Vélo de montagne

4 conseils pour l’implantation réussie d’un véloparc dans votre municipalité

Le 28 juillet 2017

Vous souhaitez diversifier l’offre de loisir dans votre municipalité ? Saviez-vous que les véloparcs gagnent en popularité, un peu partout à travers le monde, et qu’ils sont en voie de devenir des aménagements incontournables ?

Brooklyn Bike Park

Un peu à la manière du parc de planche à roulettes, le véloparc regroupe, dans un espace restreint, différents éléments de difficulté qui ponctuent un circuit ou un parcours. Il est généralement utilisable par les vélos de montagne et les BMX. Toutefois, selon le type de parcours et de surface, le véloparc peut aussi accueillir planches à roulettes, patins à roues alignées ou trottinettes.

Chargé de projets vélo de montagne chez Vélo Québec, Francis Tétrault explique que, tout comme pour les parcs de planche à roulettes, les véloparcs peuvent être aménagés afin de proposer différents niveaux de difficulté. « C’est toujours le même principe de progression des habiletés. On peut penser, par exemple, à des parcs pour débutants, conçus pour les enfants qui apprennent à piloter des draisiennes ou encore à des pistes de saut pour les amateurs avertis. Mais, essentiellement, la caractéristique commune de ces parcs, c’est d’apprendre par le jeu. Développer de nouvelles habiletés dans le plaisir. »

« Pour tracer un parallèle, je me déplace en bicyclette à longueur d’année à Montréal. Les habiletés que j’ai acquises grâce au vélo de montagne, elles me servent constamment pour conduire de façon sécuritaire lorsque je côtoie des véhicules à moteurs. Mais la raison première de ce choix demeure le plaisir que j’éprouve à faire du vélo en tout temps. »

Seattle Colonnade Park

Phénomène émergeant, mais récent

Les véloparcs sont encore méconnus au Québec. Rien d’étonnant à cela puisque le premier aménagement du genre a vu le jour en 2005 à Seattle. « Il s’agissait, nous raconte Francis Tétrault, d’un parcours aménagé sous une autoroute surélevée et qui regroupait, sur une petite surface, tous les éléments que l’on peut retrouver dans un sentier de vélo de montagne : bosses, sauts, ponts, éléments techniques, etc. »

Mais, outre leur nouveauté, ce qui freine l’essor des véloparcs, à l’heure actuelle, c’est l’absence d’un guide d’aménagement. « On le constate sur le terrain, certaines des municipalités que nous avons approchées se montraient hésitantes tout simplement parce qu’il n’existe pas encore de normes clairement établies. Juste un exemple : comment déterminer le niveau de difficulté d’un parcours ? Et quel est le niveau de maîtrise nécessaire, voire l’âge minimal pour l’emprunter ? C’est la raison pour laquelle nous travaillons à l’élaboration d’un guide d’aménagement des véloparcs dont la sortie est prévue en 2018. »

Crédit photo : Vélo Chicoutimi

Comment optimiser un véloparc ?

Certaines municipalités du Québec n’ont bien sûr pas attendu la parution d’un guide pour se doter d’un véloparc. On peut citer en exemple Saint-Bernard en Beauce ou Waterloo en Montérégie. « Vous savez, précise Francis Tétrault, avec un budget débutant autour de 50 000 $, on peut aménager un parcours de base en terre battue sur une superficie équivalente à 2 terrains de tennis. C’est bien peu, comparé à d’autres infrastructures de sport et loisir, et ça rapporte beaucoup à la communauté. »

Une fois qu’un véloparc est aménagé, Francis Tétrault conseille aux municipalités de suivre ces 4 pistes d’action pour assurer la réussite de leur projet :

  • Organiser des événements pour en faire la promotion. Lors de ces occasions, on peut prêter des vélos, faire de l’encadrement pour favoriser l’initiation de ceux qui n’ont jamais fait de vélo de montagne. Tout cela dans le but de faire grandir la communauté qui utilise ces infrastructures.
  • Intégrer les aménagements aux camps de jours. Un des avantages, avec de tels aménagements, c’est qu’ils s’utilisent librement. Ce n’est pas une activité organisée. Pas ou peu de consignes à donner aux enfants. Il suffit de les superviser. Et de les laisser jouer librement.
  • Encourager l’organisation de clubs ou d’associations pour regrouper les utilisateurs. Ce sont ces groupes qui vont ensuite participer à l’entretien et au développement du véloparc. Ils pourront même prendre le relais et se charger de l’organisation d’événements ayant lieu sur le site.
  • Prévoir l’utilisation des infrastructures en hiver, lorsque c’est possible. Par exemple, intégrer un volet vélo à la fête des neiges de la municipalité.

Réalisation : Vincent Girard – EPHEK

À ce chapitre, les initiatives peuvent venir des usagers eux-mêmes. Francis cite le cas de la pumptrack[1] de Waterloo. « Cette piste est asphaltée, raconte-t-il. Or, l’hiver dernier, environ 20 personnes, munies de pelles, se sont affairées à déneiger le parcours et à l’assécher à l’aide de chalumeaux. Ils ont ainsi pu se payer le luxe d’une séance hivernale de pumptrack. Et la fois suivante, ils étaient une cinquantaine. Ils ont ainsi créé un événement improvisé qui va certainement être réédité l’hiver prochain. »

Crédit photo : Martin Brisson

Véloparc ou sentier de vélo de montagne ?

Pour Francis Tétrault, le véloparc et le sentier de vélo de montagne sont complémentaires. Ces deux environnements peuvent servir à l’acquisition de nouvelles habiletés qui vont ensuite servir dans toutes sortes de situations. « Toutefois, précise-t-il, le véloparc a l’avantage d’être un lieu public, à proximité des demeures. Pour des jeunes qui n’ont pas accès à une voiture afin de se rendre jusqu’à un sentier de vélo de montagne, c’est bien sûr plus pratique. Ils n’ont qu’à s’y rendre à vélo… Et comme dans un véloparc, les usagers sont constamment visibles, c’est aussi beaucoup plus rassurant pour les parents. »

Pumptrack de Zurich

[1] Une pumptrack (ou piste à rouleaux, selon l’OQLF) est un parcours essentiellement composé de bosses et de virages en dévers (virages relevés). Pour en tirer le maximum de sensation, il faut atteindre une vitesse de croisière, puis, sans pédaler, « pomper » son vélo pour passer d’une bosse à l’autre. En tirant sur le guidon, quand on remonte la bosse, et en poussant sur ses pédales dans la descente, on augmente ainsi son momentum d’une bosse à l’autre. C’est un peu comme des montagnes russes, mais sur 2 roues. Les virages relevés permettent de conserver le momentum entre les sections de bosses.

Source : Vélo Québec

Aménager un sentier de vélo de montagne

Le service-conseil de Vélo Québec accompagne les municipalités, les clubs, ou les MRC désireuses d’aménager un sentier de vélo de montagne sur leur territoire, y compris de fatbike. Les experts de Vélo Québec peuvent ainsi les aider à évaluer le potentiel du parcours et, par exemple, s’assurer qu’il convient à la clientèle visée. Ils offrent aussi la formation de base des bénévoles qui souhaitent se charger de l’entretien du parcours. Vélo Québec peut soutenir leur démarche, du début de la réflexion jusqu’au lancement du projet, à l’exception des plans et devis.