saines habitudes de vie à l'école

Favoriser la saine alimentation en service de garde scolaire: 4 stratégies concrètes

Le 1 septembre 2017

Le service de garde scolaire contribue de façon considérable non seulement à la qualité de vie des enfants à l’école, mais également à leur réussite éducative. Il s’agit de plus d’un espace-temps privilégié pour favoriser l’acquisition de saines habitudes de vie, notamment une saine alimentation. Voici 4  stratégies que les intervenants du service de garde peuvent utiliser pour jouer un rôle concret et encourager les élèves à adopter de saines habitudes alimentaires.

1- Réaliser des activités éducatives ludiques liées à la saine alimentation

Activités culinaires et physiques, projets créatifs, jeux et défis : les possibilités d’activités sur le thème de la saine alimentation sont infinies. L’alimentation est un monde fascinant que les enfants adorent explorer et découvrir de multiples façons. Pour les captiver et maintenir leur intérêt, la diversité des types d’activités et des sujets traités est primordiale. À cet égard, la provenance et les caractéristiques sensorielles des aliments, la façon de les cuisiner, les métiers liés à l’alimentation, les liens avec l’environnement, la consommation et les médias sont tout autant de pistes de sujets à explorer. Par ailleurs, l’aspect ludique est important : nul besoin de former de jeunes nutritionnistes! L’objectif est seulement de piquer la curiosité des jeunes et de susciter leur intérêt envers la vaste thématique de l’alimentation.

2- Prendre conscience de son rôle de modèle et l’utiliser à bon escient

Comme intervenante ou intervenant, il vaut la peine de se demander comment parler des aliments et de l’alimentation pour améliorer ses pratiques. Voici donc quelques conseils :

  • Mettez l’accent sur les aspects positifs des aliments nutritifs plutôt que sur les aspects négatifs des aliments moins nutritifs.
  • Adoptez une attitude, posez des gestes et utilisez des mots positifs lorsque vous parlez d’aliments nutritifs, qu’ils soient nouveaux ou connus.
  • Évitez de qualifier les aliments de « poubelles », « cochonneries » ou « malbouffe », puisque cela leur confère un caractère interdit et peut les rendre plus attrayants.
  • Associez la saine alimentation au bien-être et à l’énergie qu’elle procure, et non à l’apparence physique ou au poids.
  • S’il y a lieu, assurez-vous de transmettre de l’information juste et à jour sur la saine alimentation et la nutrition – beaucoup de mythes et de renseignements erronés circulent sur le sujet.

3- Profiter du moment des repas et collations pour parler d’alimentation

Le moment des repas et collations est tout indiqué pour amorcer avec les enfants des discussions agréables et positives sur la saine alimentation et les aliments nutritifs. Nul besoin de chercher la teneur en vitamines et minéraux des produits alimentaires. Il suffit par exemple d’explorer la provenance des aliments, de discuter de leurs couleurs, textures, odeurs, ou d’échanger sur les mets préférés ou les expériences en cuisine de chacun, et de toujours le faire dans le respect des goûts et choix culturels de chacun, dans le plaisir et en adoptant une approche ludique.

N’hésitez pas à intervenir si les enfants émettent des commentaires négatifs sur les lunchs ou collations des autres. Les goûts sont personnels et se développent dans le temps; on a le droit de dire qu’on aime ou n’aime pas quelque chose, mais on ne devrait pas juger les lunchs ou collations des autres sur la base de préférences personnelles ou d’autres valeurs (ex. : religieuses ou environnementales).

 4- Encadrer sainement le moment des repas et collations

La reconnaissance et le respect des signaux de faim et de satiété sont innés chez les enfants, ce qui leur permet normalement de combler leurs besoins en énergie. Ainsi, ils mangent généralement quand ils ont faim et s’arrêtent une fois rassasiés. Plusieurs éléments peuvent toutefois nuire à ces signaux ou interférer avec eux. Comme intervenante ou intervenant, voici comment aider les enfants à rester à l’écoute de leur corps :

  • Dans la mesure du possible, tentez de favoriser une ambiance agréable aux repas et de maintenir une durée raisonnable (15 à 20 minutes, lorsque possible) : on discute dans le calme et l’harmonie.
  • Laissez les enfants manger à leur faim, sans exiger qu’ils mangent une certaine quantité ni les restreindre. Comme c’est le cas pour nous, il est normal que la faim d’un enfant varie d’une journée à l’autre et d’un repas à l’autre.
  • N’attribuez pas de connotation d’interdit à certains aliments du repas (ex. : le dessert) – vous les rendrez alors plus attrayants, et les autres aliments le deviendront moins. Traitez tous les aliments sur un même pied d’égalité.
  • Interdisez les commentaires négatifs sur les lunchs des enfants; on a le droit de dire qu’on aime ou qu’on n’aime pas quelque chose, mais pas de juger les aliments des autres sur la base de quelque valeur que ce soit (ex. : santé, religion, etc.).

 Ces 4 stratégies sont couvertes dans la formation La saine alimentation au service de garde scolaire, d’une durée de 2 à 3 heures, durant laquelle vous est remis Création et récréation : palette d’activités en nutrition pour les services de garde en milieu scolaire. Cette formation et cet outil gratuits sont conçus et diffusés par l’équipe des diététistes des Producteurs laitiers du Canada.