Milieu scolaire / Éducation

Éducation alimentaire à l'école: misons sur l'approche démocratique!

Éducation alimentaire à l'école: misons sur l'approche démocratique!

Ressource

En adoptant une attitude positive et en déployant des interventions de style démocratique, lors des repas et des collations à l’école, les adultes contribuent à développer l’autonomie des enfants à respecter leurs signaux de faim et de satiété, ainsi qu’à apprécier une variété d’aliments. Ces comportements alimentaires sont essentiels au développement de la littératie alimentaire. Mais l’écho du terrain nous suggère que ce genre d’intervention n’est malheureusement pas la norme…

Un sondage mené auprès du personnel de la garde scolaire à l’automne 2021 indique en effet que les interventions de style autoritaire sont souvent de mise. On constate que l’interdiction de certains aliments dans la boîte à lunch est encore répandue et est perçue comme une pratique adéquate pour favoriser de saines habitudes alimentaires chez les enfants. (Pour consulter le rapport du sondage.)

Allons dans la tête d’un enfant pour comprendre l’impact d’une approche autoritaire où on utilise le chantage, la négociation et le contrôle des aliments pour tenter de faire manger les enfants et où les aliments sont présentés comme permis ou défendus.

Par exemple, lorsque l’adulte dit « Les croustilles sont interdites dans la boîte à lunch, elles ne sont pas bonnes pour la santé», l’enfant comprend « C’est stressant le dîner, je dois surveiller ce que mes parents mettent dans mon lunch si je ne veux pas me faire chicaner. » Plus tard, cela incitera l’enfant à penser qu’il faut se priver de manger des croustilles, ce qui les rend encore plus attirantes. La prochaine fois qu’il va pouvoir en manger, il va en profiter pour en manger en grande quantité.

Dans une logique similaire, lorsque l’adulte dit « Mange au moins tes légumes, c’est bon pour la santé», l’enfant comprend « Ça ne me tente pas de manger des légumes, on me force toujours à en manger. » Plus tard, l’enfant risque de moins apprécier les légumes parce qu’ils sont reliés à de la pression plutôt qu’au plaisir. 

repas à l'école

Une recette gagnante

Personne n’est mal intentionné à ce sujet. On pense généralement bien faire lorsqu’on utilise ce type de phrases pour parler de l’alimentation. Ce sont des phrases très communes dans notre société que l’on répète par automatisme. On constate que l’absence de formation adéquate et de mise à jour régulière amène les intervenants à agir par réflexe où ils appliquent parfois des interventions non axées sur le bien-être de l’enfant, malgré de bonnes intentions.

La formation et les outils Ensemble pour des repas conviviaux favorisent les interventions de type démocratique en alimentation, où les intervenants sont amenés à faire vivre aux enfants des expériences alimentaires positives. Concrètement, l’approche démocratique en alimentation offre une « structure alimentaire » sans pour autant mettre de pression sur l’enfant. L’adulte démocratique détermine l’horaire de repas et de collations, emploie le renforcement positif et permet à l’élève de faire des choix parmi une variété d’aliments. Il laisse l’élève décider de la quantité consommée, selon ses signaux internes de faim et de satiété. Conscient de son rôle de modèle, cet adulte a aussi une attitude positive face aux aliments et n’hésite pas à parler d’alimentation avec les élèves. L’intervenant démocratique ne crée pas d’interdits. Plutôt que de parler d’aliments permis ou interdits, l'adulte démocratique valorise les aliments nutritifs à consommer  tous les jours et comprend que tous les aliments ont leur place dans l’alimentation. 

repas école

Révision de la formation Ensemble pour des repas conviviaux

La formation a été révisée au cours de l’été 2022 pour que les bonnes pratiques et les stratégies d’intervention proposées soient en cohérence avec le nouveau cadre de référence Ensemble ! Pour un service de garde scolaire qui favorise le plein potentiel de l’élève (Association québécoise de la garde scolaire, 2022)

Encore animée par une diététiste-nutritionniste, elle comporte maintenant 2 deux volets d’environ deux heures chacun :

  1.  J’aime manger à l’école : Interventions éducatives lors des repas et des collations
  2. J’aime une variété d’aliments : Apprendre la saine alimentation aux élèves

La formation est aussi disponible en version abrégée et autoportante. Toujours gratuite, elle peut être suivie à son propre rythme, au moment et à l’endroit qui convient. N’hésitez pas à aller la visionner.  (Pour en savoir davantage sur les formations gratuites, cliquer ici.)

Ateliers complémentaires

Onze ateliers de mises en situation sont maintenant disponibles. Ces ateliers ont pour but de renforcer les interventions éducatives à privilégier concernant l’alimentation à l’école, en cohérence avec le nouveau cadre de référence de l’AQGS. Ils viennent répondre à des situations concrètes et fréquentes :

  • Comment réagir quant à la présence d’aliments hautement transformés dans la boîte à lunch des élèves ?
  • Que faire pour les élèves qui manquent de nourriture ? 
  • Que faire pour les élèves qui ont certaines restrictions alimentaires ? 
  • Comment soutenir les élèves qui n’ont pas faim au dîner en raison d’une prise de médicament ? 
  • Que faire avec les élèves qui mangent toujours les mêmes aliments et sont difficiles ? 
     
    Pour en savoir davantage sur les ateliers, consulter la fiche d’information, le guide d’animation et les fiches des onze ateliers
     
Crédit photo: Cantine pour tous

Offrir la démarche de formation dans son milieu

En plus de la chargée de projets de l’AQGS Je goûte, j’apprends !, saviez-vous que plus de 40 diététistes-nutritionnistes sont disponibles pour animer les deux volets de la formation dans les écoles ? Ces professionnels·le·s offrent également du soutien aux équipes-écoles en suivi à la formation. Que ce soit en rencontrant la direction d’école et le technicien ou la technicienne du service de garde, en coanimant les ateliers de mises en situation, en réalisant un portrait des pratiques alimentaires à l’école ou en partageant des ressources pour sensibiliser les parents, ils·elles ont à leur disposition une panoplie d’outils pour bien répondre aux besoins des équipes-écoles. Le réseau scolaire n’a pas de raisons de se passer de leur expertise !

En conclusion: le pouvoir des mots

Quand on parle avec les enfants d’alimentation, les mots choisis ont une importance. Lorsque l’on utilise un langage où les aliments riment avec plaisir et que l’on fait confiance aux enfants pour déterminer la quantité d’aliments à manger selon leur faim, on leur fait vivre des expériences alimentaires positives. En gérant notre réflexe de contrôler les aliments, on permet aux enfants de développer une relation positive avec la nourriture. On sait que cette relation positive est un facteur de protection contre la préoccupation excessive à l’égard du poids, les troubles alimentaires et l’obésité.

repas à l'école

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN