Milieu scolaire / Éducation

Approvisionnement alimentaire local: quand l’ITHQ s’invite à l’école

Approvisionnement alimentaire local: quand l’ITHQ s’invite à l’école

Ressource

Quand on pense à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), on pense tout de suite à des plats gastronomiques et à des serveurs en queue-de-pie. Mais si on vous disait que l’ITHQ offre aussi un accompagnement entièrement gratuit pour aider votre école à se doter d’une cible d’achat d’aliments québécois et à l’atteindre? C’est la mission que porte l’équipe de conseillers en approvisionnement local depuis maintenant un an.

Geneviève Rajotte Sauriol

Geneviève Rajotte Sauriol

RÉDACTRICE ET CONSULTANTE EN COMMUNICATION RESPONSABLE

Une démarche sur mesure

La formule magique de l’équipe du service d'accompagnement de l’ITHQ, c’est justement… de ne pas avoir de formule magique ! En effet, l’accompagnement est taillé sur mesure en fonction de votre contexte et de vos besoins. Quatre grandes étapes le composent :
1.     Un diagnostic de votre système d’approvisionnement
2.     La proposition de cibles réalistes
3.     Une stratégie adaptée à votre milieu
4.     Une banque d’outils comprenant entre autres une grille de quantification, des recettes quantifiées, des outils de végétalisation des menus et un guide sur la réduction du gaspillage alimentaire.

Quels sont les autres avantages d’être accompagné par l’ITHQ ? Tout d’abord, vous bénéficierez de l’expertise d’une équipe multidisciplinaire composée de personnes qui proviennent des milieux de la santé, de l’éducation et de l’alimentation, et qui connaissent donc la réalité du terrain. Vous aurez également accès à leur tableau de quantification du menu, des listes de substitution de produits et des listes de fournisseurs qui offrent des aliments locaux.

« Nous pouvons accompagner les milieux pour une période de 2 mois ou de 2 ans : il n’y a pas de date d’expiration, explique Édith Ouellet, nutritionniste et conseillère à l’ITHQ. Une école pourrait aussi entamer le processus, prendre une pause, puis le reprendre. Nous savons qu’il y a des moments plus occupés que d’autres dans le milieu scolaire et nous nous y adaptons. »

cuisine école

Des stratégies gagnantes

Quand on demande à Édith Ouellet et à sa collègue Sandra Paquette quelles formules fonctionnent bien pour commencer à augmenter la part d’aliments québécois au menu, elles proposent de poser de petites actions qui ont de grands résultats. « C’est bien de se doter d’une cible et de prendre le temps de l’atteindre. Une fois le changement implanté, c’est possible d’aller plus loin. C’est donc un processus qui se fait en plusieurs phases », précise Sandra.
 
Voici deux idées originales de petits changements :

  • S’attaquer aux collations, surtout lorsque l’école ne possède pas de cafétéria, en offrant des pommes et du fromage d’ici. Il est même parfois possible de faire le changement directement auprès de la commission scolaire.
  • Offrir des grignotines 100 % locales dans les machines distributrices. Celles-ci peuvent même arborer les couleurs d’Aliments du Québec.

Les défis à relever

Le milieu scolaire a vécu des années difficiles et il est normal qu’en temps de crise, changer le menu ne soit pas la priorité. Cependant, l’été peut être un bon moment pour s’atteler à la tâche et surtout, rappelez-vous que toutes les cibles sont valables. 

Au chapitre des contraintes, on retrouve aussi la pénurie de main-d’œuvre, le budget et la disponibilité des produits locaux. Les conseillères et conseillers de l’ITHQ sont d’ailleurs là pour vous aider à végétaliser votre menu pour réduire les coûts, prioriser les légumes de saison (même l’hiver !), travailler avec votre traiteur ou choisir un nouveau distributeur.
 
L’expertise de l’ITHQ est complémentaire à celle d’Équiterre et d’Aliments du Québec, qui accompagnent également les écoles dans le cadre de la Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois. Rappelons que le gouvernement s’est fixé comme objectif que 100 % des établissements publics relevant des réseaux de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la santé et des services sociaux se soient doté d’une cible d’achat d’aliments locaux en 2025.

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN