Alimentation durable

Agriculture urbaine: dévoilement du projet VERTical au Palais des congrès

Le 30 septembre 2016

Les médias étaient invités à visiter le Laboratoire d’agriculture urbaine du palais des congrès à l’occasion du dévoilement du projet VERTical, une première en Amérique du Nord.

Culture hydroponique extérieure

Unique en son genre, VERTical est un projet d’agriculture urbaine sur échafaudage. Il occupe environ 550 m2 au sol et 450 m2 à la verticale. Développé en collaboration avec AU/LAB, ce projet repose sur l’utilisation de membranes « vivantes », faites de laine feutrée, dans lesquelles sont aménagées des pochettes. Et c’est dans ces pochettes que croissent les plantes nourries par un système d’irrigation s’écoulant par le haut.

« Un des avantages de cette méthode, explique Jean-Philippe Vermette, chercheur et cofondateur de AU/LAB, c’est que l’on peut doubler, voire tripler la surface cultivable. Avec 1 pi2 d’occupation au sol, on obtient à la verticale l’équivalent de presque 3 pi2. Sur le plan économique, notre système coûte 10 $ le pi2 au lieu de 25$. »

VERTicaL a été installé il y a moins d’un mois et se trouve présentement dans une première phase expérimentale, ce qui va permettre de caractériser les différents types de membranes. Mais déjà, selon monsieur Vermette, ces premiers résultats sont très prometteurs. Il suffit de constater la vivacité de ces jeunes pousses qui ont pourtant grandi au mois de septembre.

Le travail des abeilles

Qui dit agriculture, même urbaine, dit aussi pollinisation. C’est pourquoi trois ruches d’abeilles domestiques sont installées sur le toit, à proximité des jardins potagers. Non seulement permettent-elles d’optimiser la production maraîchère, mais elles donnent de 60 à 80 kg de miel par année.

« Ces trois colonies, d’environ 100 000 individus, vont rester les mêmes tant que la superficie des jardins n’augmentera pas, précise Magali Delcourt de Miel Montréal. Car nous ne voulons pas non plus exercer de pression sur les espèces indigènes. Ici, on cherche avant tout à maintenir un équilibre durable. »

Une vitrine technologique

Depuis 2011, le Palais des congrès expérimente des manières de verdir les immenses superficies de toit qu’il possède. En vertu d’un partenariat avec le Centre d’écologie urbaine de Montréal, le projet Culti-Vert a permis d’aménager un toit-jardin potager sur quelque 360 m2 avec 450 bacs d’agriculture. Au total, 650 kg de produits frais ont été récoltés la première année.

Parmi les objectifs poursuivis par le Palais des congrès, on peut citer :

  • réduire les îlots de chaleur et améliorer la qualité de l’air
  • faire la promotion de Montréal en tant que ville engagée dans le développement durable
  • démontrer le fort potentiel des toits verts auprès des voisins institutionnels

Notons que, sur le plan social, les produits de ces récoltes (légumes, fruits et fleurs) sont remis au traiteur du Palais des congrès qui en redistribue une partie à La Maison du Père. De plus, un projet de réinsertion sociale devrait bientôt être mis sur pied afin de permettre à certains des protégés de La Maison du Père de participer à l’entretien de ce jardin urbain.