Petite enfance / Milieu de garde

Jeux actifs de haute intensité pour les tout-petits: joues rouges et plaisir au programme

Jeux actifs de haute intensité pour les tout-petits: joues rouges et plaisir au programme

Ressource

La Table de concertation sur les saines habitudes de vie en Chaudière-Appalaches a offert des ateliers gratuits sur les jeux actifs de haute intensité dans les services de garde éducatifs à l’enfance. Zoom sur des activités qui donnent chaud !

Françoise Ruby

Françoise Ruby

JOURNALISTE | 100º

« Faire bouger des enfants à l’intérieur ou à l’extérieur n’est pas toujours évident, particulièrement lorsque l’espace est restreint, explique Geneviève Rainville, coordonnatrice de la TSHV Chaudière-Appalaches. Cette formation est donc spécifiquement conçue pour aider les éducatrices en CPE et les responsables de services de garde en milieu familial à mieux utiliser leurs environnements physiques. »

La formation, qui a été offerte sans frais sur une période de deux ans grâce au soutien financier du Plan d’action interministériel 2017-2021 de la Politique gouvernementale de prévention en santé (Action 2 de la mesure 1.2), se déroule en trois étapes. Dans un premier temps, les participantes ont été invitées à visionner une capsule préparatoire d’environ 10 minutes avant chacun des deux ateliers. Chacune de ces présentations, dûment approuvées par des kinésiologues et par tous les acteurs impliqués dans le projet, offrait des informations sur l’importance du jeu actif dans le développement global des enfants, ainsi que des liens vers des sites qui regorgent d’idées pour faire bouger les tout-petits.

Les deux ateliers de 30 minutes ont ensuite eu lieu sur place et avec les enfants, à deux moments distincts. Ils étaient animés par Maxime Beaudoin, intervenant sportif, qui a principalement visité les garderies en milieu familial, et par Valérie Boulay-Pelletier, coordonnatrice pour le secteur mode de vie physiquement actif au RSEQ Québec–Chaudière-Appalaches, qui accompagnait les éducatrices des CPE.   

Astronautes et pirates en action!

« Il ne s’agit pas de réorganiser les locaux ou de se procurer du nouveau matériel, précise Maxime Beaudoin. Chaque fois, je m’adapte à l’endroit que je visite, qu’il s’agisse d’une garderie dans une maison en rangée, dont la cour est petite, ou d’une garderie en milieu rural, dont le terrain est immense. Et j’utilise du matériel existant ou du matériel peu coûteux que j’ai apporté. »

L’animateur privilégie deux thèmes qui séduisent les enfants : l’exploration de l’espace à l’extérieur et le bateau pirate à l’intérieur. « Pour l’extérieur, ça commence dans le vestiaire, décrit-il, puisque les enfants deviennent des astronautes dès qu’ils enfilent leurs habits d’hiver. »

Agilité et coordination

Dans la cour, Maxime Beaudoin invite les cosmonautes à ramper dans un tunnel en nylon robuste. « Ramper dans ce tunnel en habit de neige demande vraiment beaucoup d’énergie aux enfants et leur donne l’occasion de développer leur agilité », souligne Maxime Beaudoin, en ajoutant que toutes les responsables des services de garde lui confient n’avoir jamais pensé à utiliser cet accessoire dehors.

À l’intérieur, la coordination est au programme. Les enfants doivent se rendre au bateau de pirate en ramant, puis lancer des boulets de canon. « Ce sont de simples balles en mousse, que les enfants projettent à l’aide d’une quille tenue à l’envers », explique l’animateur, qui compose également un parcours moteur avec de motifs placés au sol : des feuilles d’arbre pour les mains, des pattes de dinosaure pour les pieds. « En inversant le sens des motifs, on augmente la difficulté, puisque les enfants doivent pivoter pour sur eux-mêmes pour avancer, poursuit-il. C’est une façon simple et ludique de développer leur orientation spatiale et leur coordination. »

Comme Maxime Beaudoin anime en milieu familial, il propose une version facile pour les plus jeunes enfants et une version qui convient aux capacités motrices des plus grands.

Une séquence progressive et variée

Pour sa part, Valérie Boulay-Pelletier travaille avec les groupes d’enfants de deux ans et plus dans les CPE. « L’atelier de 30 minutes, commence avec des jeux d’échauffement, pour arriver à un stade où les enfants ont chaud et sont essoufflés au cours du jeu principal, » décrit-elle.

Elle poursuit avec des positions tonus qui font travailler les grands muscles et termine avec un retour au calme, mais d’une façon dynamique. « Plutôt que de faire faire aux enfants une relaxation au sol, je raconte une histoire au cours de laquelle, par exemple, je les invite à contracter et à relâcher leurs muscles. »

« Nouilles de piscine » polyvalentes

Dehors, Valérie utilise des « nouilles de piscine » coupées en deux pour délimiter un parcours de course. « Nous faisons un jeu de poursuite où je suis un requin, mais en utilisant le principe de l’élimination active, je m’assure que les enfants restent en engagement moteur même lorsqu’ils se font attraper, explique-t-elle. Ceux qui sont touchés doivent aller se faire soigner chez le vétérinaire, en faisant un parcours où ils lancent une boule de neige dans un tunnel en nylon placé à la verticale, puis passent dans un cerceau et sautent par-dessus de petits cônes. »
 
Tout comme Maxime Beaudoin, Valérie utilise du matériel simple et peu coûteux. Ainsi, les nouilles de piscine servent aussi à l’intérieur, pour que les enfants développent leur équilibre en marchant dessus. « Je trace des échelles avec du ruban à peinture au sol et je me sers des chaises et des tables et de simples élastiques pour créer une toile d’araignée à traverser, détaille la formatrice. J’apporte des napperons antidérapants qui délimitent l’espace dans lequel les enfants font des exercices debout ou encore des bas lestés avec du sable que les enfants peuvent lancer vers une cible. »

Un solide partenariat

Ce projet est issu d’un chantier mené en partenariat avec la direction régionale du ministère de la Famille, la direction régionale de santé publique et le regroupement des CPE de Québec et Chaudière-Appalaches, qui sont membres de la TSHV. « Nous avons également travaillé avec des représentantes de l’Association des garderies privées, des maisons de la famille et des bureaux coordonnateurs de la région », précise Geneviève Rainville.

« Les commentaires des éducatrices et des responsables de service de garde en milieu familial sont très positifs, souligne-t-elle. Elles apprécient beaucoup le fait que ces jeux nécessitent peu de préparation et peu de matériel, et plusieurs ont manifesté l’intention de les intégrer dans leurs activités. Elles ont également été sensibles au plaisir qu’en ont tiré les enfants. »

En 2020-2021, 18 milieux familiaux et 15 CPE ont été accompagnés, pour un total de 89 éducatrices. « Une prolongation et une bonification du financement de la mesure 1.2 nous ont permis d’offrir la formation à 35 autres milieux familiaux et CPE en 2022 », se réjouit Geneviève Rainville. Tant mieux pour les futurs pirates et astronautes de la région et leurs accompagnatrices !

Pour découvrir d'autres initiatives favorables au développement moteur des enfants

Communauté

Vous avez aimé l’article?

En quelques clics, joignez notre communauté et obtenez le meilleur de 100º grâce à des ressources personnalisées.

Créer mon profil
DEVENEZ AMBASSADEUR ET FAITES BRILLER LES PROJETS DE DEMAIN