Aménagement urbain

Aménagement d’un parc: 7 pistes d’action pour naturaliser un espace de jeu

Le 28 mai 2021

Le jeu extérieur est essentiel au développement des enfants. C’est pourquoi il est essentiel de leur offrir des environnements naturels leur donnant accès à grands espaces favorisant une liberté de mouvement, ce qui leur permettra de faire des découvertes, d’expérimenter et de réaliser des jeux et des activités de toutes sortes. La nature leur propose ainsi des défis diversifiés et attrayants les invitant à bouger à leur rythme et à différentes intensités.

Si l’environnement immédiat n’offre pas ce contact avec la nature, on peut le « naturaliser » en y aménageant toutes sortes d’éléments naturels. Selon le guide Nature Play and Learning Places [1], un espace de jeu et d’apprentissage naturalisé est « un endroit protégé dans un environnement extérieur où des enfants de tous âges et de toutes aptitudes peuvent jouer et apprendre avec et en manipulant divers éléments, matériaux, organismes et habitats naturels qui leur permettent de faire des expériences sensorielles, de motricité globale et de motricité fine. »

La naturalisation à des fins ornementales, esthétiques ou même écologiques est largement pratiquée dans les parcs publics, mais elle est rarement faite à des fins ludiques ou pédagogiques. Il y a là une perspective différente qui devrait se traduire par de nouvelles approches en matière d’aménagement d’espaces de jeu.

enfants jouent dehors

Pour naturaliser un espace de jeu, voici sept pistes d’action.

1— Mettre à la disposition des enfants des éléments naturels comme accessoires de jeu

Les enfants peuvent transformer n’importe quel petit objet naturel en accessoire de jeu d’expression ou en matériau de construction. Les enfants ont besoin de ressources pour construire leur propre environnement, tout particulièrement ceux qui vivent à l’étroit ou qui exercent peu de contrôle sur leur environnement. Jouer à l’aide d’éléments épars dans l’environnement est une pratique qui s’applique fort bien au jeu libre avec des éléments naturels. Exemples d’éléments naturels, inertes ou vivants : cailloux, terre, sable, quenouilles, cônes de conifères, feuilles, brindilles, branches, graines, coquillages.

enfant joue avec morceaux de bois

Crédit photo: Julie Moffet, Fondation Monique Fitz-Back

2— Offrir un relief varié

Un terrain accidenté est moins monotone qu’un terrain plat. Les différences de niveau et les pentes ont pour effet de stimuler le corps, de développer la souplesse en permettant aux enfants de rouler, ramper, glisser et travailler leur équilibre. Un relief varié favorise plusieurs types de jeux : jeux d’imagination, cache-cache, jeux d’approche et de poursuite, etc. Il offre aussi des points d’observation depuis lesquels les enfants peuvent regarder ce qui les entoure. Un relief varié accroît ainsi le potentiel de jeu et d’apprentissage et offre aussi des lieux de glissade en hiver.

ile aux volcans

L’Île aux volcans | Crédit photo : Arrondissement de Rosemont–La-Petite-Patrie

3— Aménager une zone de sable et d’eau 

Le « carré de sable » reste un incontournable des espaces de jeu. Le sable est un matériau doux et malléable, c’est l’élément naturel le plus populaire des jeux d’enfants. Celui-ci peut y dessiner, y creuser, y tracer des chemins, l’entasser, le transporter, le tamiser, le transvaser et s’en servir pour construire toutes sortes de structures. Combiné avec de l’eau, le sable offre encore plus de possibilités pour le jeu créatif et imaginatif. Le sable constitue enfin un bon potentiel pour les jeux en parallèle, c’est-à-dire où les enfants jouent côte à côte, mais pas ensemble ; des comportements de coopération et d’interaction sociale peuvent résulter de ces jeux.

Pour en savoir davantage, notamment sur les critères de qualité du sable à privilégier, sur les dimensions de l’aire sablée et sur l’entretien, voir la fiche Zone de sable et d’eau.

enfants avec filet à papillons

4— Intégrer de petits animaux dans l’environnement

De nombreux animaux peuvent fréquenter l’environnement d’un espace de jeu. Ils sont une source inépuisable d’émerveillement pour les enfants et peuvent offrir de nombreuses possibilités d’apprentissage.

