8 – Issue 2 – (62-76)
5Lee, Williams et al., 40-second green roof views sustain attention: The role of micro-breaks in attention restoration, Journal of Environmental Psychology, Volume 42, June 2015, Pages 182-189
6 https://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0010/342289/Urban-Green-Spaces_EN_WHO_web3.pdf
7United Nations Economic Commission for Europe, Sustainable Urban and Peri-urban Forestry: An Integrative and Inclusive Nature-Based Solution for Green Recovery and Sustainable, Healthy and Resilient Cities Policy Brief, 2021, 27 pages.

banc de parc

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN