Alimentation durable

Approvisionnement local: étude de cas sur 9 écoles québécoises

Le 15 juin 2020

De la ferme à la cafétéria Canada est heureux de publier, en collaboration avec Équiterre, une étude de cas portant sur la mise en place de bars à salades et sur leur approvisionnement local dans neuf écoles québécoises. L’engagement de ces milieux scolaires a particulièrement été mis en valeur grâce à l’obtention de la reconnaissance Aliments du Québec au menu en 2019. Le document détaille ainsi les étapes de ces beaux projets, les nombreux impacts de cet engagement et vise à inspirer d’autres établissements à rejoindre le mouvement !

École St-Denis

Histoire et succès de cette première cohorte d’écoles québécoises

Pour la première fois en 2018, et grâce à l’initiative « De la ferme à l’école : Une terre fertile ! » menée par l’organisme De la ferme à la Cafétéria en collaboration avec Équiterre au Québec, des bourses d’un montant maximum de 10 000 $ dédiées à la mise en place de bars à salades ont été offertes à neuf écoles québécoises. Cette cohorte compte cinq écoles primaires et quatre écoles secondaires réparties dans quatre régions administratives du Québec (Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mauricie, Montérégie, Estrie). L’initiative a également été soutenue par la Fondation Whole Kids (WKF) et M361 (anciennement Québec en forme). Dans son rôle de coordonnateur régional, Équiterre a accompagné ces écoles afin de les aider à intensifier leurs efforts pour favoriser l’approvisionnement local, l’éducation alimentaire et le rayonnement des projets De la ferme à l’école.

Pour toutes les écoles de la cohorte, le soutien de l’économie locale et la sensibilisation des jeunes à la notion de circuit court étaient des éléments importants. Si les milieux scolaires ont suivi différents chemins pour mettre en place un approvisionnement alimentaire local, la collaboration avec des producteurs et des distributeurs locaux et régionaux s’est toujours avérée essentielle au succès des différents projets. Le résultat s’est avéré particulièrement concluant  en moyenne pour les neuf écoles, les aliments locaux représentent 59 % de l’approvisionnement des bars à salades. Certaines écoles vont même jusqu’à offrir 87 % d’aliments locaux !

École Chavigny, Trois-Rivières

Cette estimation en pourcentage a été calculée par Aliments du Québec, en collaboration avec Équiterre. En effet, en août 2019, une étape de plus a été franchie par les neuf écoles qui ont officiellement rejoint les 156 autres institutions reconnues Aliments du Québec au menu pour leur offre de produits locaux au sein de leur service alimentaire. De plus, Aliments du Québec a apporté une importante valeur ajoutée à l’accompagnement de cette première cohorte en offrant une forte visibilité ainsi que des recommandations personnalisées pour augmenter la part d’aliments locaux dans leurs services. Le résultat de cette mise en valeur des produits québécois a eu un impact largement positif sur les jeunes et le personnel des établissements puisque les écoles de la cohorte ont toutes souligné l’intérêt accru des élèves pour les légumes depuis l’ouverture du bar à salades, et encore plus pour les produits de leur région !

Cette première cohorte québécoise bénéficiaire des bourses De la ferme à l’école partage ainsi une vision holistique autour du bar à salades pour introduire la promotion de l’alimentation saine, locale, et écoresponsable aux élèves. Bien que les neuf établissements scolaires ont développé des projets singuliers, ils ont pour point commun de mettre l’éducation à l’environnement et aux saines habitudes de vie au cœur de leurs ambitions. En ce sens, toutes les écoles ont planifié ou ont mis en place un jardin pédagogique durant les dernières années, ce qui permet d’offrir aux jeunes des activités éducatives tout en fournissant de beaux légumes pour le bar à salades !

L’approvisionnement local dans les milieux scolaires reconnu au-delà du Québec !

L’étude de cas expose un panorama des différents projets mis en place dans les neuf écoles, étape par étape. Elle offre également une présentation des outils utilisés pour quantifier l’approvisionnement dans le but d’obtenir la reconnaissance Aliments du Québec au menu. Le document vise ainsi à mettre en lumière l’intérêt d’un tel modèle de reconnaissance de l’approvisionnement local dans les établissements scolaires, qui gagnerait à être étendu davantage au Québec, mais également dans d’autres provinces et territoires canadiens. En ce sens, le travail d’Équiterre en alimentation institutionnelle (éducation et approvisionnement), le programme de reconnaissance Aliments du Québec au menu et l’initiative « De la ferme à l’école : Le Canada, une terre fertile ! » se combinent et se co-nourrissent de manière synergique. Indéniablement, de tels partenariats ont le potentiel de renforcer le mouvement De la ferme à l’école et le momentum national pour créer des systèmes alimentaires locaux plus sains, plus résilients et plus durables.

Cette étude intéressera donc particulièrement celles et ceux qui sont prêt-e-s à développer une démarche d’approvisionnement local dans leur établissement scolaire, et inspirera de nouveaux milieux à obtenir la reconnaissance officielle Aliments du Québec au menu !

** Le document complet est disponible sur le site internet d’Équiterre et de l’organisme De la ferme à la Cafétéria Canada.

École Louis-de-France

De la ferme à la cafétéria Canada et Équiterre remercient les équipes des neuf écoles de la cohorte québécoise dont l’engagement a rendu possibles ces initiatives. Cette étude de cas n’aurait pas été possible sans leur dévouement à développer l’approvisionnement alimentaire local dans les écoles. De la ferme à la cafétéria Canada et Équiterre remercient également certains partenaires clés au Québec, tels que Aliments du Québec, M361 et leur projet 100°, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), ainsi que les partenaires de l’initiative « De la ferme à l’école : Le Canada, une terre fertile ! » qui continuent à collaborer et à innover pour apporter plus d’aliments sains et locaux dans l’esprit et dans l’assiette des élèves partout au Canada.