Alimentation institutionnelle

Des aliments bio et locaux pour une autre année au CHU Sainte-Justine et au CHUM!

Le 22 juin 2020

Alors que le contexte actuel nous rappelle plus que jamais l’importance d’acheter des aliments produits et cultivés chez nous, les services alimentaires de deux établissements de santé majeurs, le CHU Sainte Justine et le CHUM, continuent d’innover. Et signe que l’été est bel et bien arrivé, les deux institutions publiques se préparent à recevoir dans les prochains jours leurs premières livraisons de légumes et fruits locaux de l’année.

service alimentaire hôpital

Pour une 3e saison d’approvisionnement local au CHU Sainte-Justine

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine, qui compte 442 lits, fait figure de pionnier en matière d’approvisionnement alimentaire durable. Depuis maintenant deux ans, Équiterre accompagne le service alimentaire de l’hôpital, Délipapilles, qui sert 2 000 repas par jour, afin d’offrir davantage d’aliments locaux et biologiques aux 5 449 employés, ainsi qu’aux milliers de jeunes patients et visiteurs de l’établissement

cafétéria hôpital

Par l’entremise d’Équiterre, Délipapilles a développé un lien direct avec un réseau de producteurs, les Bio-Locaux, et cuisine chaque année une bonne part de légumes biologiques et locaux de juin à novembre. Au fil des saisons, l’expérience avec ce réseau de producteurs est reconduite. L’an dernier, des paniers d’aliments biologiques ont été proposés aux employés afin de maximiser les livraisons. Des activités de sensibilisation ont également permis de renforcer ce partenariat novateur : visite de la ferme et des installations de la cuisine, fête des récoltes, promotion des nouveaux aliments disponibles dans les menus, aires de restauration…  Au total, c’est plus d’une trentaine de variétés de fruits et légumes qui sont commandées et directement intégrées aux menus des services alimentaires.

producteurs agricoles locaux

« L’idée des petits pas constitue certainement la meilleure façon de réussir à faire de belles réalisations. Le premier pas accompli nous motive à poursuivre et démontre aux équipes que c’est faisable, réaliste et le fun ! Le chemin parcouru dans les dernières années représente pour nous la base d’une offre alimentaire durable riche pour notre clientèle et d’un futur dans lequel nous poursuivrons notre rôle d’éducateur et d’influenceur. » – Josée Lavoie DT.P. M.SC., chef du service de diététique, CHU Sainte-Justine

Pour en apprendre davantage sur la démarche du CHU Sainte-Justine (texte et vidéos)

producteurs agricoles locaux

Pour une deuxième saison d’approvisionnement local au CHUM

Depuis l’année dernière, une démarche similaire a été entreprise au Centre universitaire de santé de Montréal (CHUM) qui avec plus de 772 lits, 65 000 visites de patients annuellement, 5 000 repas offerts quotidiennement et plus de 12 850 employés, est l’un des plus grands centres hospitaliers du Québec. Inspiré par le CHU Sainte-Justine et également accompagné par Équiterre, le CHUM a travaillé à développer l’offre d’aliments locaux et biologiques dans ses services alimentaires par un approvisionnement en circuit court avec la ferme coopérative les Jardins de Tessa ainsi que son offre d’aliments plus durables en intégrant des légumes esthétiquement imparfaits à son offre hivernale. À l’instar de l’expérience du CHU Sainte-Justine, le CHUM travaille à former ses employés et à sensibiliser sa clientèle aux changements en cours.

aliments locaux

Après une première année compilant des achats de près de 25 000 $, soit 20 % de l’approvisionnement en légumes frais pour la période de juin à octobre, la ferme coopérative les Jardins de Tessa et le CHUM ont convenu de répéter l’expérience cette année, avec l’objectif d’ajouter une deuxième livraison hebdomadaire et d’augmenter la proportion de légumes frais biologiques à 30 %. Les quantités à produire ont été planifiées à l’hiver 2020 en fonction des besoins anticipés par le CHUM. Et la saison démarre à nouveau : les premiers fruits et légumes frais, bio et locaux arriveront dès cette semaine !

« Il ne faut pas avoir peur d’avoir des idées qui peuvent parfois être étourdissantes pour nous ou notre organisation. Ce sont les projets innovants qui permettent de faire avancer les choses et faire tomber les barrières. Il ne faut pas avoir peur de se faire dit non ! » – Annie Lavoie, Chef de production alimentaire, CHUM

Pour en apprendre davantage sur la démarche du CHUM (texte et vidéos)

La crise sanitaire actuelle met en lumière la fragilité de notre sécurité alimentaire et l’urgence de mettre en place un système alimentaire plus résilient et durable. Des changements profonds, concertés et rapides sont requis pour assurer un accès équitable pour tous à des aliments sains, locaux et écoresponsables. Nos institutions publiques peuvent contribuer à cette transformation de notre système alimentaire par leur grand pouvoir d’achat et par leurs liens directs avec la population.

Ce sujet vous intéresse?

Visionnez la conférence de Murielle Vrins, de l’organisme Équiterre : « Du bio local à l’école, à la garderie et dans nos hôpitaux ! »

Consultez également les articles suivants: