Saguenay-Lac-St-Jean

Pédagogie en plein air: la première garderie en forêt québécoise ouvre ses portes!

Le 4 décembre 2019

Alors que les bienfaits d’un contact soutenu avec la nature sur le développement des enfants sont devenus indiscutables, une première garderie en forêt pleinement dédiée à l’approche par la nature et l’aventure vient d’ouvrir ses portes au Québec. Implantée dans l’arrondissement Chicoutimi-Nord, à Saguenay, Garderie Nature accueille 78 enfants entre 0 et 5 ans qui découvrent chaque jour le plaisir de jouer librement dehors.

Pour sa fondatrice Karine Gravel, qui rêve de ce projet depuis longtemps, Garderie Nature est beaucoup plus qu’un simple service de garde en nature. Il s’agit d’un véritable milieu de vie qui répond aux besoins actuels des enfants et de leur famille en mettant de l’avant des valeurs communautaires et environnementales.

garderie en forêt

S’installer au cœur de la forêt urbaine

Depuis plus de deux ans, Karine Gravel s’est investie à temps plein pour mettre sur pied un projet à la hauteur de ses aspirations. Une entente avec la Ville de Saguenay lui a permis de faire l’acquisition d’un terrain dans un immense parc boisé et semi-aménagé de la municipalité, où elle a fait construire un bâtiment écologique offrant un environnement sain et créatif aux enfants. « Je rêvais d’un espace épuré pleinement intégré au milieu naturel, précise-t-elle. Des fenêtres de la garderie, on ne voit que la forêt ! » Symbole sans équivoque, un bouleau se dresse au milieu de cet espace multifonctionnel qui comprend une pouponnière ainsi qu’une pièce centrale lumineuse pour l’escalade et les rassemblements.

garderie en forêt

Parcouru de sentiers et peuplé d’une grande variété de petits animaux et d’oiseaux, le boisé qui s’étend sur 2 kma également été aménagé pour que les enfants puissent manger et faire la sieste au grand air, explorer la nature à leur aise et se réfugier dans de petits camps de base conçus spécialement pour eux. Garderie Nature s’est par ailleurs engagée auprès de la Ville à entretenir le secteur et à devenir en quelque sorte la gardienne de ce milieu naturel.

« En sortant tous les jours, les enfants s’approprient la forêt. Celle-ci devient rapidement “leur forêt”. Ils s’y sentent en sécurité et s’ouvrent aux expériences et à l’émerveillement. » – Karine Gravel

garderie en forêt

Vivre la nature au quotidien

L’approche par la nature et l’aventure développée par Karine Gravel vise à offrir un cadre optimal pour le développement global, le bien-être et l’atteinte du plein potentiel chez les enfants par le contact quotidien avec la forêt. « Quand on a ouvert en octobre, raconte Karine Gravel, on pouvait facilement identifier les enfants qui vont rarement en forêt. Ils étaient anxieux et manquaient d’agilité. Six semaines plus tard, c’est vraiment leur milieu de vie et leur maison. Ils ne sont plus seulement en train de s’inquiéter pour leur survie et peuvent développer un réel attachement à la nature. »

Les explorations en forêt et le jeu libre guident l’apprentissage des enfants. Comme le précise Karine Gravel, cette approche est davantage expérientielle et invite les enfants à jouer physiquement en étant curieux de leur environnement, en laissant émerger leur créativité et en développant leur autonomie. Aussi le programme est conçu pour permettre à l’équipe d’éducateurs d’être réellement à l’écoute du groupe plutôt que d’appliquer un programme hebdomadaire conçu à l’avance.

« Avec l’arrivée de la neige, les enfants ont découvert les traces des lièvres qui se promènent autour de la garderie. À chaque journée, c’est une aventure, parce qu’en forêt il ne se passe jamais la même chose que la veille. » – Karine Gravel

garderie en forêt

Prendre des risques sains

La prise de risques sains chez les enfants est également considérée comme essentielle dans le programme pédagogique de Garderie Nature, afin de permettre aux enfants de développer leur confiance en eux, leur capacité à prendre des décisions et leur épanouissement personnel. Les parents sont donc invités à voir la notion de risque autrement, en gardant en tête que les bienfaits du jeu actif sur la santé à long terme des enfants sont prioritaires et que les plus grands dangers sont davantage liés à la sédentarité.

Mais amener 78 enfants en forêt de façon professionnelle et sécuritaire représente tout un défi ! Karine Gravel ne s’en cache pas et insiste sur l’importance d’avoir des connaissances approfondies en plein air et en gestion de risques avant de se lancer dans une telle aventure. « Comme je suis la première au Québec, c’est moi qui mets un peu la barre, ajoute-t-elle. Les normes au niveau de la gestion d’une approche expérientielle en nature ne sont pas fixées par le Ministère. Il faut donc être en mesure d’envisager toutes les situations possibles et s’assurer de concevoir un plan de gestion des risques qui ne laisse rien au hasard. Il y a plein de petits détails à prévoir qui font que ta journée à l’extérieur se passe bien. »

« Il y a une différence entre aller dans une cour clôturée et aller dans le bois. C’est assez drastique. On le voit tout de suite quand on ouvre la porte pour aller en forêt. Les enfants sont calmes et silencieux, ils se divisent en petits groupes et décident où ils vont et ce qu’ils vont faire. Ils deviennent curieux et la magie opère… » – Karine Gravel

garderie en forêt

 Créer une communauté engagée 

En plus de créer un milieu de vie assurant le développement optimal des enfants, Garderie Nature tient à développer une véritable communauté, dans une perspective de développement durable. La garderie s’approvisionne majoritairement auprès de producteurs locaux et compte assurer la distribution sur place de paniers de pains et de légumes biologiques pour faciliter l’adoption de saines habitudes de vie et diminuer la charge mentale des parents. « On souhaite créer un milieu où on ne fait pas que déposer son enfant, précise Karine Gravel, mais développer une ambiance de collectivité et de partage au sein de la garderie. » De nombreuses familles sont déjà très impliquées dans le projet et plus de 70 parents ont pris part à une immense corvée pour améliorer les sentiers et aménager les camps de base pour les enfants autour de la garderie.

« On a la liberté de faire les choses différemment et l’un des défis qu’on se donne, c’est de trouver les moyens de ralentir pour privilégier l’essentiel et faire émerger une nouvelle ambiance de garderie. » – Karine Gravel

garderie en forêt

Préparer l’avenir

Six semaines après l’ouverture de Garderie Nature, plusieurs parents ont déjà fait part à Karine Gravel des bienfaits qu’ils ont pu observer chez leurs enfants, parmi lesquels des routines du soir plus calmes, de meilleures nuits de sommeil et une préférence pour les jeux créatifs plutôt que la télévision. Certains parents dont les enfants étaient reconnus comme turbulents dans d’autres milieux sont également émus de voir que ces derniers sont appréciés et valorisés.

Pour Karine Gravel, ces témoignages sont autant d’encouragements à aller plus loin et à inciter d’autres milieux de garde à favoriser le contact des enfants avec la nature. « Ce projet-là, dit-elle, c’est un projet de société à long terme. Nos enfants seront confrontés aux enjeux climatiques et devront prendre des décisions adéquates. Mais on ne réglera pas les problèmes de la planète seulement avec la tête. Si les enfants ont le plaisir d’aller en nature et de se promener avec un ver de terre dans la main, le contact avec la nature ils vont le porter dans leur cœur pour le reste de leur vie. »

* Cet article a été publié en partenariat avec le groupe de travail sur la promotion du plein air au Québec, qui relève d’un comité de la Table sur le mode de vie physiquement actif.

garderie en forêt

Ce sujet vous intéresse ?

Consultez les articles suivants:

Visionnez également les conférences suivantes: