Municipalités rurales

Saines habitudes de vie: quatre municipalités unissent leurs forces dans Bellechasse-Sud

Le 27 janvier 2016

Télécharger le PDF

Un camp de jour unifié, une ligue intermunicipale de hockey et un sentier de randonnée 4 saisons : ces trois réalisations sont issues d’une gouvernance territoriale partagée mise en place par quatre municipalités de la MRC de Bellechasse.

Il s’agit d’un véritable changement de vision pour ces quatre communautés rurales, car Buckland, Saint-Nazaire, Saint-Léon-de-Standon et Saint-Philémon ont choisi de s’allier plutôt que de se faire concurrence, afin de sortir du cycle de dévitalisation qui les fragilise.

Cette fructueuse démarche est née d’une idée de Guy Boudreau, agent rural dans la MRC de Bellechasse, qui a été inspiré par ce qu’il avait vu lors d’un séjour en France en 2003 : des « communautés de communes », créées dans le but de mieux se développer en s’entraidant, sans pour autant fusionner. Bref, sortir de l’esprit de clocher !

Saint-Léon-de-Standon

Amélioration de l’accessibilité à la nature et aux loisirs de plein air

Les quatre municipalités, qui regroupent environ 3 200 habitants, se sont mobilisées et ont lancé l’initiative « Contrée en montagnes dans Bellechasse » en septembre 2009. Elles ont choisi de se doter d’un plan commun de développement durable sur 10 ans. « La formation d’un comité de gouvernance* et d’un comité consultatif a permis d’amorcer tout un processus de mobilisation, de consultation et de planification axé sur l’économie, la société et l’environnement », souligne M. Boudreau.

L’embauche d’une organisatrice communautaire et d’une chargée de projet a permis de produire un plan d’action étoffé, déposé en 2013. Parmi les 43 objectifs de ce plan figurent la promotion de la qualité de vie dans La Contrée et l’amélioration de l’accessibilité à la nature et aux loisirs de plein air pour la population locale.

Saint-Philémon

Un camp de jour unifié

L’initiative La Contrée en montagnes a, par exemple, permis la mise en place, en 2011, d’un camp de jour unifié, grâce à l’embauche d’une ressource en loisir intermunicipal. Les enfants inscrits se rendent chaque jour dans une municipalité différente par autobus scolaire. « Nous avons pu former des groupes d’âge homogènes et offrir des activités plus diversifiées, puisque les enfants ont accès à l’ensemble des infrastructures », explique Émilie Lacasse, coordonnatrice des Loisirs Bellechasse-Sud. De plus, le camp de jour prévoit accueillir des adolescents dès l’été 2016, en leur offrant des activités de plein air grâce à une collaboration avec le Parc régional du Massif-du-Sud.

« Ce camp de jour fait l’unanimité auprès des quatre maires et les parents en sont très satisfaits, indique M. Boudreau. C’est un succès aux plans de la qualité de vie et de la rétention des familles. Il est financé par Québec en Forme jusqu’à la fin de 2016, mais nous ne pouvons plus nous en passer et prévoyons donc de le pérenniser. »

La nouvelle gouvernance territoriale a également permis de mettre sur pied une ligue de hockey intermunicipale à laquelle se sont jointes deux municipalités voisines.

Chemin de Saint-Rémi à Saint-Philémon

Un sentier intermunicipal pour relier les cœurs de village

La Contrée en montagnes a aussi permis la création d’un sentier de randonnée quatre saisons reliant les quatre noyaux villageois. Ce sentier emprunte les rangs désaffectés et les rangs publics du territoire.

« L’hébergement est prêt, la carte du sentier est établie, il reste à le baliser, à installer des abris et des tables à pique-nique pour une inauguration officielle en mai, précise Marilyn Laflamme, agente de planification stratégique à la MRC de Bellechasse. Nous prévoyons aussi créer des boucles plus courtes dans chaque village pour favoriser la marche chez les citoyens. » Fait intéressant : ce sentier intermunicipal s’arrime au projet du Chemin de Saint-Rémi, qui, des Cantons-de-l’Est à la vallée de la Matapédia, traverse 56 villages sur 825 km.

« La Contrée en montagnes renforce les capacités du milieu et le sentiment d’appartenance tout en respectant l’identité de chaque village, constate M. Boudreau. Ce processus exige un changement important de mentalité et de vision, et du financement, ce qui ne va pas sans obstacle, mais nous sommes en train de démontrer que c’est possible ». Selon lui, cette démarche de gouvernance territoriale partagée pourrait inspirer d’autres municipalités de Bellechasse.

* Le comité de gouvernance, qui se rencontre chaque mois, est composé du maire, d’un bénévole du Centre local de développement et d’un citoyen engagé de chacune des municipalités.

Ce texte est une version mise à jour d’un texte publié dans le Magazine Marché municipal en décembre 2015 (page 10).

Photo en bandeau :  Jocelyn Tanguay



Télécharger le PDF