Montérégie

Jardinage pédagogique et alimentation locale: une passion toujours aussi rassembleuse à l’école Saint-Denis

Le 5 mai 2020

Il y a deux ans, 100º partageait son enthousiasme pour l’initiative « Le choix santé » concoctée par le service de garde l’Envol de l’école primaire Saint-Denis. Des collations santé préparées par les enfants avec les légumes frais cultivés dans les jardins scolaires ont permis de propager les plaisirs d’une saine alimentation à toute l’école. Mais loin de se reposer sur leurs lauriers, les éducatrices de l’Envol ont redoublé d’ardeur pour transmettre leur passion du jardinage et de la cuisine. Depuis le printemps 2019, les élèves partagent chaque semaine un repas complet composé de salades fraîches semées, récoltées et préparées par les enfants eux-mêmes.

Des jardins à l’assiette

Depuis quelques années déjà, le service de garde l’Envol de l’école Saint-Denis, au cœur du village de Saint-Denis-sur-Richelieu, vit au rythme des saisons et de la nature. Des semis à l’intérieur aux récoltes de l’automne, en passant par la création et l’entretien des jardins pédagogiques extérieurs et la transformation des produits de la terre, les activités pour sensibiliser les enfants à tous les secrets d’une bonne alimentation n’ont cessé de se multiplier. La création d’un bar à salades, rendue possible grâce à une bourse d’un montant de 10 000 $ du réseau De la ferme à l’École – Le Canada une terre fertile en collaboration avec l’organisme Équiterre, s’est présentée comme la suite logique de cette belle aventure.

bar à salades école

Comme l’explique Murielle Vrins, chargée de projet chez Équiterre, l’initiative De la ferme à l’école vise à renforcer les systèmes alimentaires régionaux et à augmenter la consommation d’aliments sains et locaux chez les élèves. Mais l’école Saint-Denis pousse encore plus loin le concept en garnissant le bar à salades à même les laitues, tomates, poivrons et autres légumes cultivés par les enfants dans les jardins. Ces derniers choisissent par ailleurs les recettes et les préparent, en plus de faire le service. « Je suis toujours émue de voir les enfants faire le service derrière le comptoir, confie Véronique Saint-Germain, directrice du service de garde l’Envol. Ils sont tellement beaux avec leurs tabliers rouges ! »

« Les enfants consomment plus de légumes et plus de fruits. Le fait qu’ils jardinent et cuisinent, c’est ce qui leur donne envie de goûter et d’explorer de nouvelles saveurs. » – Véronique Saint-Germain, directrice de l’Envol

Chaque mardi, 80 à 100 élèves profitent du bar à salades qui comprend des fruits et des légumes en abondance, des aliments protéinés et des aliments à grains entiers pour le prix de 3 $ ou 5 $ avec une boisson et un dessert. Pour compléter les menus élaborés avec l’aide de deux nutritionnistes, le service de garde s’approvisionne auprès des producteurs locaux et peut compter sur la contribution de l’usine Bonduelle de Saint-Denis-sur-Richelieu qui met en conserve des légumes produits localement. L’école a ainsi obtenu la reconnaissance « Aliments du Québec au menu », un programme développé par Aliments du Québec et Équiterre, avec le soutien du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, qui reconnaît les établissements qui innovent et se démarquent dans leurs démarches pour intégrer le local dans leurs approvisionnements.

Encore plus de jardins pour apprendre et cultiver l’avenir !

Créés en collaboration avec le Mouvement VeRT de Saint-Denis et la municipalité, les jardins scolaires ne cessent chaque année de produire davantage. Mais l’installation d’un bar à salades hebdomadaire exigeait d’augmenter les cultures. Le service de garde a donc répondu à l’appel de projets pour les écoles de 100º, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation : « Cultiver l’avenir : des jardins pour apprendre », dans le but d’améliorer et de bonifier ses jardins pédagogiques. L’obtention de ce coup de pouce financier a permis d’agrandir et de diversifier les jardins extérieurs et de se doter d’un système de culture aéroponique vertical et d’une roue de jardin OGarden permettant de cultiver à l’intérieur une multitude d’herbes et de légumes.

