Marketing alimentaire

Les politiciens doivent s’engager à interdire la publicité alimentaire ciblant les enfants

Le 8 octobre 2019

Télécharger le PDF

Cette semaine, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) dévoile un portrait de la publicité alimentaire destinée aux enfants. Il s’agit d’une première depuis l’adoption, au Québec, de la Loi sur la protection du consommateur, il y a 40 ans. Car, s’il est interdit de faire de la publicité destinée aux enfants, nos travaux démontrent que l’industrie alimentaire profite des exceptions de la loi pour cibler les jeunes et que quelques entreprises persistent à utiliser des pratiques illégales.

Ainsi, bien que le Québec ait fait figure de pionnier mondial en la matière, on doit reconnaître que sa loi est lacunaire, car elle ne protège pas complètement les enfants partout où il le faudrait. C’est pourquoi nous appelions de nos vœux le projet de loi encadrant la publicité d’aliments malsains visant les enfants, que le gouvernement fédéral sortant avait l’intention d’instaurer, mais qui, malheureusement, est mort au feuilleton. Et pour bien faire comprendre au prochain gouvernement l’importance de reprendre et de compléter au plus vite ces travaux, nous avons réalisé un état de situation, ici au Québec, dans les commerces de détail alimentaires, les principales chaînes de restaurants rapides et familiaux, ainsi que 24 lieux et événements familiaux.

Faire l’épicerie avec ou sans les enfants?

Les commerces de détail alimentaires regorgent de publicité destinée aux enfants. Sur une période de six mois, et en excluant les gommes, les chocolats et les bonbons, la Coalition Poids a recensé 469 emballages de produits alimentaires ciblant les enfants dans différents commerces. Le plus préoccupant est de constater que dans 90 % des cas, il s’agit d’aliments ultra-transformés, riches en sucre, sel ou gras saturés. De plus, les catégories de produits les plus publicisés auprès des enfants sont des aliments du quotidien, comme les collations, les céréales et les produits laitiers.

Dès lors, il devient difficile pour les parents de faire l’épicerie avec leurs enfants qui, constamment bombardées de publicités, font des demandes répétées pour obtenir des produits présentés spécifiquement pour attirer leur convoitise. C’est un véritable parcours du combattant qui se répète dans chaque allée, sans oublier la fameuse file d’attente à la caisse, où abondent les présentoirs de bonbons placés à la hauteur des yeux des enfants. Cela est bien dommage, car faire l’épicerie en famille devrait plutôt être une occasion agréable de transférer des connaissances et de développer les compétences alimentaires des jeunes.

Des restaurants pensés pour fidéliser vos enfants

Plusieurs stratégies sont utilisées dans les restaurants pour attirer l’attention des enfants, créer un sentiment d’appartenance et les fidéliser : personnages de marque, menus jouets, cahiers d’activités, emballages ludiques, affiches promotionnelles, présentoirs de jouets, salles de jeux, etc. La Coalition Poids a même constaté que plusieurs restaurants profitent des menus enfants pour faire du placement de produits d’une marque spécifique.

L’offre de jouets, qui accompagnent les repas pour enfants est une tactique publicitaire largement utilisée et soigneusement organisée. Souvent, ces cadeaux sont associés à des films, des émissions ou des séries de jouets populaires pour enfants. Et la plupart sont à collectionner dans une période de temps limité, ce qui incite les jeunes à revenir rapidement pour obtenir l’ensemble des jouets faisant partie de la promotion. Le jouet est ainsi utilisé pour créer une relation affective entre l’enfant et le restaurant.

Les événements familiaux en voie d’amélioration

Dans plusieurs événements et lieux familiaux, les enfants sont exposés à des publicités d’aliments riches en sucre, en sel et en gras, dont certaines les visent explicitement. Que ce soit à l’occasion de grandes fêtes familiales, dans des centres de ski, des parcs d’attractions ou des cinémas, plusieurs tactiques ont été observées, telles que l’utilisation d’affiches et de commandite dans des zones particulièrement fréquentées par les enfants.

À l’heure actuelle, dans les cinémas, les bonbons, les chocolats, les croustilles, le maïs soufflé et les boissons sucrées font l’objet d’une promotion intensive. Les bonbons accompagnés de leurs mascottes abondent et sont tout particulièrement publicisés. Toutefois, la Coalition Poids se réjouit de constater que, dans les événements familiaux, la situation s’est améliorée au cours des dernières années.

Acceptabilité sociale, oui, mais volonté politique…

Jusqu’à présent, la santé des Canadiens n’a pas été beaucoup abordée dans la campagne électorale fédérale. Pourtant, 17 millions d’adultes sont en excès de poids au Canada. Devant ce constat, il est impossible de nier l’influence des milieux de vie et l’importance des politiques publiques dans la problématique de l’obésité.

Actuellement, l’environnement alimentaire est trop souvent défavorable à de saines habitudes de consommation. Selon un sondage IPSOS réalisé en 2019 pour le compte de la Coalition Poids, une forte majorité de Québécois (84 %) convient d’ailleurs que les enfants sont trop exposés à des publicités, des emballages, des présentoirs de malbouffe et que ces pratiques devraient être encadrées dans les commerces. Ils sont également d’accord (86 %) pour que le gouvernement fédéral limite la publicité ciblant les enfants de moins de 13 ans dans les commerces.

Les différents partis doivent s’engager à poursuivre les travaux initiés par Santé Canada visant à interdire la publicité d’aliments et de boissons riches en sucre, sel et gras destinée aux moins de 13 ans. Il ne s’agit pas d’un enjeu partisan, mais bien de protéger la santé de nos enfants avant les intérêts commerciaux de l’industrie alimentaire.

Pour suivre les engagements des principaux partis liés à l’obésité et aux saines habitudes de vie, la Coalition Poids a mis en ligne une section spéciale sur son site Web. Visitez-la régulièrement et n’hésitez pas à questionner vos candidats sur leur vision du système alimentaire : c’est votre privilège d’électeur et c’est dans notre intérêt à tous.

Pour en savoir plus sur le Portrait québécois de la publicité alimentaire aux enfants, sur les stratégies de marketing observées et les plaintes déposées par la Coalition Poids auprès de l’Office de la protection du consommateur consultez le tout sur notre site Web.



Télécharger le PDF