Milieu scolaire / Éducation

Écoles enracinées et moi: la petite histoire derrière un grand projet

Écoles enracinées et moi: la petite histoire derrière un grand projet
Murielle Vrins

Murielle Vrins

GESTIONNAIRE DU PROGRAMME ALIMENTATION INSTITUTIONNELLE | ÉQUITERRE

Chaque année, début mars, je ressens la fébrilité du printemps qui approche. Les terres fertiles de mes voisins agriculteurs seront bientôt ensemencées d’une de nos plus belles richesses locales : nos aliments !

Je me pince encore de la chance qu’ont mes filles de grandir dans une école qui distribue cette richesse. Depuis bientôt 5 ans, cette petite école primaire de campagne offre aux enfants et à leur famille, ainsi qu’aux membres de l’équipe-école, d’encourager nos voisins les producteurs-trices à vendre leurs fruits et légumes frais. Non seulement notre école amasse des fonds pour ses projets grâce à la vente de ces produits, mais elle soutient aussi l’agriculture de proximité et participe à sensibiliser les jeunes (et les adultes !) à l’alimentation saine, locale et écoresponsable. Notre école, comme maintenant plusieurs autres au Québec, ainsi que des milieux de la petite enfance et des organismes communautaires, participe au projet Écoles enracinées d’Équiterre.

La petite histoire de mon école et des campagnes de financement Écoles enracinées, vous l’ai-je déjà racontée?

vente paniers bio a l'ecole

C’est l’histoire de cette mère de deux filles en banlieue rurale qui est sortie des sentiers battus et s’est lancée dans une mission importante! Celle de faire en sorte que sa progéniture encourage l’agriculture locale, à l’école comme à la maison. Partant de cette ambition, elle a partagé sa vision autour d’elle, en suggérant que, tout autant que les consommateurs, les établissements avaient un rôle à jouer dans la transition vers une agriculture soutenue par la communauté.

Deux écoles pionnières ont participé à un projet pilote en 2016. L’année suivante, Écoles enracinées est né au service de garde l’Envol de l’école Saint-Denis à Saint-Denis-sur-Richelieu en Montérégie, fréquenté par mes deux filles à l’époque. Grâce à l’engagement du service de garde, de la direction, du conseil d’établissement, de l’équipe-école et de parents bénévoles, une première vente de paniers de légumes bio-locaux par les enfants à leur famille a eu lieu à l’automne, dans le cadre d’un événement festif avec la fermière. Un bel événement mémorable !

Cette année-là, le projet Écoles enracinées a permis à six fermes de vendre 1 530 paniers de légumes, dans vingt établissements, incluant mon école, ce qui a permis de rejoindre 6 500 enfants et leur famille.

ferme fibre végétale La Fibre végétale, ma ferme voisine qui fournit à mon école ses paniers de légumes bio-locaux depuis 4 ans  ! Geneviève, propriétaire-agricultrice, y croit et participe activement au projet en impliquant aussi ses enfants, qui y prennent grand plaisir !

Début d’un grand projet qui a fait beaucoup de petits !

  • Un projet en pleine expansion : De 2 en 2016, le nombre d’établissements participants est passé à 20 en 2017, à 75 en 2018, puis à 115 en 2019, ce qui représente un taux de croissance de 475 % entre 2017 et 2019 ! Le mouvement s’est répandu rapidement dans plusieurs écoles, CPE, garderies et organisations à travers la province, et même en Ontario !
  • Un projet à portée nationale : les 115 écoles, services de garde éducatifs à l’enfance et organisations communautaires impliqués en 2019 provenaient de 12 régions administratives du Québec.
  • Un projet ayant des retombées sociales et communautaires : Plus de 25 000 paniers de légumes locaux et biologiques ont été vendus en cinq ans, soutenant la production alimentaire locale. Écoles enracinées offre une alternative écoresponsable aux organisations pour soutenir leurs projets. Il facilite l’accès à des aliments sains, même dans des milieux plus défavorisés.
  • Un projet bénéfique pour l’environnement et pour la santé : En réduisant la distance parcourue par les aliments, le projet est sobre en carbone. Il favorise la sensibilisation à une alimentation locale et biologique ainsi qu’à la réduction de l’emballage et de l’utilisation des pesticides, des fertilisants de synthèse et des OGM. En encourageant les citoyens à augmenter leur consommation de fruits et légumes, il entraîne des bénéfices sur la santé.
  • Un projet dans l’air du temps : Écoles enracinées est tout à fait en phase avec le nouveau Guide alimentaire canadien qui nous encourage à consommer plus de légumes et à cuisiner davantage à partir des aliments de base. Le projet poursuit également une visée zéro déchet et permet de réduire la distance parcourue par nos aliments de façon considérable !

En 2020, je ne peux être plus fière de la 5e édition du projet qui, en pleine pandémie de la Covid-19, a vu plus de 4 000 paniers de légumes être distribués par 17 fermes du Réseau des fermiers de famille à 43 établissements dans 10 régions administratives du Québec. Malgré la logistique supplémentaire que les mesures de santé publique ont imposée aux établissements et aux familles, ainsi que l’incertitude qui a accompagné cette situation, je ne pouvais espérer un bilan aussi positif !

murielle Vrins

Donc après 5 ans d’ouverture de la part d’un nombre toujours plus grand d’écoles, de milieux de la petite enfance et d’organismes motivés à soutenir nos agriculteurs-trices et à sensibiliser nos enfants à l’alimentation saine, locale et écoresponsable, je suis cette mère fière que cette idée farfelue de campagne de financement avec des paniers de légumes bio-locaux ait autant fait son chemin !

Mes filles ont grandi au travers de ces expériences annuelles de campagnes de financement et de journées festives de livraisons vécues et partagées avec leurs amis-es, leurs enseignants-es et éducateurs-trices à l’école ! Je peux dire qu’en plus de l’éducation aux aliments qu’on effectue au quotidien à la maison, un projet comme Écoles enracinées les a familiarisées encore plus aux aliments d’ici, et dans un contexte amusant ! Ils apprennent doublement à reconnaître nos fruits et légumes de saison, à les découvrir, à s’intéresser à leur empreinte environnementale, et avec papa-maman, à les cuisiner !

J’espère que cette courte « tranche de vie » tirée de ma belle histoire personnelle entre mon école et le projet Écoles enracinées vous donnera envie d’inciter votre propre école, garderie ou organisme communautaire à joindre le mouvement à votre tour ! Même si vous n’êtes pas prêt à être la personne qui porte l’idée devant votre établissement ou si vous ne pouvez pas vous impliquer bénévolement dans sa réalisation, vous pouvez être celui ou celle qui, comme moi, fera germer l’idée de départ jusqu’à ce qu’elle se concrétise. Et si vous avez envie d’être ni plus ni moins qu’un ambassadeur du projet, c’est le moment de passer à l’action !

Qui que vous soyez, parent, grand-parent, enseignant-e, éducateur-trice, intervenant-e, gestionnaire d’établissement, prenez le temps d’en savoir plus sur le projet Écoles enracinées en consultant ces documents :

Personnellement, c’est un projet auquel je crois profondément. Tous ensemble, soyons de plus en plus nombreux à y croire et à le faire grandir, pour nos agriculteurs-trices, pour notre santé, pour notre environnement… pour nos enfants !

Bonne saison 2021 d’Écoles enracinées ! Soyez nombreux-euses à faire connaître et vivre ce projet dans votre milieu !

Inscrivez votre établissement dès maintenant !

Ce sujet vous intéresse ?

Consultez également les articles suivants :