« Ce qu’on voulait, c’était fournir le maximum de légumes frais pour le bar à salades. Grâce aux jardins intérieurs, nous partons nos semis et nous faisons pousser des laitues pour le bar à salades, toute l’année. Les enfants sont tellement contents de déguster leurs propres produits ! » – Josée Monette, éducatrice

Mais plus que tout, la bourse de 100º a donné la chance aux éducatrices de l’Envol de participer à des formations de coaching dans le but d’impliquer les enseignants de l’école et de dispenser des ateliers visant à développer la littératie alimentaire de tous les élèves. « Tous les mois, souligne Josée Monette, chaque classe participe à des activités pédagogiques sur le jardinage et l’agriculture, la provenance et la valeur des aliments ou leur transformation. On va toucher les mathématiques, le français ou les sciences, mais toujours en lien avec l’alimentation. Les enseignants collaborent avec d’autant plus de plaisir que les ateliers sont clés en main et adaptés à chaque niveau et à la pédagogie de classe. »

« Toute l’école est en quelque sorte un milieu de vie axé sur les plaisirs de jardiner et de manger local. Tous sont impliqués et chaque élève trouve sa façon de participer. Certains aiment enlever les mauvaises herbes, s’occuper des semis ou arroser, d’autres préfèrent cuisiner, servir au bar à salades ou participer au comité vert. C’est vraiment beau à voir ! » – Véronique, directrice de l’Envol

Cuisiner ensemble les aliments locaux

Ce qui était au départ la bonne idée d’un service de garde dynamique est devenu un projet rassembleur avec l’installation d’un jardin dans le CPE voisin et l’implication des jeunes des camps de jour qui sont mis à contribution pour l’arrosage des potagers durant l’été. Mais l’initiative de l’Envol se déploiera encore davantage dès les prochains mois avec l’obtention récente de la bourse « Cultiver l’avenir : cuisinons ensemble des aliments d’ici », un appel de projets de 100º réalisé en partenariat avec le MAPAQ et la Fondation Olo. « Ce qu’on fait avec les jardins, on veut le faire avec la cuisine, s’enthousiasme Véronique Saint-Germain. Ce projet-là, c’est vraiment pour faire des ateliers culinaires à toutes les semaines avec des classes en rotation, les maternelles et le CPE, parce qu’on pense que si l’enfant cuisine, il va avoir envie de goûter ce qu’il a fait. »

Le nouveau projet vise également à renforcer les compétences culinaires des familles et réunir l’ensemble de la communauté autour du plaisir de cuisiner des aliments sains et durables. Madame Saint-Germain a ainsi fait une demande auprès d’Emplois d’été Canada afin d’engager une étudiante en nutrition pour donner des ateliers culinaires pendant l’été au camp de jour et au CPE. Elle envisage enfin d’offrir aux parents des CPE des ateliers de cuisine basés sur la Trousse Découverte de la Fondation Olo.

« C’est beaucoup de gestion et d’organisation. Mais c’est la motivation et la force de l’équipe qui nous permettent de réussir tout ça. On peut également compter sur l’aide de plusieurs membres de la Table de concertation Saint-Denis, du CISSS de la Montérégie-Est, de la Commission scolaire des Patriotes, des bénévoles du Mouvement VeRT du village et de plusieurs parents bénévoles. » – Véronique Saint-Germain

Chaque automne, l’équipe de l’Envol et ses élèves participent également à l’initiative « Écoles enracinées : pour une alimentation saine, locale et durable » en menant une campagne de financement à partir de paniers de légumes biologiques de producteurs locaux. Cette activité a permis à l’école d’obtenir la bourse du Programme Metro Croque Santé qui lui permettra de faire pousser toujours plus de légumes et de bonnes idées afin que les enfants deviennent des adultes capables de faire des choix alimentaires sains et durables pour bâtir une société plus résiliente et solidaire.

Ce sujet vous intéresse?

Visionnez la conférence de Murielle Vrins: Du bio local à l’école, à la garderie et dans nos hôpitaux !

Consultez également les articles suivants: