Lanaudière

Option plein air: 20 ans de réussite pour des élèves en adaptation scolaire

Le 1 avril 2019

Télécharger le PDF

« Je veux souffler de l’air sous les ailes de mes élèves », c’est ainsi que Bob Cantin aime décrire le sens de sa démarche. En 1998, cet enseignant engagé a mis sur pied l’option « Club Plein Air l’Impact », un programme conçu spécialement pour ses élèves en adaptation scolaire de l’école secondaire l’Impact de Mascouche. Depuis plus de 20 ans, Bob Cantin met tout son cœur à assurer le bon déroulement et la survie de ce programme exceptionnel qui permet aux jeunes de prendre leur envol.

Formé en éducation physique, Bob Cantin a toujours enseigné en adaptation scolaire au secondaire et en a fait une véritable vocation. À l’école secondaire l’Impact de la Commission scolaire des Affluents, qui offre le parcours de formation axée sur l’emploi, ses élèves jonglent tous avec d’importantes difficultés langagières. Âgés entre 16 et 18 ans, plusieurs sont atteints de dysphasie, de dyspraxie, d’autisme ou de déficience intellectuelle légère. « Lorsqu’ils arrivent à l’Impact, raconte Bob Cantin, ces élèves ont vécu plusieurs échecs. Ils arrivent à reculons avec une estime de soi fragile. Je voulais qu’ils découvrent les plaisirs de relever des défis, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs. »

option plein air

Le plein air pour la pleine réalisation de soi

Convaincu des vertus du plein air, Bob Cantin a conçu et monté, en 1998, un programme ambitieux pour répondre aux besoins particuliers de ses élèves. Son objectif : faire découvrir aux jeunes le monde du plein air et miser sur ses valeurs positives pour améliorer leur confiance en eux.

« Je veux faire une différence dans la vie des jeunes en les amenant à vivre des succès. Les activités de plein air permettent aux élèves de sortir de l’isolement, de prendre de l’assurance et de développer leur estime de soi. » – Bob Cantin

Les douze élèves de la classe de Bob Cantin, sélectionnés sur la base de leur envie de bouger et de leurs besoins de socialiser, ont tous fait le choix de s’inscrire à l’option plein air. Tout au long de l’année scolaire, ils ont la chance de s’adonner au canot, au rabaska, à la randonnée pédestre, à la marche en raquettes ou au camping sauvage. Une vingtaine de sorties en plein air sont organisées par leur enseignant, dont quatre sorties en refuge d’une durée de 2 à 3 jours.

option plein air

Chaque sortie est l’occasion de vivre des situations d’apprentissage concrètes où la débrouillardise et le travail d’équipe sont mis de l’avant. Certaines activités doivent être aménagées pour faire face aux difficultés particulières des élèves, mais on ne laisse personne derrière, tient à préciser Bob Cantin. « On s’adapte à la situation et on trouve ensemble des solutions, ajoute-t-il. Je dis souvent à mes élèves que l’entraide, c’est un beau cadeau qu’on se fait. »

« On partage auprès des jeunes des phrases qui à mes yeux sont essentielles, non seulement en plein air, mais dans la vie d’aujourd’hui. La première, c’est “ensemble nous sommes plus forts”, donc on unit nos forces parce que chacun a ses forces. On a toujours besoin d’un plus petit que soi… et d’un plus costaud aussi ! » – Bob Cantin

De véritables pros du plein air

L’option « Club Plein Air l’Impact » permet également aux élèves d’acquérir une série d’habiletés et de notions indispensables pour apprécier le plein air à son maximum. En plus de préparer en classe leur prochaine sortie, plusieurs apprentissages reliés au monde du plein air sont couverts à l’intérieur des matières de géographie ou de préparation au monde du travail. Comment choisir ses vêtements hiver comme été, charger un sac à dos, remplir les fonctions de chef de file lors de randonnées pédestres, manier un canot ou un kayak efficacement, s’orienter, allumer un feu de camp, se nourrir et dormir en plein air ou fabriquer un abri… À la fin de l’année scolaire, l’art du plein air n’a plus aucun secret pour les élèves de Bob Cantin !

