Agroalimentaire

Fermes urbaines : l’agriculture hyperlocale maintenant au marché Jean-Talon

Fermes urbaines : l’agriculture hyperlocale maintenant au marché Jean-Talon
François Grenier

François Grenier

JOURNALISTE | 100º

Vous êtes amateurs de micro-pousses biologiques, de champignons de spécialité, de légumes de toit vert, de miel montréalais, ou même d’insectes comestibles ? Et vous souhaitez encourager vos producteurs locaux ? Alors, vous trouverez, au marché Jean-Talon, un kiosque qui rassemble les produits de dix fermes urbaines montréalaises. Des produits cultivés à une distance de 1 à 25 km du marché.

AU/LAB kiosque

Depuis la fin mai, un nouveau venu a fait son apparition au marché Jean-Talon. Sans tambours ni trompettes, le kiosque Fermes urbaines de Montréal, en installant ses pénates sous les marquises du vénérable marché, inaugurait une nouvelle ère en matière d’agriculture urbaine commerciale.

AU/LAB kiosque

Des fermes urbaines qui poussent comme des champignons

C’est un secret bien gardé, mais on compte déjà plus de 45 productrices et producteurs urbains à Montréal. Parmi leurs défis, ils doivent se faire connaître pour mettre en marché leurs produits. Or, si depuis le début de la pandémie, l’autonomie alimentaire est devenue une préoccupation pour nombre de consommateurs, les contraintes sanitaires ont mis en lumière la fragilité du système de distribution et de commercialisation des fermes urbaines.

Dans cette optique, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) et le Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine du Québec (CRETAU) ont mis sur pied le projet de Mise en marché mutualisée pour assurer la résilience des producteurs agricoles urbains à Montréal. Une initiative qui vise à tester cette formule de mise en marché collective au kiosque Fermes urbaines de Montréal.

AU/LAB et le CRETAU souhaitent ainsi documenter les besoins des consommateurs ainsi que les défis rencontrés lors de la mise en marché mutualisée de l’agriculture urbaine montréalaise. Cette recherche-action devrait ensuite permettre aux producteurs de mieux comprendre les avantages et les défis de ce genre d’approche collaborative. Ce qui, à terme, devrait contribuer à la résilience du système alimentaire, mais aussi à la relance économique de Montréal.

AU/LAB kiosque

Contribuez à l’avenir des fermes urbaines

Alors, si vous êtes soucieux d’autonomie alimentaire, d’achat hyperlocal, de saine alimentation et de milieux de vie résilients, vous pouvez participer à cette étude, menée en partenariat avec la Ville de Montréal et financée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, en répondant à ce court sondage. Il ne prendra que dix minutes de votre temps, mais votre effort permettra de consolider l’avenir de l’agriculture urbaine.

Et n’oubliez pas, lors de votre prochaine visite au marché Jean-Talon, de repérer le kiosque Fermes urbaines de Montréal. Au menu : Blanc de Gris, 400 pieds de champignons, Atelier Champignons Big Bloc, Les Jardins Carya, Récoltes de ville, Miel Montréal, TriCycle, Éco-Protéine, AquaVerti et Oplant.

Source : Laboratoire sur l’agriculture urbaine

 

Ce sujet vous intéresse ? Vous souhaitez en savoir plus sur les projets d’agriculture urbaine ?

Consultez nos articles