États-Unis

Denver: une audacieuse mesure pour financer l’éducation alimentaire des jeunes

Le 17 décembre 2018

Les citoyens de Denver ont voté à 59 % pour qu’une taxe de vente de 0,08 % serve à financer des initiatives visant à améliorer l’éducation alimentaire des jeunes et leur accès à des aliments sains. Zoom sur une taxe unique en son genre.

La taxe entrera en vigueur dès le 1er janvier 2019 dans la ville et le comté de Denver et ce durant 10 ans. Même si elle est en elle-même minuscule, soit moins de 1 ¢ par tranche de 10 $ d’achat, elle génèrera… 10 M$ US par année !

Une question de justice alimentaire

Le décret 302 (Ordinance 30) a pu figurer sur le bulletin de vote de mi-mandat des habitants de Denver grâce à la campagne menée par Healthy Food For Denver Kids. Ce regroupement de citoyens s’est mobilisé dans le but de combattre l’insécurité alimentaire qui touche 1 enfant sur 7 dans cette ville, alors même que le taux de chômage y est à son plus bas, et que la taxe de vente du Colorado est une des plus faibles aux États-Unis (2,9 %).

Dans un article publié par Civil Eats, Blake Angelo, l’organisateur en chef de cette campagne s’est réjoui de ce succès, parce qu’en appuyant cette taxe prélevée dans leurs poches, les citoyens ont mis les enjeux de justice alimentaire à l’ordre du jour de façon proactive.

La ville et le comté de Denver ont désormais les moyens de financer adéquatement certaines des priorités du plan stratégique à long terme (Denver Food Vision) adopté en octobre 2017. Ce plan, qui vise à mettre en place un système alimentaire sain et équitable, compte deux priorités (3 et 4 : voir encadré à la fin de l’article) visant plus spécifiquement les jeunes.

Bien sûr, les sommes seront distribuées de façon impartiale par la commission en charge, mais les nombreux organismes travaillant dans les écoles et auprès des familles touchées par l’insécurité alimentaire se réjouissent de la possibilité d’améliorer leurs activités et leurs programmes et d’en faire profiter plus de jeunes.

De plus, cette taxe devrait donner un coup de pouce aux producteurs de la région, puisqu’elle prévoit mettre les aliments locaux à l’honneur.

Modifier les habitudes et les comportements alimentaires à long terme

En visant à la fois l’insécurité alimentaire et l’éducation, le décret fait mouche selon Blake Angelo, qui a déjà été le directeur du service de développement des systèmes alimentaires de la ville. Il souligne qu’il ne suffit pas d’offrir des aliments sains aux enfants et aux jeunes pour améliorer leurs habitudes alimentaires à long terme, il faut aussi leur donner l’occasion de les faire pousser dans un jardin scolaire, par exemple, et de les cuisiner grâce à des ateliers culinaires et de dégustation.

Selon Shannon Spurlock, qui travaille pour l’OBNL Denver Urban Gardens, cet investissement de 10 ans dans la littératie alimentaire des enfants aura des effets bénéfiques à très long terme. Les connaissances et les habiletés acquises grâce à cette taxe leur seront utiles pour le reste de leur vie.

Sources : Civil Eats, Hunter College New York City Food Policy Center



Une « vision alimentaire » réaliste

Le plan stratégique adopté par la Ville et le comté de Denver en 2017 (Denver Food Vision) repose sur des consultations approfondies menées auprès de toutes les parties prenantes du système alimentaire, y compris bien sûr, les citoyens.

Brigade cycliste de récupération des aliments à Denver

Cette stratégie très bien documentée fixe des objectifs à atteindre d’ici 2030. Ces objectifs très précis et réaliste, par exemple :

  • faire passer de 102 à 150 le nombre de jardins scolaires ;
  • faire passer de 22 à 175 le nombre de permis résidentiels de vente d’aliments ;
  • réduire le pourcentage de ménages touchés par l’insécurité alimentaire, de 18 % (2011) à 8 % ;
  • réduire de 57 % le nombre d’enfants qui consomment des boissons sucrées chaque jour ;
  • en 2030, 25 % des aliments achetés par les institutions publiques de Denver proviennent du Colorado (pourcentage actuel inconnu) ;
  • réduire de 57 % la quantité des déchets alimentaires collectés par la ville (20 000 tonnes en 2008).

Le plan stratégique comporte 12 priorités

  1. investir dans la création d’environnements alimentaires de proximité arrimés aux besoins des différents quartiers de Denver;
  2. augmenter la production alimentaire dans la communauté et les possibilités de vente et de partage;
  3. améliorer l’accès à un large éventail de commerces offrant des aliments sains;
  4. assurer un accès à des aliments sains abordables pour tous;
  5. offrir aux jeunes une éducation alimentaire et des environnements alimentaires sains;
  6. faire augmenter la demande d’aliments sains dans la communauté;
  7. faire de Denver l’épicentre d’une économie alimentaire régionale;
  8. soutenir la création, l’expansion et la santé économiques des entreprises alimentaires de Denver;
  9. stimuler l’innovation et l’entrepreneuriat dans les secteurs alimentaire et agricole;
  10. favoriser l’expansion des actifs et des infrastructures du système alimentaire régional;
  11. favoriser des systèmes alimentaires respectueux de l’environnement et adaptés aux changements climatiques;
  12. réduire le gaspillage alimentaire.

Pour lire le document complet : Denver Food Vision