Actualités scientifiques

Une pilule aux mêmes effets que l’exercice physique: vraiment ?

Le 12 mai 2017

Télécharger le PDF

Ça m’a fait bien sourire la semaine dernière lorsque j’ai lu une nouvelle scientifique sur la découverte d’une pilule qui auraient les mêmes effets que l’exercice physique.

Je suis tombée sur cette nouvelle alors que je me préparais à animer un atelier portant sur la toute récente Vision québécoise d’un mode de vie physiquement actif, dans le cadre du congrès de la Fédération des kinésiologues du Québec. Une question m’a traversé l’esprit : la vision proposée par la Table sur le mode de vie physiquement actif était-elle déjà devenue obsolète ? Rapidement j’en suis venue à la conclusion que non et voici pourquoi.

Lire (jusqu’à la fin) et comprendre une nouvelle scientifique

Je dois le reconnaître, le titre de la nouvelle est attrayant et l’introduction précise que les travaux des chercheurs viennent tout juste d’être publiés dans une revue scientifique. J’aurais pu être tentée de tenir pour acquis que le titre de la nouvelle résume précisément les résultats de la recherche. Ma curiosité m’a tout de même conduite à prendre le temps de lire la nouvelle dans son ensemble pour comprendre que la pilule en question est en fait une molécule que l’on a testée chez des rongeurs.

Or, je crois qu’il est important de rappeler que des effets observés chez les rongeurs ne peuvent pas systématiquement être généralisés à l’être humain et que le processus conduisant à la commercialisation d’une molécule expérimentale est souvent long et fastidieux. Aussi, la nouvelle précise que la molécule a déjà fait l’objet d’essais cliniques par le passé, mais que ceux-ci ont été interrompus puisque sa consommation à hautes doses semblait augmenter les risques de cancer.

La « fameuse » pilule devient soudainement un peu moins attrayante et miraculeuse, n’est-ce pas ? Gageons qu’elle ne risque pas d’être disponible chez votre pharmacien prochainement !

Ceci m’amène donc à formuler les recommandations suivantes à tous ceux et celles qui s’intéressent à l’actualité scientifique : faites preuve de sens critique et prenez le temps de lire et de comprendre une nouvelle scientifique dans son entièreté pour éviter les raccourcis intellectuels.

cycliste

Les nombreux bienfaits d’un mode de vie physiquement actif

Toujours selon cette nouvelle, les chercheurs à l’origine de cette percée scientifique auraient démontré que la molécule pouvait effectivement avoir des effets sur le métabolisme des rongeurs très similaires à certains des bénéfices associés à l’exercice physique :

  • en stimulant le métabolisme des lipides ;
  • en favorisant le contrôle du poids ;
  • en améliorant l’efficacité de l’insuline ;
  • en accroissant l’endurance.

Les bienfaits de l’exercice physique ou de l’adoption et du maintien d’un mode de vie physiquement se limitent-ils à la santé métabolique et à la performance physique ? Loin de là, et c’est en partie ce qui a guidé les réflexions aux fondements de la vision québécoise d’un mode de vie physiquement actif ainsi qu’aux choix des priorités d’actions.

Cette vision propose de créer des environnements qui favoriseront le développement global des personnes (ex. confiance, compétences physiques et motrices), la quête de plaisir et de satisfaction. Elle encourage des actions qui contribueront à la qualité des expériences autant grâce à l’attrait et la convivialité des aménagements que par l’encadrement qu’offrent les intervenants (animateurs, éducateurs, enseignants, entraîneurs, etc.). Elle valorise les nombreux bienfaits associés à l’adoption et au maintien d’un mode de vie physiquement, qu’ils soient individuels ou collectifs. Des bienfaits qui dépassent largement la santé et qui rejoignent différents enjeux sociétaux, dont le développement global des enfants, la persévérance scolaire, la cohésion sociale, la productivité et la préservation de l’environnement.

La vision québécoise d’un mode de vie physiquement actif est donc loin d’être obsolète. Même si je reconnais que la pilule citée dans la nouvelle deviendra possiblement un traitement pour des problèmes de santé comme le diabète, je doute fort qu’on en arrive un jour à développer une pilule qui puisse reproduire tous les bienfaits de l’adoption et du maintien d’un mode de vie physiquement actif, ou qui procure autant de plaisir à faire bouger son corps.

Pour en savoir davantage sur la Vision québécoise d’un mode de vie physiquement actif.



Télécharger le PDF