Trois-Rivières

Potagers scolaires: 400 élèves, 800 plants de tomates et une grande fierté collective à l’école Louis-de-France

Le 27 octobre 2017

Télécharger le PDF

En Mauricie, le temps des récoltes n’est pas célébré que dans les champs et les marchés. À l’école Louis-de-France, à Trois-Rivières, les élèves et les enseignants ont pu goûter pour une première fois les fruits de leur labeur, entamé il y a déjà près d’un an.

Dans cette école primaire de 400 élèves, la culture maraîchère fait désormais partie intégrante de la mission pédagogique. Tout a commencé l’an dernier, avec le lancement du projet « L’agroalimentaire s’invite à l’école ». La directrice de l’école, Maryse Côté, avait l’idée en tête depuis longtemps. Elle a fait appel à Diane Boily, jusqu’alors formatrice pour l’organisme Croquarium, spécialisé en éducation alimentaire.

Un travail de longue haleine

Avant de planter quoi que ce soit, l’école a dû passer par une étape moins amusante, mais incontournable : trouver des partenaires et du financement. Les démarches se sont avérées fructueuses, car le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), le Plan de développement de l’agroalimentaire et de l’agriculture de la Mauricie (PDAM) et des entreprises commanditaires comme Qualitech et Lassonde ont accepté d’offrir leur soutien et leur collaboration.

potager scolaire

Livraison des 23 bacs de jardinage

Agente de développement, Diane Boily, ferrée en agroalimentaire, a supervisé l’implantation du projet. « Le souhait était d’enseigner aux enfants l’origine des aliments et de leur faire vivre une expérience de production et de transformation », explique-t-elle.

Pour Mme Boily, il est primordial d’éduquer les jeunes aux rouages de cette industrie en constante évolution : « Aujourd’hui, l’industrie agroalimentaire est partout : on vend même des aliments dans les grandes surfaces comme Dollarama ou le Tigre géant. Il faut que les jeunes aient conscience de ce qui est nutritif et ce qui l’est moins. Il faut les amener à s’impliquer dans le processus de se nourrir. »

Jardin scolaire

Récolte des céréales

Semer pour mieux récolter

Armés de leurs petites pelles, dès la mi-mars, les élèves de toute l’école ont été mis à contribution pour planter des semis dans les 23 bacs de jardinage disséminés un peu partout autour de l’école.

Au cours de l’année scolaire, chaque élève a pu intégrer les enseignements liés au jardinage. Au préscolaire, l’accent était mis sur la nourriture locale, tandis que les élèves de 6e année se sont intéressés à l’impact de la production des aliments sur notre environnement.

potager scolaire

Récolte de printemps

L’été venu, ce sont les parents bénévoles qui sont venus mettre la main à la pâte pour entretenir le potager. Grâce à un calendrier coordonné par Mme Boily, les tâches étaient réparties selon les journées. Les parents ont investi de leur temps en venant arroser, désherber, déplacer, couper. Bref, ils ont donné bien de l’amour au jardin pendant les mois de juillet et août.

Une fête des récoltes

À la rentrée scolaire, les élèves ont pu admirer le résultat du travail collectif. Une grande fête des récoltes a été organisée. Les élèves ont pu goûter aux légumes et herbes qui avaient poussé dans leurs jardins durant toute la saison. Ils en ont aussi profité pour cuisiner des plats à base de ces produits avec leurs enseignants.

Jardin scolaire

Récolte des céréales

Une expérience visiblement appréciée par tous. Félixe Martin, 9 ans, témoigne : « Ce que j’ai le plus aimé, ça a été de manger ce que nous avons cultivé. C’était vraiment très bon ! J’ai aussi aimé mettre les mains dans la terre et planter les légumes, puis les récolter. »

Diane Boily s’enthousiasme des résultats : « Les enfants ont démontré beaucoup de curiosité dans ce projet. Ils en ressortent très fiers. Ils ont développé un sentiment d’appartenance. Les jardins les ont rassemblés autour d’un projet collectif, parce que le bac qu’on récolte, ce n’est pas nécessairement celui où l’on a semé ! », relate-t-elle.

Potager scolaire

Des élèves de 6e année bien fiers de leur récolte collective

Les élèves ont aussi pris conscience de la production et de la transformation des aliments. Voilà un pas vers l’adoption de saines habitudes alimentaires. « J’ai appris qu’il existait beaucoup, mais vraiment beaucoup de variétés de tomates, raconte Félixe Martin. C’est fou ! De toutes les formes et couleurs. J’ai aussi été surprise de voir comment le brocoli pouvait pousser, je n’avais jamais vu ça, c’est très beau ! »



Télécharger le PDF

Toute une récolte !

Voici un petit florilège des aliments plantés et récoltés dans les 23 bacs de jardinage du projet « L’agroalimentaire s’invite à l’école » de l’école Louis-de-France à Trois-Rivières :

  • Tomates (800 plants !)
  • Brocoli
  • Chou
  • Poivron
  • Aubergine
  • Carottes
  • Fèves
  • Pois
  • Différentes variétés de fines herbes
  • Betteraves