Certains végétaux (fleurs, arbres, arbustes) attireront des animaux désireux de se nourrir et se loger ; les plantes qui produisent du nectar ou portent des fruits ou des graines sont particulièrement attirantes en ce sens. Les petites créatures comme les chenilles, les papillons, les vers, les coccinelles, les cloportes, les araignées, les mille-pattes et les escargots sont attrayants pour les enfants. Ils vivent dans de nombreux types de végétation et nécessitent très peu de gestion. Une grande majorité d’entre eux sont bénéfiques à l’environnement. Certaines plantes attirent les papillons et autres insectes volants.

Les oiseaux ajoutent du mouvement, de la couleur, du son et de l’ambiance à un lieu. Ils ont besoin de lieux de nidification, d’eau et d’aliments. Les nichoirs, mangeoires et bassins d’eau permettent aux enfants de les observer de près. Amphibiens et petits mammifères tels crapauds, écureuils et mulots sont également souvent présents dans les milieux naturels, contribuant à leur vitalité.

5— Prévoir des bassins ou des plans d’eau

Les ruisseaux, étangs, marais et bassins de rétention jouent un rôle essentiel dans tout écosystème, notamment en servant d’habitat ou de ressources à de nombreuses espèces animales. Or, la vie aquatique fascine les enfants et leur offre plusieurs possibilités d’apprentissage. Bassins et plans d’eau contribuent également à l’harmonie et à la diversité du décor, ajoutant une dimension esthétique au jeu et à l’apprentissage dans la nature. Les enfants vivent ainsi des expériences mémorables en rapport avec l’eau.

L’eau offre toutes sortes de sensations. C’est un élément fortement interactif : on peut s’en servir pour éclabousser, y patauger, y faire flotter divers objets. Les ruisseaux qui serpentent et dévalent en cascade constituent toujours un attrait pour les enfants. Les enfants peuvent passer des heures à proximité de l’eau (ou dedans). L’eau les excite et leur permet de se détendre, elle favorise l’interaction sociale, elle les incite à jouer ensemble.

6— Choisir des végétaux appropriés

Outre l’éminente utilité des végétaux pour la vie animale mentionnée précédemment, les plantes offrent aux enfants diverses possibilités d’apprentissage. Leurs propriétés infinies permettent de créer un environnement hautement interactif qui sollicite tous les sens, tout en rehaussant la beauté des lieux au bénéfice de tous.

On évitera soigneusement de planter dans les espaces de jeu des végétaux réputés toxiques ou qui peuvent causer des blessures (plantes épineuses). On choisira de préférence des vivaces indigènes résistantes au piétinement, aux insectes, aux maladies et aux intempéries.

On peut même offrir un potager à proximité de l’aire de jeu. Ce potager sera au sol ou en bacs surélevés (mais à portée de la taille des enfants) et pourrait être divisé en sections thématiques, par pays d’origine ou par couleurs par exemple, ou encore par types (fines herbes, légumes-feuilles, légumes racines, plantes médicinales, etc.). (Voir à ce sujet la fiche Zone jardin et milieux naturels.)

parc naturel pour tout-petits

Parc des petits pas à Deschambault-Grondines

7— Opter pour des structures de jeu en harmonie avec l’environnement

Pour favoriser la naturalisation d’un espace de jeu, les structures de jeu devraient s’harmoniser (couleurs, dimensions, textures et formes) avec des éléments de l’environnement naturel tels que les arbres, les roches et le relief du terrain. Aussi, les structures de jeu qui ressemblent le plus à des éléments naturels favoriseront le jeu actif et l’expression. Les équipements peuvent être construits avec des éléments naturels lorsque c’est possible, mais aussi reproduire ou imiter des éléments naturels (couleurs, textures et formes).

Finalement, les sentiers permettent de rehausser le potentiel nature des espaces de jeu. Ils s’intègrent très bien aux espaces végétalisés et contribuent à les rendre plus accessibles et attrayants. En plus de faciliter les déplacements des utilisateurs entre les aires et structures de jeu, les sentiers répondent aux besoins de tous lorsqu’arrive l’heure d’être actif au grand air.

[1] “Nature Play & Learning Places – Creating and managing places where children engage with nature”, Robin C. Moore with Allen Cooper, Natural Learning Initiative, NC State Design, 2014.

* Cet article a été réalisé en collaboration avec l’équipe de l’Alliance québécoise du loisir public.

enfant qui joue dehors

Ce sujet vous intéresse ? Vous voulez en savoir plus sur les bonnes pratiques d’aménagement des parcs ?

Visionnez notre cours en ligne: Aménagement d’un parc : créer des espaces actifs pour tous.

consultez également les articles suivants: