Littératie alimentaire

Brigades culinaires: des ados à la rencontre des agriculteurs 

Le 3 mars 2019

Apprendre à cuisiner dès l’école secondaire, c’est futé ! Mais inclure des ateliers avec des agriculteurs pour prendre conscience de la provenance des aliments et du travail qui se cache derrière ce que nous mangeons, c’est tout simplement brillant ! Un autre inspirant projet signé La Tablée des chefs.

De la bonne idée au projet d’envergure

La Tablée des chefs est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de « nourrir les personnes dans le besoin et développer l’éducation culinaire des jeunes. » Si les premières activités de l’organisme se résumaient à des cours de cuisines dans des écoles secondaires en milieu défavorisé et dans quelques centres jeunesse, elles se sont largement diversifiées et répandues au fil des ans.

Prenons simplement l’exemple des Brigades culinaires, le programme phare de l’organisme. Il y a désormais 3000 jeunes provenant de 125 écoles secondaires dans 17 régions du Québec qui y participent chaque année. « Nous voulons atteindre 150 écoles à la prochaine rentrée scolaire, mais nous avons presque atteint la limite des écoles secondaires possédant encore une cuisine fonctionnelle », explique Jean-François Archambault, directeur général et fondateur de La Tablée des chefs. Fidèles à la mission de l’organisme, les Brigades culinaires ont pour objectif de rendre les jeunes de 12 à 19 ans autonomes par rapport à leur alimentation. Qu’ils proviennent d’un milieu défavorisé ou non, cela leur permet donc de limiter leur dépendance aux aliments ultra-transformés, en plus d’accroître leurs connaissances en saine alimentation.

En plus de transmettre des connaissances culinaires aux générations futures, les Brigades culinaires explorent également l’aspect créatif de l’alimentation et misent alors sur la découverte tout au long des ateliers. Ce faisant, il y a 3 défis par année, dont une grande compétition à la manière de l’émission Les Chefs ! De quoi motiver encore plus les jeunes à mettre la main à la pâte et de réaliser leurs propres créations. « Ces défis sont une occasion de se retrouver dans une activité où on a un sentiment d’appartenance, et où l’élément de partage est la cuisine plutôt que le soccer ou les échecs scolaires », explique Nancy Lacas, directrice des programmes de formation culinaire à La Tablée des chefs.

brigades culinaires

Enrichir davantage les connaissances

En 2018, le défi Mangeons local s’ajoute à la longue liste d’activités de La Tablée des chefs. « Chaque équipe doit préparer une recette mettant en valeur un produit local, raconte Madame Lacas. Pour préparer les jeunes à ce défi, on invite des agriculteurs de la région à venir présenter un produit local. Ils expliquent ce qu’ils font au quotidien, comment fonctionnent la ferme et l’agriculture en général… » Une belle occasion de sensibiliser les jeunes à l’importance de s’approvisionner localement, tant au niveau de l’environnement et de la fraîcheur des aliments, que de l’économie locale.

Alors que La Tablée des chefs envisage de maintenir ce type de rencontres privilégiées entre les jeunes et les agriculteurs, le format de l’activité pourrait changer afin de s’incorporer plus harmonieusement au programme de chaque école. Les agriculteurs pourraient aussi donner des conférences ou tenir un kiosque lors de journées thématiques, par exemple.

Et qui sait ? Peut-être même que les classes-neige et les sorties de fin d’année se passeront un jour aux champs plutôt qu’au parc d’attractions ? Rêvons un peu !