Dans le cadre du programme, les élèves bénéficient aussi d’une dizaine de conférences par année dispensées par des spécialistes ou de vrais mordus du plein air qui viennent raconter leurs aventures, livrer leur expérience de vie et partager leur passion avec les jeunes. « On a une belle collaboration avec les gens qui font du plein air, souligne Bob Cantin. Les jeunes en ressortent chaque fois gagnants et un peu mieux outillés pour faire face aux nombreux défis qui les attendent. »

option plein air

Apprendre à se dépasser grâce au plein air

Alors que plus de 500 élèves en adaptation scolaire ont pu bénéficier du programme, ses nombreux bienfaits se démontrent année après année. « Dans ma classe, précise l’enseignant, le taux d’absentéisme est de 0 %. Certains élèves sont tellement motivés que ça a transformé leur vie. » Bob Cantin donne l’exemple d’un élève renfermé sur lui-même à tel point que tous le croyaient muet. « Une immense porte s’est ouverte à l’intérieur de lui, poursuit-il. Actuellement, il fait un stage en entreprise où il doit communiquer avec les autres. »

« Avec du cœur au ventre, de la détermination et les encouragements des adultes, un élève avec des difficultés d’apprentissage peut grandir, s’accomplir et atteindre ses objectifs. » – Bob Cantin

En améliorant les habiletés sociales des jeunes et en les encourageant à se faire confiance et à se dépasser, l’option plein air se jumelle parfaitement au programme de formation préparatoire au travail. « On tisse des liens entre le plein air et le monde du travail, explique monsieur Cantin, comme l’importance de se débrouiller ou de réfléchir au geste qu’on s’apprête à faire. » La formule est gagnante. Tout en poursuivant leur scolarité, un élève sur deux occupe un emploi d’été. Une autre réussite qui contribue à augmenter leur sentiment d’efficacité personnelle et leur volonté d’accomplissement.

Donner au suivant

Lorsqu’il a présenté son projet en 1998, Bob Cantin a reçu l’accueil favorable de la direction, mais à la seule condition qu’il trouve les moyens de le financer en totalité. Il n’était pas question que des considérations financières empêchent certains élèves de participer. L’enseignant a donc pris sur lui de solliciter les entreprises et les citoyens de la région pour financer le programme qui coûte entre 12 000 $ et 15 000 $ par année. « Tout cela serait impossible, confie Bob Cantin, sans la grande générosité des entreprises et des citoyens qui appuient et parrainent annuellement notre belle mission éducative. »

Au fil des années, grâce aux dons de la population et des commanditaires, Bob Cantin a réussi à monter un dépôt comprenant vêtements toutes saisons, tentes, matelas de sol, canots, vestes de flottaison, réchauds, gamelles, remorque… Bref, tout le matériel nécessaire pour équiper un groupe de douze jeunes. L’école a même reçu un véhicule conforme aux exigences de la SAAQ permettant d’accueillir sept passagers. Les sommes reçues couvrent tous les frais de nourriture, de location ou de déplacement des élèves, qui sont systématiquement accompagnés lors des sorties par Bob Cantin ainsi que son ami et collègue de toujours, Michel Sévigny. Aussi les donateurs sont-ils tous conviés, à la fin de l’année scolaire, à un gala qui souligne leur contribution à la réussite des élèves.

option plein air

L’appel du cœur

Après 35 ans en adaptation scolaire, Bob Cantin a toujours à cœur le développement des jeunes. Son secret ? Enseigner comme il aimerait qu’on enseigne à ses propres enfants. Quand on lui rappelle la somme de travail exigée par son engagement, il s’empresse de répondre que personne ne l’y oblige. « Je le fais sur une base volontaire et de bon cœur », insiste-t-il, en se disant extrêmement privilégié des liens qu’il a tissés avec ses élèves. Devenus aujourd’hui des adultes accomplis, plusieurs gardent toujours contact avec lui, pour son plus grand bonheur.

« Tout passe par la relation. Une de mes forces, c’est de créer des liens qui sont aussi significatifs pour les élèves que pour moi. » – Bob Cantin

Malgré une énergie toujours aussi débordante, Bob Cantin sent toutefois que le moment de passer le flambeau est arrivé. Ce pionnier en matière de plein air lègue un programme clé en main à son éventuel successeur. « Mais il faut éviter de compter ses heures, conclut-il, et surtout avoir la flamme. » Nul doute que celle de Bob Cantin n’a pas fini de briller. Mais on ne peut qu’espérer qu’un adepte de plein air aussi passionné saura poursuivre son œuvre.

 

Bob Cantin dans l’Himalaya



Télécharger le PDF