Bouger à l'école

Activité physique à l’école: la contagieuse passion d’une enseignante pour la course à pied

Le 25 septembre 2017

À l’école primaire Terre-des-Jeunes de l’arrondissement LaSalle, à Montréal, on peut dire que ça bouge… et surtout, que ça court ! Portés par la joyeuse énergie d’une enseignante de deuxième année du primaire, des élèves découvrent les joies de la course à pied et le plaisir de s’activer physiquement à différents moments de la journée, même en pleine séance de mathématiques !

Voilà maintenant 6 ans que Jacinthe Tremblay a commencé à courir. « Quand j’étais jeune, je me cachais lorsque venait le temps de faire du sport ! Après mes trois grossesses, j’ai décidé de penser à moi et de me mettre en forme. » Dès ses premiers entraînements, elle a eu envie de partager sa nouvelle passion avec ses élèves. Son engouement pour la course à pied n’a toutefois pas tardé à se répandre dans toute l’école, à un point tel que l’école Terre-des-Jeunes compte aujourd’hui plus d’une centaine de coureurs parmi ses élèves.

Actifs dès le début de la journée

Sitôt arrivés en classe, les élèves de Jacinthe Tremblay ont la chance de se dégourdir les jambes sur un des 6 vélos stationnaires, un bel héritage de la direction précédente. « Le matin, tout le monde a droit à deux minutes de vélo, explique-t-elle. Ça aide à réveiller les élèves ! Idéalement, on en refait en milieu de journée : ça évacue l’énergie accumulée. Je remarque d’ailleurs qu’après leur temps de vélo, les jeunes sont plus concentrés et plus motivés. »

En plus de ces séances de vélo stationnaire, Jacinthe Tremblay aime intégrer l’activité physique dans ses périodes d’apprentissage. Comment s’y prend-elle, sans que la leçon de mathématiques ne se transforme en cours d’éducation physique ?

« Dans le cadre de l’apprentissage des nombres, raconte-t-elle, nous sommes sortis cette semaine dans la cour et avons compté… des jumping jacks ! » Autre exemple : lors des jours de beau temps, l’enseignante sort courir avec ses élèves pendant les classes. « On court autour de l’école, ce qui fait 500 mètres. J’utilise cette donnée pour leur apprendre à calculer les kilomètres à l’aide de bâtons de popsicles. »

Des récréations actives

Les périodes de récréation ont elles aussi bénéficié de la joyeuse énergie de Jacinthe Tremblay. Depuis que la direction d’école a accepté son idée de tracer des corridors de course dans la cour d’école, les récrés ne sont plus les mêmes ! Et pour encourager davantage l’adoption de la course à pied par les élèves, Jacinthe Tremblay anime des courses pendant les périodes de récréation deux fois par semaine.

Le mardi est consacré aux petits, tandis que les plus grands s’en donnent à cœur joie le mercredi. « J’apporte mon chronomètre et mon sifflet, et je calcule le temps des élèves sur une distance donnée », explique l’enseignante. Le but n’est pas la compétition, bien entendu, mais le dépassement de soi. « C’est rendu tellement populaire que je peine à m’occuper de chaque élève ! »

Impliquée jusqu’au bout

Les élèves de Jacinthe Tremblay sont bien au fait de sa passion pour la course à pied : en plus des activités en classe, l’enseignante anime des activités parascolaires de course et a créé un club de course pour les élèves qui le désiraient. « Nous avons 80 élèves qui ont participé à la Course populaire de LaSalle l’an dernier. Pour plusieurs d’entre eux, ce fut une occasion unique de courir dans un événement organisé. Mon but, c’est qu’ils soient fiers d’eux ! »