Quartier Saint-Michel

Programme en agriculture urbaine: la nouvelle option EAU de l’école secondaire Louis-Joseph Papineau

Le 23 mars 2021

Depuis septembre 2020, l’école Louis-Joseph-Papineau, située au cœur du quartier Saint-Michel à Montréal, propose une concentration novatrice axée sur l’environnement et l’agriculture urbaine. Né grâce à l’implication de l’équipe-école, de l’École des métiers de l’horticulture de Montréal et de nombreux organismes de quartier, ce programme unique au Québec vise à stimuler la réussite éducative des élèves tout en favorisant l’autonomie alimentaire des citoyens. Une réussite collective portée par des élèves qui ont l’environnement à cœur !

« L’option EAU, pour environnement et agriculture urbaine, a été développée ici, dans un des quartiers les plus défavorisés de l’île de Montréal, considéré comme un désert alimentaire. Nos élèves sont vraiment des précurseurs et les ambassadeurs de ce programme qui est une première au Québec » – Caroline Claveau, directrice de l’école Louis-Joseph-Papineau

jardinage pedagogique

Des Jardins des patriotes à l’option EAU

L’option EAU a accueilli cette année sa première cohorte de 25 élèves en première secondaire. Mais tout a commencé en 2016, lorsque Karine Lévesque, enseignante à l’école Louis-Joseph-Papineau en formation préparatoire au travail, a eu l’idée de créer un immense potager sur les terrains de l’école pour favoriser la pré-employabilité chez ses élèves et nourrir la population du quartier Saint-Michel. Au début de l’année 2017, le projet des Jardins des patriotes prenait de l’ampleur grâce à sa participation au Projet impact collectif (PIC) de Centraide du Grand Montréal, porté par l’organisme Vivre Saint-Michel en santé. Depuis l’installation d’une serre de 167 m2, au printemps 2018, les opportunités pédagogiques et éducatives offertes par le potager n’ont cessé de se multiplier.

« Ça faisait quelques années que nous avions le désir de capitaliser sur cette nouvelle serre et d’en faire profiter plus d’élèves », raconte Judith Winter, chargée de concertation espaces réussite éducative et alimentation à Vivre Saint-Michel en santé. En 2019, alors que le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) revisite les programmes offerts par ses écoles secondaires, l’option Eau s’impose rapidement comme une suite logique au travail entrepris. « Dans le cadre de la révision de l’offre de service, on s’est rendu compte qu’il y avait un fort intérêt de toute la communauté pour l’environnement, poursuit Caroline Claveau. Notre grand jardin nous offrait une belle opportunité de répondre aux besoins de la clientèle. » L’option EAU était toute désignée !

agriculture urbaine à l'ecole

Un partenariat avec l’École des métiers de l’horticulture de Montréal

Un comité formé de l’équipe-école et de conseillers pédagogiques de la CSSDM est rapidement mis sur pied pour développer le tout nouveau programme d’apprentissage axé sur l’environnement et l’agriculture urbaine. Dès les premières heures, l’École des métiers de l’horticulture de Montréal (ÉMHM) y collabore pleinement. « On tenait à aller chercher l’expertise d’autres milieux parce que ce n’était pas un programme d’enseignement qui existait, explique madame Claveau. On a eu la chance de travailler toute l’année avec une enseignante de l’ÉMHM pour construire les meilleures situations d’apprentissage et d’évaluation. »

Depuis septembre, les élèves inscrits à l’option EAU ont deux périodes de cours pratiques et théoriques réparties sur neuf jours et coanimées par l’enseignante Christine Laniesse, responsable de l’option, et Sylvie Gemme de l’ÉMHM. Les jeunes ont l’occasion de développer leur responsabilité écocitoyenne, d’aborder les saines habitudes de vie, principalement en alimentation, et d’apprendre à faire des choix éclairés en lien avec la consommation et l’environnement. Conçu en fonction des saisons, le cahier d’apprentissage comprend plusieurs activités extérieures, dont une partie se déroulent au Jardin botanique de Montréal.

« On a conçu le programme avec la possibilité de se réajuster pour répondre aux besoins des élèves et les jeunes de cette première cohorte jouent un rôle très important dans cette démarche-là. Ils ont donc la possibilité de s’impliquer, de donner leur point de vue et de faire part de leurs impressions. Ils sont très investis. » – Caroline Claveau, directrice de l’école Louis-Joseph-Papineau

programme en agriculture urbaine

Un programme en agriculture urbaine qui profite à toute la communauté

Alors que le Projet impact collectif, renommé Saveur Saint-Michel, poursuit ses nombreuses activités, les élèves de l’option EAU viennent grossir les rangs de cette mobilisation sans précédent. « C’est certain que c’est un très gros partenariat entre notre école, l’école de l’horticulture, mais aussi tous les organismes impliqués dans les Jardins des patriotes, dont Vivre Saint-Michel en santé, Pari Saint-Michel et le CJE Centre-Nord, précise Caroline Claveau. Je m’assure de faire le lien avec nos partenaires pour qu’il y ait une complémentarité avec tout ce qu’on met de l’avant au niveau académique. »

C’est ainsi qu’en plus de permettre aux élèves de s’initier à la culture maraîchère, les jardins de l’école contribuent à alimenter la population du quartier Saint-Michel en aliments frais et abordables. Les fruits et légumes récoltés sont envoyés à plusieurs organismes communautaires pour leur clientèle ou au Marché Solidaire Saint-Michel où ils sont vendus à faibles coûts aux citoyens. Pour éviter le gaspillage, les invendus sont également tous transformés dans les cuisines collectives de l’organisme Mon Resto Saint-Michel.

 « L’été, lorsque les élèves quittent l’école, les activités aux jardins se poursuivent avec l’horticulteur et les groupes de bénévoles qui aident à la production. On se complète bien. C’est pour ça que c’est intéressant d’avoir un partenariat école et communauté. » – Judith Winter, chargée de concertation espaces réussite éducative et alimentation à Vivre Saint-Michel en santé

agriculture urbaine a l'ecole

Une option pleine d’avenir

Plusieurs études ont démontré les impacts très positifs des initiatives en agriculture urbaine en milieu scolaire et la nouvelle option EAU en fait la preuve, alors que les élèves réussissent haut la main dans toutes leurs matières. Dès septembre prochain, la nouvelle cohorte bénéficiera de plus de périodes réservées à l’option, tandis que les élèves de cette année poursuivront leur cheminement en deuxième secondaire. « Nous voulons offrir l’option jusqu’en 5e secondaire, ajoute la directrice, et soutenir la réussite des élèves qui développent l’intérêt pour en faire un métier. Notre intention, c’est que les élèves qui le désirent puissent sortir avec un diplôme d’études secondaires, mais aussi un diplôme d’études professionnelles décerné par l’École des métiers de l’horticulture. »

De son côté, Judith Winter se réjouit que l’option Eau permette à de plus en plus d’élèves de s’initier à l’agriculture urbaine et de plonger les mains dans la terre, tout en aidant les résidents du quartier à accéder à des produits frais sans produits chimiques, locaux et abordables. Étant donné que la serre actuelle ne permet pas aux élèves de cultiver toute l’année, elle caresse actuellement le projet de créer une deuxième serre 4 saisons à proximité de l’école. Bref, encore plus d’espace pour produire, récolter et approvisionner les citoyens et semer les graines d’une alimentation saine et responsable chez de plus en plus de jeunes au Québec.

document sur l'éducation alimentaire

Ce sujet vous intéresse ?

Téléchargez notre dossier spécial: La littératie alimentaire, puissant levier de changement social

Consultez également les articles suivants: