Agriculture urbaine

Les potagers en cour avant vont proliférer dès ce printemps à Québec

Le 4 février 2019

Agriculteurs urbains, à vos semis ! Dès le 9 mars prochain, la Ville de Québec, en vertu d’une modification au Règlement d’harmonisation sur l’urbanisme et les règlements d’arrondissement sur l’urbanisme, va autoriser l’aménagement de potagers en cour avant.

La Capitale-Nationale affirme donc sa volonté de favoriser l’agriculture urbaine sur son territoire. D’ailleurs cette annonce coïncide avec le lancement d’un appel à projets pour l’aménagement de jardins partagés, collectifs ou communautaires en 2019.

Cette nouvelle réglementation(R.V.Q. 2752) était fort attendue, et depuis longtemps espérée. En effet, des résidents de Québec ont dû subir, au cours des dernières années, de nombreuses déconvenues, parfois même assez coûteuses. En octobre dernier, une pétition, lancée par un agriculteur urbain mis à l’amende, avait même recueilli 15 000 signatures en faveur des jardins de façades.

jardin pédagogique

Bien entendu, ces potagers en cour avant devront satisfaire certaines conditions. Ils ne pourront se trouver à moins de 50 centimètres d’un trottoir, d’une bordure de rue, d’une piste cyclable ou d’une ligne latérale de lot. La superficie autorisée sera fonction de la taille de la cour avant. À plus de 300 m2, le potager sera limité à la moitié de la surface. Entre 100 et 300 m2, à 75 %, tandis qu’à moins de 100 m2, aucune limite ne s’applique.

La Capitale-Nationale emboîte ainsi le pas d’un mouvement parti de la Maison-Blanche, en 2008, avec le potager de Michelle Obama, et qui ensuite est passé par Drummondville lorsque, en 2012, l’opinion internationale s’est émue des démêlés juridiques du couple Landry-Beauchamp, des jardiniers activistes qui ont fait figure de proue au Québec. Un mouvement qui prend désormais racine dans la province.



Ce sujet vous intéresse?

Visionnez la conférence de Jean-Philippe Vermette, directeur du Carrefour alimentaire Centre-Sud : Un quartier nourricier