Portrait d'ambassadrice

Lucie Laurin: transmettre aux enfants le plaisir de manger sainement 

Le 16 mars 2021

L’impact social est au cœur de leur métier. Que ce soit pour encourager l’alimentation locale, saine et écoresponsable dans les institutions, outiller les acteurs socioéconomiques dans les projets d’économie sociale ou favoriser l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes, les ambassadeurs 100° s’investissent avec passion dans leur métier. Rencontre avec Lucie Laurin, chargée de projet à l’Association québécoise de la garde scolaire.

« Bien manger, c’est avoir du plaisir tout en ayant une saine alimentation. » Pour Lucie Laurin, ce leitmotiv est au cœur de sa vie professionnelle. Pour cette nutrionniste de formation, il est clair que les intervenants des services de garde et des écoles jouent un rôle de premier plan en matière d’éducation alimentaire. Le programme Je goûte, J’apprends dont elle assure le déploiement depuis 2018, vise précisément cet objectif et propose une série de mesures pour aider ces intervenants à favoriser le développement des comportements alimentaires chez les jeunes.

Lucie Laurin

Bien former pour bien manger

Lucie Laurin offre d’abord des formations aux intervenants des services de garde scolaire. « L’objectif est de les aider à améliorer les contextes de repas pour les rendre plus conviviaux », précise-t-elle. Des suggestions leur sont ainsi offertes notamment pour mieux aménager les lieux de repas où mangent les élèves, pour les rendre plus agréables en favorisant la lumière naturelle, en diminuant le niveau sonore ou en disposant le mobilier en petits îlots par exemple. Les recommandations portent aussi sur différents apprentissages pendant le repas : adopter de saines habitudes de vie, faciliter le développement moteur, renforcer l’estime de soi ou encourager un comportement écoresponsable via le recyclage.

Ces formations se déploient sur l’ensemble de la province grâce au réseau d’une quarantaine de nutritionnistes régionales de santé publique que Lucie Laurin a mis en place au cours des deux dernières années. « Une telle collaboration est beaucoup plus efficace pour pouvoir toucher toutes les écoles du Québec. C’est important parce que ces nutritionnistes connaissent bien leur milieu et sont en mesure à la fois de bien former les intervenants et les accompagner par la suite. »

Lucie Laurin

Outiller les intervenants

Le programme Je goûte, J’apprends ! prévoit également de changer les comportements alimentaires grâce à l’amélioration des collations dans toutes les écoles. Lucie Laurin vient de développer à cette fin un guide pratique pour le soutien alimentaire en contexte scolaire, à paraître prochainement. « La force de ce guide est d’amener le réseau scolaire à collaborer avec le milieu agroalimentaire et le milieu de la santé, et de mettre en place de meilleures pratiques ainsi qu’une aide alimentaire plus pérenne », précise-t-elle. Ce guide vise à outiller les intervenants pour répondre aux besoins des élèves, des parents et du personnel des écoles. Sont notamment proposés des suggestions de sondages pour évaluer leurs besoins, un tableau explicatif des types d’approvisionnent en milieu scolaire ou un calendrier des disponibilités des fruits et légumes locaux.

La troisième priorité du programme Je goûte, J’apprends ! vise le développement des compétences culinaires et alimentaires desintervenants des écoles et des services de garde. Le champ de ces compétences est large et porte aussi bien sur la familiarisation à de nouveaux aliments pour offrir aux enfants un plus grand choix d’aliments sains, qu’à une simple dégustation pour permettre aux intervenants de développer le goût chez les élèves.

programme je goute j'apprends

Une vision d’ensemble 

Pour bien influencer et mobiliser les intervenants scolaires, la connaissance des différents milieux est pour Lucie Laurin un véritable atout. Nutritionniste en santé publique, Lucie Laurin a en effet su développer tout au long de son parcours professionnel une bonne compréhension du milieu de la santé, mais aussi des milieux scolaire, communautaire et alimentaire. Notamment en tant qu’agente de promotion des saines habitudes de vie auprès de différents centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS), ou comme mandataire pour l’élaboration d’une formation sur l’encadrement éducatif des repas auprès d’une commission scolaire. Autant d’expériences qui lui permettent aujourd’hui de développer une approche holistique pour répondre efficacement aux besoins des intervenants scolaires. Et que ce soit à travers des guides, des ateliers ou des formations, Lucie Laurin compte poursuivre l’accompagnement des écoles pour les aider à dresser leur portrait alimentaire et ainsi bonifier leurs bonnes pratiques alimentaires. L’objectif demeure toujours le même : valoriser auprès des enfants le plaisir de manger sain.

 

Pour en savoir plus sur le travail de Lucie Laurin à l’association de la garde scolaire, consultez les articles suivants;